Magazine Humeur

Il paraîtrait...

Publié le 21 septembre 2015 par Ericguillotte
lundi 21 septembre 2015- qu’après le vrai faux retour de la dictée quotidienne et sa bonne grosse dose de on-verra-bien-ce-qui-se-passera dans les semaines qui vont venir à propos des changements proposés, les réformes de la rentrée continuent de s’annoncer dans l’Education Nationale. On doit parler d’annonces, car les annonces ne sont pas toujours suivies d’effets ou des faits, encore moins des fées. Et la nouvelle question qui est mise sur la table est la suivante : notes ou pas notes ? Il est inutile de revoir la notation, diront ceux qui en sont convaincus suivis des plus fainéants. Il faut tout changer diront ceux qui adorent tout changer. Alors, concrètement ? Alors, euh, bon bah, les notes de 0 à 20 restent mais, en plus, à chaque fin de cycle, une échelle d'évaluation de 1 à 5 apparaît, échelle qui évalue donc, puisque c’est une échelle d’évaluation, les compétences au croisement de plusieurs disciplines, c'est-à-dire les acquis de la scolarité obligatoire. Ça va être limpide, on peut le prédire. Et puis, on peut aussi affirmer aussitôt qu’on ne croit pas une seconde à la phrase précédente. - que la pogonologie est la science de la barbe, de la manière de la tailler ou de sa signification socioculturelle. Chacun peut avoir un avis sur la question, puisque chacun d’entre nous peut avoir si envie avis sur n’importe quelle question. On pourrait même discerner si on tend l'oreille un la barbe, la barbe, provenant de ceux qui ne voudraient plus en entendre parler. A contrario, certains, ou certaines, pourraient affirmer ne pas pouvoir vivre sans, les uns avançant qu’ils ne se verraient pas sans, les unes qu’elles refusent que leur homme la quitte, cette barbe. Mais quelle barbe ? Ecoutons les pogonologues. Le bouc de l’homme nostalgique, la barbe de trois jours des hommes tendance, la barbe fournie de l’homme mûr, le collier de l’homme en manque d’attention, la moustache de l’homme prétentieux, la mouche des hommes décalés, les rouflaquettes fournies de l’homme généreux, la moustache de biker des hommes rebelles ? En clair, montre-moi ta barbe, et je te fais ton CV, ton horoscope et je te raconte ta vie, ton passé et ton futur. Et puis, on peut aussi affirmer aussitôt qu’on ne croit pas une seconde à la phrase précédente. - que l’agence financière Moody’s a abaissé d’un cran la note de la dette de la France vendredi, à Aa2. Je vous laisse encaisser la nouvelle. Dès que vous aurez fini de pleurer et de sécher vos larmes, on reprend le cours du paragraphe. Aa2 ! Ça pique, non ? Bah, non, en fait. La notation financière externe ou notation de la dette est l'appréciation, par une agence de notation financière, du risque de solvabilité financière. Aaa est la note Première Qualité. Aa1, Aa2 et Aa3 correspondent à la Haute Qualité. Il reste A1, 2 et 3, Baa1, 2 et 3, Ba1, 2 et 3, B1, 2 et 3, Caa1, 2 et 3 avant d’atteindre C, le niveau En défaut, c’est vous dire si vos larmes étaient trop précoces. Et pourquoi Moody’s a-t-elle sanctionné la France, hein ? Elle a invoqué l’impact d’une faible croissance économique et de contraintes institutionnelles sur ses finances publiques. Elle a même pointé la faiblesse continue des perspectives de croissance française qui devraient, selon elle, perdurer jusqu’à la fin de la décennie. Hum, hum, pas gentil, gentil, gentil, tout ça. On s’offusque, on fait profil bas ? Non, on attend que ce président et le suivant ou François himself s’il se succède à lui-même reprennent les choses en main et montrent à Moody’s de quel bois on se chauffe. Et puis, on peut aussi affirmer aussitôt qu’on ne croit pas une seconde à la phrase précédente.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ericguillotte 741 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines