Magazine Culture

Ma mère, le crabe et moi, Anne Percin

Par Maliae

septembre 21, 2015

Ma mère, le crabe et moi, Anne Percin
Résumé : J'aurais préféré que ma mère me dise : " Tu sais, je crève de trouille et je ne peux rien te promettre. " Ou bien qu'elle pleure franchement, à gros bouillons. Oui, qu'elle pleure ! Au lieu d'afficher ce sourire de façade. Le sourire " tout-va-bien-je-gère ". J'aurais voulu qu'elle crie, qu'elle hurle, qu'elle se roule par terre en tapant des pieds, qu'elle fasse un truc pas calculé du tout, un truc qu'on ne voit pas dans les séries françaises à la télé, un truc pas bien élevé, pas conseillé par le guide J'élève mon ado toute seule, au chapitre " Comment lui annoncer votre cancer ? "

Entre rires et larmes, Tania nous raconte six mois de complicité avec sa mère malade, mais aussi les nouveaux défis qu'elle s'est lancés : devenir championne de cross... et tomber amoureuse.

Avis : Aussitôt acheté, aussitôt lu. Je me suis régalée. Le thème est pourtant difficile, quand on l'a vu avec ma sœur, on s'est dit qu'on allait chialer et tout et tout. Finalement pas tant que ça. Sensible comme je suis, j'ai bien senti les larmes me monter aux yeux par moment (j'ai même fini par pleurer sinon ce serait pas drôle), mais ça allait, c'était tout doux. Ce n'est pas un livre hyper pessimiste, mais ça relate tout de même assez bien le cancer et par quoi on peut passer quand on l'a, ou quand quelqu'un dans nos proches l'a. Chacun a sa façon essaie de se battre, et Tania et sa mère vont le faire à leur manière. J'ai beaucoup aimé parce que ça sonnait très vraie, ça sonnait comme la vie, et il y a pas mal de réflexion qui m'ont beaucoup plu. Comme cette histoire de peur du regard des autres, alors que c'est pas une faute d'être malade. Ça se choisit pas. Et surtout, ça peut arriver à n'importe qui. La maladie est injuste.
J'ai pas mal aimé le caractère de Tania, même si elle et moi on ce serait pas entendu sur les loup garou (j'ai jamais trop aimé ça) on aurait pu mater Teen Wolf ensemble. J'aime toujours retrouver des références que je connais dans les livres, bon Twilight on connait tous, mais des séries comme Teen Wolf, je trouve ça sympa de le voir dans un livre (pour ma part c'est la première fois). Comme toujours on retrouve un peu de musique également. Anne Percin traite aussi du sujet blog. C'était vachement sympa en plus, ça m'a pas mal amusé. Puis on a le droit à des leçons sur l'Ellipse et autres figures de style (d'une manière vachement marrante).
Enfin voilà c'était dur, et bien aussi, doux, et franchement j'ai même carrément éclaté de rire par moment. La relation mère/fille est adorable. Ça se lit tout seul, j'adore toujours autant le style de l'auteure et j'ai tendance à souvent me retrouver dans ses ados (pas pour tout, mais beaucoup plus que dans d'autres). La fin est trop mignonne.
C'est optimiste mais sans l'être trop non plus, ça raconte juste un moment de vie, une des batailles contre le crabe. Une méga bonne lecture !

Le détail qui tue : ma sœur a fait un jour une chronique d'un Mickey Parade parce que ça l'éclatait, alors j'ai aimé retrouvé une chronique d'un Super Picsou Géant.

Mon ressenti :

Ma mère, le crabe et moi, Anne Percin
(Oui j'avoue, je plaide coupable, je n'ai mis ce gif que parce qu'en ce moment je suis fan de Devon Bostick. Mais bon. J'ai vraiment adoré ce bouquin =D)

Phrases post-itées : " - Oh ! Tania ! Si tu me voyais !
- C'est fait. Je me suis vue. Sinon y reste des Chocapic ? "
" On n'aurait pas cru, à la voir, mais il y avait une guerre en elle. Et la guerre, ça dévaste. "

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Maliae 1192 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines