Magazine Culture

Alexander arkhipenko

Publié le 23 septembre 2015 par Aelezig

zz16

Alexander Porfyrovych Archipenko est un sculpteur américain d'origine ukrainienne, né à Kiev le 20 mai 1887 et mort à New York le 25 février 1964.

Fils d'ingénieur, il a lui aussi étudié les mathématiques. L'artiste est d'ailleurs passionné par les relations entre art et science. Il se forme à la peinture et à la sculpture à Kiev et à Moscou de 1902 à 1906. Cette période lui a permis de se passionner pour les icônes byzantines, les fresques et les mosaïques.

Il s'installe à Paris en 1908 où il entre en contact avec les courants d'avant-garde, en particulier le groupe des cubistes. Il travaille en solitaire, préférant aller au musée du Louvre pour étudier la sculpture archaïque grecque plutôt que de se rendre aux Beaux-Arts dont il dédaigne l'enseignement académique. Un reproche que l'artiste a déjà adressé à ses professeurs de l'école d'art de Kiev qui ont fini par le renvoyer. Influencé par Rodin jusqu'à ses travaux présentés à Moscou en 1906, il s'affirme dès ses travaux parisiens à 24 ans comme l'un des chefs de file de la sculpture d'avant-garde.

En 1910, il expose au Salon des Indépendants à Paris. Le  21 avril 1911 au XXVIIe Salon des indépendants, les œuvres de Albert Gleizes, Jean Metzinger, Robert Delaunay, Henri Le Fauconniern André Lhote, Joseph Csaky et Archipenko font l'objet de critiques incendiaires. On leur reproche le dévoiement du cubisme, sa caricature voire son anti-académisme. L'absence de Picasso et Braque (qui exposent exclusivement avec la galerie de Daniel-Henry Kahnweiler) à cette exposition est regrettée.

1914 le gondolier

Sa première exposition en solo se déroule en Allemagne au musée Folkwang Hagen en 1912. Cette année-là, il ouvre à Paris une école d'art et rejoint la Section d'Or et produit ses premières peintures en relief : les sculpto-peintures. Au mois d'octobre 1912, à la galerie de la Boétie, est organisée la première exposition du groupe de la Section d'Or, avec Léger, Gleizes, Metzinger, Gris, Marcel Duchamp, Raymond Duchamp-Villon, Jacques Villon, Lhote, La Fresnaye, Marcoussis et Archipenko. Cette exposition présente un caractère didactique : le cubisme est entré dans une phase théorique quatre ans après sa naissance. L'exposition du groupe Section d'Or déclenche des critiques acerbes contre ces œuvres révolutionnaires.

En 1913, quatre de ses œuvres sont présentées à New York. Il réalise ses premières gravures qui ont été reproduites dans la publication italienne futuriste Lacerba en 1914. Il participe au Salon des Indépendants en 1914 et à la Biennale de Venise en 1920. Pendant les années de guerre, l'artiste réside à Cimiez près de Nice. De 1919 à 1921, il voyage à Genève, Zurich, Paris, Londres, Bruxelles, Athènes et d'autres villes européennes pour exposer ses œuvres. Sa première exposition en solo aux États-Unis a eu lieu en 1921 à New York. En 1923, il quitte Berlin pour les États-Unis où au fil des ans il va ouvrir plusieurs écoles d'art à New York, Woodstock, Los Angeles, Chicago. Les trente années suivantes, il enseigne aux États-Unis dans les écoles d'art et dans les universités, même dans l'éphémère Nouveau Bauhaus. Il est devenu citoyen américain en 1928.

En 1947, il crée des sculptures qui sont illuminées de l'intérieur. Il commence à écrire son livre intitulé : Archipenko : 50 années de création 1908-1958 qui sera publié en 1960. Dans ce livre, sont réunis une contribution de cinquante historiens d'art avec des textes d'Archipenko sur la création artistique. Il est élu à l'Académie américaine des arts et des lettres en 1962.

Pour Archipenko, « il est difficile de classer l'œuvre d'un artiste en périodes ». Il ajoute : « Je n'ai jamais appartenu à des écoles : j'ai été renvoyé des écoles. J'ai fait des recherches, j'ai inventé et expérimenté, ensuite on m' a imité... Pour chaque artiste, l'art est un courant créateur ascendant vers la découverte individuelle de la vérité dans les formes de la nature et les périodes ne constituent que des cases dans l'esprit des critiques. »

1915 devat le miroir

Son art caractérisé par une grande rigueur mathématique laisse une place prépondérante au corps féminin. Il aime rappeler l'omniprésence des idoles de pierre des anciens Slaves dans son enfance.

Picasso avait élaboré les premières règles de cette grammaire sculpturale : polychromie, intégration des matériaux les plus divers, utilisation rythmique des plans, apparitions de formes en claire-voie. Comme la peinture, la sculpture cubiste se préoccupe principalement des relations entre les objets et l'espace, des volumes et des vides qui les séparent ou dans lesquels ils s'insèrent. L'influence du futurisme italien a entraîné à la formation de formes dynamiques. Archipenko a plus spécialement exploré la dialectique des formes concaves et convexes.

Il a développé un style personnel avec des masses corporelles simplifiées d'une façon stéréométrique, des figures dressées dans l'espace, des formes en biseau, des angles aigus, des fractures cristallines issues de l'inventaire formel du cubisme et s'inspire aussi du maniérisme.

Aucun artiste a poussé l'interaction entre volume et vide d'une façon aussi personnelle vers des domaines expressifs et lyriques, dynamiques et statuaires. Il a réussi union entre rigueur formelle et attrait ludique. Il a unifié en une forme les quatre insaisissables : l'espace, la transparence, la lumière et le reflet avec comme conséquence une sculpture moderne avec une forme concave.

D'après Wikipédia


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Aelezig 127315 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte