Magazine Culture

Pénélope Bagieu : California Dreamin'

Par Stephanie Tranchant @plaisir_de_lire

California Dreamin'  de Pénélope Bagieu   5/5 (16-09-2015)

California Dreamin'  (280 pages) est sorti le 17 septembre 2015 aux Editions Gallimard.

couv32348197 (126x173).jpg

L’histoire (éditeur) :

Ellen naît en 1941 dans une famille juive de Baltimore et, petite déjà, rêve de devenir chanteuse. Sa voix est incroyable, mais sa personnalité aussi excentrique qu'attachante cache une faille de taille : Ellen est boulimique. Et grosse. Trop grosse pour espérer un jour devenir une star. Pourtant quand, à 19 ans, elle devient Cass Elliot, c'est pour échapper à son avenir de vendeuse de pastrami et tenter sa chance à New York ! C'est là que, happée par la folk de l'époque, Cass tombe amoureuse de Denny, le chanteur des Journeymen…

Mon avis :

Voilà une bande dessinée que je suis contente de vous présenter.

D’abord parce qu’après avoir rencontré son auteure, je peux vous dire que Pénélope Bagieu est une personne  d’une gentillesse, simplicité et honnêteté tout à fait remarquable (et qu’après avoir connu pas mal de succès, ce n’est pas donné à tout le monde de garder sa modestie).

Ensuite parce que California Dreamin’ relate la vie d’une chanteuse des années 60, dont beaucoup ne connaissent pas le nom mais dont tout le monde connaît les tubes

Et enfin, parce que ce livre est tout bonnement extra !


Califonia dreamin’ est loin d’être une bio comme les autres. L’histoire est imitée à une partie de la vie de l’héroïne. Elle n’est pas non plus totalement objective, mais plutôt pas mal romancée pour la rendre aussi plus personnelle et plus touchante. Pénélope Bagieu a tenu à ne pas réécrire (ou dessiner) Wikipédia mais à donner vie à Mama Cass à sa manière, tout en restant fidèle à la vérité.

D’autre part, c’est par l’intermédiaire de ceux qui ont croisé ou fait un (long) bout de chemin avec Ellen Cohen, alias Cass Elliot que l’on découvre sa vie. C’est donc au travers la vie de chaque narrateur que l’on apprend à la connaître, qu’elle se façonne en bien ou en mal. Le parti pris de ne pas seulement faire parler ceux qui l’ont aimée est intéressant et donne une image plus réaliste du personnage qui n’en demeure pas moins très attachante.

California4 (179x250).jpg

Celle qui a quitté Baltimore pour New York à 19 ans, persuadée qu’elle deviendra une star, va faire face à de nombreuses péripéties. Entre histoires de cœur, fins (et débuts) de mois difficiles et anicroches professionnelles, Pénélope Bagieu nous fait vivre l’itinéraire d’Ellen Cohen avec bonne humeur, humour et émotions. Et, sans donner une masse de détails, elle dégage avec panache toute la motivation, l’optimisme et la complexité qui habitaient Mama Cass.

L’ambiance est divine ! Musicale (je vous mets au défi de ne pas vouloir écouter Dream a little dream of me ou Baby I’m yours ou encore Make your own kind of music en lisant ce roman graphique) et sixties à souhait. California Dreamin’ vous transporte dans cette histoire et celle des Etats-Unis des années 60 avec naturel. Les Beatles, l’assassinant de JFK, la guerre du Viet Nam, le mouvement hippie… par petites touches c’est toute une atmosphère qui se dégage.

9f79c675c2fcbc45d24f4260e51d3636 (250x138).jpg

Pour ce nouveau travail, Pénélope Bagieu s’est mise au défi  de ne travailler qu’au crayon de papier. Défi réussi puisque ce coup de crayon, qui change vraiment, m’a donné le sentiment que le BD avait été faite juste pour moi, comme ça vite fait par une amie dessinatrice. Bon, je n’ai pas d’amie dessinatrice et California Dreamin est loin d’être un travail vite fait ni de tout repos car je sais que l’auteure aura eu besoin de plus de deux ans pour en venir à bout,  que plus d’un flacon de laque (très bon fixateur) y sont passés et que certains dessins ont été un vrai casse-tête (on n’imagine pas comme la couleur  peut avoir son importance pour faire passer certaines choses). Et je ne parle même pas de l’acheminement des originaux  chez Gallimard qui lui a provoqué pas mal de stress. Néanmoins, face à ces planches en noir et blanc faites au crayon de papier avec ce petit côté imparfait (et qui sont loin de l’être) j’ai été charmée !!!

 

DSC_0235 (141x250).jpg
  
DSC_0237 (141x250).jpg

Oui, voilà California dreamin’ c’est de la musique enrobée de tendresse, d’attachement,  et agrémentée d’une pointe d’humour. Ravie d’avoir croisé la route de Pénélope et d’Ellen !!!! 

affiche-bagieu-2015 (244x350).jpg

Du 18 septembre au 11 octobre 2015,  une sélection des planches de California Dreamin', de Pénélope Bagieu, est exposée à la Galerie Barbier & Mathon (10, rue Choron 75009 Paris) du mercredi au samedi, de 14h à 19h30.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Stephanie Tranchant 4943 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines