Magazine Culture

Prix Interallié, on prend (presque) les mêmes

Par Pmalgachie @pmalgachie
La vocation du Prix Interallié, qui était à l'origine de mettre en évidence un roman écrit par un journaliste, s'est progressivement infléchie pour en faire, le plus souvent, un prix de rattrapage: on couronne celui qui aurait dû avoir un grand prix d'automne la semaine dernière et qui, à la surprise générale - et davantage encore pour la grande consternation de son éditeur -, n'a été choisi par aucun jury. On verra, le 12 novembre, s'il en va de même que les années où Houellebecq, BHL, Beigbeder (je cite de mémoire, un peu au hasard) ont ainsi été raccroché au dernier wagon d'un train de best-sellers qui partait sans eux. Il faut cependant rendre justice à cette première sélection: une grosse moitié des ouvrages (sept sur treize) ne sont cités nulle part ailleurs, comme vous pourrez le vérifier dans le document où je regroupe toutes les listes des prix littéraires 2015. On saura, à la fin du parcours, s'ils étaient là pour faire nombre ou pour de meilleures raisons. Les voici tous, par ordre alphabétique d'auteur:
  • Laurent Binet, La septième fonction du langage (Grasset)
  • Christophe Boltanski, La cache (Stock)
  • Eve de Castro, Nous, Louis, roi (L’Iconoclaste)
  • Charles Dantzig, Histoire de l’amour et de la haine (Grasset)
  • Lionel Duroy, Echapper (Julliard)
  • Mathias Enard, Boussole (Actes Sud)
  • René Guitton, Mémoires fauves (Calmann-Lévy)
  • Philippe Lacoche, Vingt-quatre heures pour convaincre une femme (Ecriture)
  • Olivier Poivre d’Arvor, L’amour à trois (Grasset)
  • Nathalie Rheims, Place Colette (Léo Scheer)
  • Monica Sabolo, Crans-Montana (JC Lattès)
  • Boualem Sansal, 2084 (Gallimard)
  • Amanda Sthers, Les promesses (Grasset)
Pour les curieux, et parce que la sélection comprend "le" livre de la rentrée défendu avec ardeur par Claro, ce qui ne me laisse pas indifférent - mais je n'ai pas ce roman, de Marie Cosnay -, malgré le manque de consistance d'un jugement sur une seule page, voici aussi la sélection du Prix de la page 111, qui sera attribué la semaine prochaine, le 1er octobre - tard, très tard:
  • Mika Biermann, Booming (Anarchasis)
  • Marie Cosnay, Cordelia la guerre (L'Ogre)
  • Didier Goupil, Le journal d'un caméléon (Le Serpent à plumes)
  • Pascal Manoukian, Les échoués (Don Quichotte)
  • Boualem Sansal, 2084 (Gallimard)
  • Pierre Senges, Achab (séquelles) (Verticales)
Enfin, le Prix Sade a désigné hier son lauréat de l'année et... ils sont deux: Jean-Noël Orengo, La fleur du capital (Grasset) et Andrée Wilhelmy, Des sangs (Grasset).
Voilà, je crois que vous savez tout pour l'instant.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pmalgachie 7849 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines