Magazine Cinéma

Ulan Bator - Richard Tabbi - éditions du Riez

Par L'épicière

Ulan Bator - Richard Tabbi - éditions du Riez

Illustration de couverture : Philippe JOZELON

Résumé 

« Solo Aggrigente est persuadé d’écrire des polars tout ce qu’il y a de classique, alors qu’obsédé par la tétralogie d’Alien il écrit en réalité des romans de SF. Il est marié avec Asako, artiste plasticienne de renommée internationale qui lui annonce qu’elle part en tournée mondiale à l’instar d’une rock star, lui laissant leur fils de 18 mois sur les bras. Ses ennuis commencent le jour où le chanteur des Kyoto Motel se fait décapiter, événement qu’il avait prédit dans l’un de ses romans. Peu après, deux faux flics mongols font irruption chez lui. Commence alors une course folle alcoolisée sur fond de chamanisme, de soviétisme, et d’invasion extraterrestre. La réponse à ses déboires se trouve – peut-être – à Ulan Bator. »

Mon avis

Comment décrire ce roman? Aucune idée, il est complètement cinglé, ça part dans tout les sens, c'est chaotique, haletant,  chaque révélation apporte plus de questions et de loufoqueries.
Le personnage est à la fois touchant (une magnifique relation père-fils qui se dessine, la galère de l'auteur en manque d'inspiration, sa femme greffée à un agent relou) et insupportable (alcoolique invétéré, souvent désobligeant envers les femmes, et pas très fiable), j'ai adoré suivre ses péripéties sans jamais savoir si l'alcool a des pouvoirs magiques à partir d'un certain pourcentage de sang dans l'alcool ou si la réalité était vraiment très science-fictionnelle sur cet itinéraire! Et puis, j'ai trouvé la présence d'un bébé dans cet univers complètement décalée et finalement tout à fait appropriée. Les bébés sont parfois mignons, mais souvent contraignants (eh ouais, ne pas oublier les couches malgré les courses-poursuites, c'est une base!)(et mon dieu, je veux la liste des parfums de petits pots bobos chics bio commerce équitables mais en fait pas du tout), et c'est finalement Tom le seul point d'ancrage dans la réalité de ce récit. Ce qui le rend d'autant plus drôle.
L'intrigue étant complètement insensée, je n'ai pas cherché à comprendre, et je me suis laissée baladée jusqu'à Ulan Bator! Je me suis éclatée à suivre les péripéties de Solo et Tom dans leur quête de la bouteille et de la vérité.
Ce qui fait le charme de ce livre, ce sont les références à la culture SF, à la musique, au monde artistique, mais surtout cet aspect complètement incontrôlable. C'est dense, tout en étant fluide à lire, drôle, sans être lourd... bref, j'ai adoré!
Enfin... jusqu'à l'avant dernier chapitre. La fin m'a totalement déçue, en un tout petit chapitre, on casse tout ce qu'on a merveilleusement bien (dé)construit, pour un dénouement complètement bateau et tellement facile : je n'aurais jamais pensé trouver cela dans un roman si audacieux et original.
Mais si j'en crois Louve et Walkyrie, elles ont été enchantées par le roman et par la fin.
En conséquence, je vous conseille fortement la lecture d'Ulan Bator, pour profiter d'un voyage complètement barré et truculent en compagnie de Solo Aggrigente, et pour vous faire une idée sur l'ultime chapitre. (Et aussi parce que 99% du roman m'a énormément plu finalement, il me suffit d'oublier les dernières pages).
 

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


L'épicière 292 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte