Magazine High tech

Assassin’s Creed Syndicate, on y a joué, et il risque d’être excellent

Publié le 25 septembre 2015 par _nicolas @BranchezVous
Assassin’s Creed Syndicate, on y a joué, et il risque d’être excellent Québec Exclusif

Même si Unity a réalisé de belles ventes, le jeu a été décrié en raison de nombreux bogues sur PlayStation 4. Nous sommes allés jouer Assassin’s Creed Syndicate, et je pense sincèrement que l’on peut s’attendre à quelque chose d’excellent.

Ubisoft semble avoir retenu la leçon que sortir des jeux parfois bogués et compter sur une mise à jour même rapide pouvait être un exercice périlleux. Surtout dans le cas d’Assassin’s Creed, véritable vitrine de la société. La version PlayStation 4 à laquelle nous avons joué était très fluide et pas de bogue notoire à déclarer.

Techniquement, il semble avoir été peaufiné afin de faire taire les critiques et effacer des mémoires l’incident d’Assassin’s Creed Unity de l’an dernier, qui avait vu le jeu sur PlayStation 4 être trop saccadé lors de sa sortie, au point de nécessiter deux importantes mises à jour.

Assassin’s Creed Syndicate vous plonge en 1868 dans le Londres victorien. Vous incarnez ici non pas un, mais deux personnages, des frères et sœurs jumeaux en fait, qui ont intégré les Assassins pour venger une personne (évitons les spoilers).

Côté ambiance visuelle et narrative, les développeurs semblent avoir choisi quelque chose de fort.

Contrairement à la tradition qui a vu tous les jeux de cette licence être développés à Montréal, c’est Ubisoft Québec qui s’est chargé de cet opus. Et puis, ce n’est pas simplement un jeu dirigé depuis Montréal, puisque l’équipe a eu l’occasion de mettre en place quelques nouveautés concoctées par leurs soins. C’est ainsi que l’on peut désormais conduire des voitures à chevaux, utiliser des grappins pour atteindre les points inaccessibles, ou encore grâce aux deux personnages jouables, d’avoir le choix d’aborder les missions en force ou en infiltration.

L’univers visuel qui possède une belle identité a été poussé jusque dans les antagonistes avec 8 ennemis très charismatiques à combattre et éliminer. Côté ambiance visuelle et narrative, les développeurs semblent avoir choisi quelque chose de fort.

Techniquement parlant

Malgré un développement de deux ans et demi, ce qui peut sembler court pour un jeu de cette envergure, Assassin’s Creed Syndicate propose un jeu étonnamment fluide, au regard en plus de la version de l’an dernier toujours un peu saccadée sur Xbox One. Nous n’avons pas pu voir le jeu tourner sur la console de Microsoft toutefois, mais selon des membres du studio, les versions Xbox One et PlayStation 4 sont les mêmes, y compris dans la résolution de 900p actuelle (mais ils travaillent à passer au 1080p).

acs_bigmachine

Bien franchement, il n’y a pas de raison de se plaindre : le résultat est aussi beau que du 1080p, et si cette baisse est au bénéfice de l’animation, quel est le problème? En réalité, il a fallu que l’on nous dise que c’était du 900p parce que la différence est vraiment imperceptible à l’œil nu.

Visuellement, les édifices sont magnifiques tout comme la reproduction de Londres. Par contre, le jeu ne permet toujours pas de voir bien au loin, contrairement aux jeux sur la précédente génération de consoles. On distingue les très grands édifices à quelques centaines de mètres comme le Buckingham Palace ou Big Ben, mais un brouillard vient envelopper les bâtiments et tout ce qui est situé à plus de 500 mètres. Sûrement une obligation pour conserver une animation fluide. Malheureusement, cet effet est agaçant lorsque l’on veut observer au loin.

acs_asylumzipline

Si l’identité visuelle du titre a souvent été très forte, on atteint cette fois un nouveau palier. Tout y est superbe, édifices, personnages, végétation. Londres bénéficie non seulement d’une modélisation extrêmement poussée, mais également d’une étendue de la surface de jeu assez énorme.

Et puis, cette touche de modernité avec ces trains en mouvement et cette ville qui entre de plain-pied dans l’ère post-industrielle offrent un souffle nouveau. Peut-être que trop d’épisodes se sont déroulés dans le passé et qu’Ubisoft a besoin d’offrir un nouveau souffle à son jeu, comme il le fit avec Black Flag.

Maniabilité et combats revus

Si la maniabilité avait été revue l’an dernier afin que l’escalade soit plus fluide, beaucoup se sont plaints qu’Arno avait tendance à grimper sur le premier mur venu. C’est beaucoup moins le cas ici. Je dois reprocher par contre caméra un peu trop vive lors des changements de direction. Il serait bien de pouvoir régler sa sensibilité dans les options.

acs_eviecombat

En ce qui concerne les combats, j’attends la sortie du jeu pour faire le tutoriel, car j’avoue avoir eu de la difficulté à effectuer les contre-attaques, ou à m’emparer de mon ennemi pour m’en servir comme bouclier lorsqu’un autre fait feu. Bien entendu, inutile de souligner que le jeu est toujours en développement.

Les combats seront plus difficiles : ne vous attendez pas à occire 10 ennemis d’affilée les yeux bandés et un bras dans le dos, à moins d’être un redoutable joueur.

Selon les développeurs, les combats seront plus difficiles : oui, vous serez en mesure de vous débarrasser de 3 ennemis de votre niveau, mais ne comptez pas – à moins d’être un redoutable joueur – d’en occire 10 d’affilée les yeux bandés et un bras dans le dos. De toute façon, s’il vous prend envie de vous attaquer à un ennemi de niveau 5 alors que vous êtes au niveau 2, vous ne lui ferez pas le moindre mal. Un bon moyen de s’assurer que vous progresserez au fur et à mesure dans l’histoire. Si les missions présentent trop d’ennemis, et que vous préférez détourner l’attention ou baisser la difficulté, vous pourrez toujours recruter des alliés dans la rue pour vous aider.

La progression offre également la possibilité d’acquérir de nouvelles habiletés, ou de renforcer la résistance de vos personnages. Chacun monte de niveau en même temps grâce à la progression dans l’histoire, mais les habiletés à débloquer ne sont pas les mêmes. D’ailleurs, il y aura également des missions exclusives à l’un ou l’autre des héros, et qui mettront donc en avant infiltration ou combats.

acs_eviehijack

Mais le meilleur se ressent manette en main avec cette vivacité dans la jouabilité dont la série avait bien besoin. Il n’y a plus cette petite lourdeur et cette lenteur dont était un peu affublé Unity et héritée des anciennes générations de consoles. La conduite des carrosses et autres voitures à chevaux est également l’une des grosses nouveautés du jeu. Ce moyen s’avère même bien plus rapide que de passer par les toits. Pour monter dans le premier venu, ça se passe comme dans Grand Theft Auto : on s’approche, on appuie sur le bouton cercle, et notre assassin se charge de jeter le cocher à terre afin de lui voler sa place. Arriver à bon port est également aisé grâce à la direction indiquée de manière transparente sur la route.

Une ambiance au top, mais pas de mode en ligne

S’il y a quelque chose qui parque également, c’est bien la musique et les différents thèmes. Il est question de musique classique bien entendu, et totalement dans l’esprit victorien. Elle met en scène des quatuors à corde ou des compositions plus orchestrales. Composées par Austin Wintory qui a officié sur Journey, elles se révèlent totalement dans le ton du jeu et contribuent fortement à l’identité du titre.

Alors qu’ils auraient pu demander à un autre studio de leur concocter un mode en ligne, les développeurs de cet épisode ont préféré se concentrer entièrement sur le solo et rien que le solo. Vous n’aurez donc pas le droit au moindre mode multijoueur. Dites également adieu aux missions en coopération qui étaient l’une des nouveautés d’Unity. Les responsables du jeu justifient ce choix par le travail supplémentaire pour implémenter ces modes d’un point de vue technique, et qu’il faudra 30 heures pour finir la quête principale, et bien au-delà de 60 heures pour faire le jeu au complet. Bref, vous aurez déjà beaucoup à faire.

Faut-il l’attendre?

C’est un grand oui. Personnellement, j’avais hâte de jouer à Unity après quelques heures de jeu (et je l’ai beaucoup aimé), tandis que pour Syndicate, je suis hautement plus enthousiaste et je l’attends fermement. Je vais y consacrer des jours afin de m’y investir à fond, chose qui ne m’était pas arrivée depuis Black Flag et Brotherhood.

Bref, c’est un jeu à surveiller de près, surtout si le scénario se révèle à la hauteur des attentes.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


_nicolas 159485 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine