Magazine Humeur

Statut des fonctionnaires, qu’a voulu dire Macron ?

Publié le 26 septembre 2015 par Triton95

« Le statut des fonctionnaires n’est « plus adapté au monde tel qu’il va » et, « surtout, n’est plus justifiable compte tenu des missions », selon Emmanuel Macron.

Comment ces déclarations, floues à souhait, ont-elles pu recueillir un sentiment favorable, en l’absence de toute précision, qui leur donnerait un peu de réalité ?

Au moins, Macron est un homme de qualité qui ne commet jamais de faute de goût, il ne parle jamais des riches, ni de l’évasion fiscale, ou de tout autre sujet vraiment important. Il semble se concentrer sur les pauvres, les 35 heures, les salariés du service public.

Voulait-il évoquer les fonctionnaires du trésor qui vont multiplier leur traitement par dix en allant pantoufler dans le privé, et expliquer que d’insupportables contraintes les bridaient pour profiter de ces possibilités ?

A-t-il oublié de dire que le fonctionnaire n’a pas de contrat avec l’Etat, mais se trouve dans une situation statutaire et réglementaire, que le gouvernement peut modifier unilatéralement ?
Pourquoi n’a t-il pas signalé les avantages de ce statut : ainsi, autrefois, lors qu’éclatait une grève des personnels soignants, on vous ôtait vos tubes et perfusions, et l’on vous renvoyait chez vous en vous demandant d’attendre la fin de la grève pour pouvoir être opéré. Aujourd’hui, la pratique large de la réquisition a permis d’éradiquer en grande partie les possibilités de grève dans la fonction publique hospitalière, un progrès social et un intérêt du statut rarement souligné.

Veut-il dire qu’à une époque où les pays membres reçoivent directement leurs instructions de l’union européenne à travers des textes écrits en anglais, où la vision anglo-saxonne est en train de chasser nos vieilles traditions françaises, le fonctionnariat, comme l’Etat à la française n’auraient plus lieu d’être dans « le monde tel qu’il va » ? où allons-nous d’ailleurs, là où M Macron nous mène ? les missions seraient-elles condamnées à péricliter, l’Etat devenant une sorte d’entreprise jetable ?

Je crois que le ministre aurait intérêt à préciser ce qu’il a voulu dire, à moins que les avis favorables à ses paroles, recueillis par des instituts de sondage (privés, coûteux, et payés par qui d’ailleurs) ne ressemblent à l’enthousiasme des foules qui ont cru entendre ce qu’elles voulaient dans le « je vous ai compris » de de Gaulle.



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Triton95 141 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines