Magazine Santé

SÉDENTARITÉ: Gigoter, une alternative mitigée à l'exercice régulier – American Journal of Preventive Medicine,

Publié le 26 septembre 2015 par Santelog @santelog

SÉDENTARITÉ: Gigoter, une alternative mitigée à l'exercice régulier – American Journal of Preventive Medicine,Pour éviter la station assise et la sédentarité prolongées, de nombreuses études recommandent des pauses régulières toutes les heures. Il s’agit de faire quelques pas, quelques tours et puis s’en va l’effet de la sédentarité. Cette étude anglo-saxonne confirme ces données. Mais ces conclusions, présentées dans l’American Journal of Preventive Medicine, ne dédouanent pas de la pratique régulière de l’exercice physique.

Rester assis durant de longues périodes de temps, c’est le cas de beaucoup d’entre nous au travail, face à l’ordinateur. Cette condition de travail entraîne des risques professionnels dont on parle peu, tels que des niveaux plus élevés de cholestérol, le développement du tour de taille et, conjointement, la maladie cardiovasculaire et/ou métabolique. En pratique, een position assise, les muscles cardiaques  » pompent  » moins efficacement le sang vers le cœur : le sang peut s’accumuler dans les jambes, affecter la fonction endothéliale des artères ou la capacité des vaisseaux sanguins à se dilater avec l’augmentation de la circulation sanguine.

Les chercheurs de l’University College London, de la Heriot-Watt University, de l’Université d’Edinbourg et de Leeds ont suivi sur 12 ans 10.937 femmes, âgées de 35 à 69 ans, participant à la cohorte United Kingdom Women’s Cohort Study (UKWCS). Ils aboutissent à une association significative entre des niveaux élevés de mobilité, intermittente et une réduction du risque de décès. Y compris dans les cas de station assise, durant plusieurs heures par jour. Ici, les participantes ont auto-déclaré leur niveau de mobilité au cours de la journée, sur une échelle de 1 à 10 (en permanence), leur niveau global d’activité, la quantité totale de temps passé assis, le régime alimentaire et la profession. Les chercheurs ont également pris en compte un grand nombre de facteurs de confusion possibles, comme l’âge, la maladie chronique, le niveau d’éducation, les données socio-professionnelles etc…et de mode de vie (alcool, tabac, sommeil…). L’analyse montre que :

·   Les participantes à plus faible mobilité présentent un risque de décès accru de 30% en cas de station assise durant 7 heures ou plus par jour vs < 5 heures (RR : 1,30),

·   les participantes à plus forte mobilité assises pendant 5 à 6 heures par jour bénéficient d’une réduction de 37% du risque de décès vs < 5 heures par jour (HR : 0,63).

·   le temps passé assis n’est pas associé à une augmentation du risque de décès chez les femmes à mobilité moyenne,

·   l’IMC n’a pas d’impact sur ces résultats.

 » Se bouger  » régulièrement peut donc bien contribuer à réduire le risque de mortalité toutes causes confondues associé à une station assise excessive. Un rappel donc et une confirmation, même si cette étude ne confirme qu’une association, et non une relation de cause à effet. Bien évidemment, suivre ce conseil ne suffit pas. En cas de forte sédentarité, imposée notamment, arrêter de fumer, réduire sa consommation l’alcool, manger équilibré et pratiquer vaut mieux qu’aller faire un tour ou taper du pied.

Source:American Journal of Preventive Medicine September 23 2015 DOI: 10.1016/j.amepre.2015.06.025Sitting Time, Fidgeting, and All-Cause Mortality in the UK Women’s Cohort Study

Lire aussi:DEBOUT comme assis, toute station prolongée entraine ses problèmes de santé


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 62405 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine