Magazine Politique

Virginie Duvat : « les atolls des Tuamotu ne disparaîtront pas de sitôt ! »

Publié le 26 septembre 2015 par Blanchemanche
#Cop21 #Polynésiefrançaise #atolls #UniversitéLaRochelle
La géographe Virginie Duvat revient d’une mission aux Tuamotu, cet archipel composé de 83 atolls en Polynésie française. On entend souvent dire que ces îles basses pourraient bientôt disparaître en raison du réchauffement climatique. La réalité est plus complexe. Décryptage. Virginie Duvat, spécialiste des littoraux et l'atoll de Takaroa © DR© DR Virginie Duvat, spécialiste des littoraux et l'atoll de TakaroaProfesseur à La Rochelle et chercheuse au CNRS, Virginie Duvat est spécialiste des littoraux et en particulier de ceux des petites îles. Cette géographe connaît très bien La Réunion où elle a vécu pendant dix ans. Pendant cette période, elle a étudié des îles de différents archipels de l’océan Indien, aux Seychelles et aux Maldives ainsi que dans les Mascareignes (Réunion, Maurice, Rodrigues). Depuis lors, elle est devenue membre du GIEC (Groupe international d’études sur le climat).
 

De La Réunion aux Tuamotu

Aujourd’hui, ses travaux l’amènent à se rendre régulièrement dans les Tuamotu. Cet archipel de la Polynésie française est particulièrement intéressant, car il est constitué d’atolls. Or avec le changement climatique qui provoque une montée des eaux, que vont devenir ces îles basses ? Leur altitude n’excède pas 4 mètres. C’est à ce dossier complexe que la chercheuse Virginie Duvat s’est attelée. Les résultats de ses travaux sont très intéressants et parfois surprenants. La1ère a rencontré Virginie Duvat. 
La1ère : Quels sont les premiers résultats de vos recherches aux  îles Tuamotu ?
 

Virginie Duvat : Nous nous sommes intéressés à quatre atolls des Tuamotu : Rangiroa, le plus peuplé et urbanisé, et Tikehau, Mataiva et Takaroa, plus ruraux. Ils comptent des îles à forts enjeux humains et économiques. Sur place, il y a des pêcheurs, de la perliculture, de la culture de coprah, et même de la production de vin à Rangiroa ! Au total sur ces quatre atolls, nous avons étudié 106 îles. Et nous avons constaté que depuis le début des années 1960, 28 donc le quart ont perdu de la surface, 39 (le tiers) se sont agrandies et 35 sont restées stables. Un seul îlot a disparu, car il a servi de carrière pour agrandir un autre îlot. Et trois nouveaux îlots se sont formés.
 
Virginie Duvat : « les atolls des Tuamotu ne disparaîtront pas de sitôt ! »
Qu’est ce que ça veut dire concrètement ?
 
Cela signifie qu’à ce stade 70 % des îles basses que nous avons étudiées se portent bien alors que le niveau de la mer monte, ce qui est une bonne nouvelle. Dans les Tuamotu, on estime que cette hausse est de l’ordre de 2,4 à 2,9 mm par an en moyenne depuis 1950. Deux chercheurs, australien et néo-zélandais, sont parvenus aux mêmes conclusions que nous.  Ils se sont intéressés à 106 îles pour la plupart situées à Tuvalu, à Kiribati et dans les îles Marshall. Eux aussi arrivent à la conclusion que ces îles sont globalement en bonne santé et qu’il n’y a aucun indice de disparition.
 
Vue aérienne de Mataiva © VD© VD Vue aérienne de Mataiva
Alors pourquoi les gens sont inquiets dans les atolls ?
 
En fait, les îles qui accueillent les zones urbaines et les villages, connaissent ici et là des des phénomènes d’érosion marqués. Leurs habitants ont souvent agrandi leur territoire en aménageant des terre-pleins, et l’ont aménagé en construisant des pontons et des ports, sans avoir conscience des impacts qu’ont ces aménagements sur l’environnement et le fonctionnement des côtes. Les îles qui concentrent activités et infrastructures vont souvent très mal. Sans s’en rendre compte, les Paumotu, habitants des Tuamotu, ont ainsi multiplié les aménagements qui déstabilisent les côtes et engendrent leur érosion.
Côte de Rangiroa © VD© VD Côte de Rangiroa
Pourquoi, les remblais, les terre-pleins, les murets provoquent l’érosion des côtes ?
 
Quand la côte est bordée d’ouvrages, elle ne peut plus être nourrie en sable et en corail par les vagues et les courants marins. Cela l’empêche de s’exhausser, c’est-à-dire de gagner en altitude. Un mur est un obstacle physique au dépôt des sédiments. Ainsi, en voulant agrandir leurs parcelles, les habitants ont fragilisé leur environnement et détruit la capacité naturelle des côtes à suivre l’élévation du niveau de la mer. Les îles dont les côtes sont libres de tout aménagement et les récifs en bon état de santé ont en revanche cette capacité à suivre l’élévation du niveau de la mer sous l’effet de l’accumulation verticale de sédiments. Elles sont donc moins menacées par l’élévation du niveau de la mer. 
Littoral de Rangiroa © VD© VD Littoral de Rangiroa
Dans ces îles victimes de l’érosion, que faut-il faire à votre avis ?  
 
Il faut d’abord privilégier les maisons sur pilotis. Avant 1940, c’était le type de maison traditionnelle utilisée aux Tuamotu. Aujourd’hui, les habitants ont adopté le modèle de maison occidentale en dur plus confortable et plus cher à construire. Or ces maisons modernes, qui sont construites à même le sol, sont directement exposées à l’énergie destructrice des vagues et au risque de submersion marine. Les maisons sur pilotis ont deux avantages sur cet habitat moderne : elles ne sont exposées ni aux vagues, ni à la submersion, ce qui les rend plus sûres et leurs habitants n'ont donc pas besoin de construire devant eux des ouvrages de défense pour se protéger. 
Maison sur pilotis © VD© VD Maison sur pilotis
Est-ce que cela suffira ?
 
À terme, non. Il va falloir envisager d’autres solutions. Dans les zones très basses et dans les secteurs en érosion, il faudra réorganiser le territoire. En clair : quitter les îles fortement urbanisées dans lesquelles il ne sera plus possible de rester pour migrer vers des îles qui sont en bon état de santé. À ce stade, ce serait absurde d’envisager de vider les Tuamotu pour envoyer leurs populations vers les Marquises ou Tahiti ! Il ne faut pas oublier que les Paumotu ont été mobiles au cours de leur histoire et qu’ils possèdent en général des terres dans différentes îles d’un même atoll.
Rangiroa vue du ciel © VD© VD Rangiroa vue du ciel
Au 20e siècle, avec le développement des cocoteraies et du commerce (vente du coprah, achat de produits de base tels que la farine, le riz, le sucre, etc.), les gens ont migré vers les îlots proches des passes. Or dans certains cas, comme à Rangiroa, ces îlots sont situées dans le nord de l’atoll, sur la trajectoire des cyclones. Il sera probablement nécessaire, à un moment donné, de réfléchir sérieusement aux possibilités de redéploiement de la population et des activités au sein des atolls.
 
Vous venez de rencontrer deux députés d’Outre-mer, Maïna Sage (Polynésie) et Ibrahim Aboubacar (Mayotte), que leur avez-vous conseillé de faire ?
 
Il y a beaucoup à faire. Déjà, mieux préserver les récifs coralliens et les mangroves, car ces écosystèmes protègent les côtes des fortes houles causées par les cyclones. Ce sont des amortisseurs naturels. A Mayotte, on défriche malheureusement la mangrove alors qu’elle fixe la vase et protège les côtes contre les tempêtes. 
Ibrahim Aboubacar, député de Mayotte © Emmanuel Tusevo© Emmanuel Tusevo Ibrahim Aboubacar, député de Mayotte
Les deux députés que j’ai rencontrés  sont conscients de ces enjeux, mais ils ont l’impression que la voix des Outre-mers ne porte pas assez.
Dans les zones fortement aménagées, il faudra envisager au fil du temps soit la relocalisation de l’habitat (vers des zones moins menacées par l’élévation du niveau de la mer), soit la reconversion de l’habitat pour qu’il soit adapté à la proximité de la mer (maisons sur pilotis aux Tuamotus NDLR). En dernier recours, pour protéger les activités qui ne pourront pas être déplacés ou adaptés techniquement, il faudra construire des ouvrages de défense résistants, comme des digues, mais c’est très coûteux, car il faut les entretenir, tout en sachant qu’ils peuvent lâcher en situation de tempête. 
Maina Sage, député de Polynésie © DR© DR Maina Sage, député de Polynésie
Vous croyez qu’il y a une prise de conscience du changement climatique ?
 
Oui, les sociétés contemporaines prennent progressivement conscience des menaces climatiques. Aujourd’hui, on se rend compte que la sécurité absolue n’existe pas. On l’a vu avec Katrina aux Etats-Unis ou avec Xynthia en France. Le discours des trente glorieuses qui consistait à faire croire que l’homme était plus fort que la nature est aujourd’hui définitivement dépassé. 
http://www.la1ere.fr/2015/09/26/virginie-duvat-les-atolls-des-tuamotu-ne-disparaitront-pas-de-sitot-289985.html

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Blanchemanche 29287 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines