Magazine High tech

Stievie : trois éditeurs flamands, une seule offre mobile

Publié le 28 septembre 2015 par Marclindner @Socialtvfrance
Stievie-socialtvEn 2010, la RTBF, RTL-TVI et Be TV, les trois principaux éditeurs de la Fédération Wallonie-Bruxelles, négocient une collaboration dans le domaine de la télévision connectée. En 2015, en France, Orange, TF1, M6 et France Télévisions entreprennent la même démarche. Les deux tentatives se soldent par un échec. De telles coopérations offriraient l’avantage de réduire les coûts de développement de nouveaux services adaptés aux pratiques de consommation actuelle (ATAWAD, catch-up TV, Social TV…), mais aussi la constitution d’offres plus conséquentes susceptibles de résister davantage à la concurrence d’acteurs « nouveaux-entrants ». En Flandre, une initiative entreprise par trois éditeurs fait doucement son chemin depuis 2013 : Stievie

Interpellés, nous avons rencontré Calogero Macaluso, le responsable marketing de l’innovation et de l’exploitation de Medialaan, l’éditeur qui gère l’application.

SocialTV.fr : Avant de nous parler de l’application, pouvez-vous vous présenter, ainsi que Medialaan ?

Stievie

Calogero Macaluso : Je suis le responsable marketing de la division innovation et exploitation de Medialaan. Cette division s’occupe de l’innovation à travers le développement de nouveaux produits et services qui peuvent nous apporter de nouveaux revenus sur les différents appareils mobiles, notamment. Pour ce qui est de Medialaan, il s’agit d’un diffuseur audiovisuel. Nous possédons cinq chaînes et deux stations de radio. De ce fait, nous sommes le plus grand éditeur audiovisuel de la Région flamande, en Belgique. A ce niveau, nos principaux compétiteurs sont la VRT [éditeur public] et SBS [éditeur privé]. Medialaan est un éditeur privé dont les revenus proviennent de la publicité. La division est chargée de la recherche de nouveaux revenus dans le domaine de l’audiovisuel et Stievie, dont nous allons parler, est une des façons pour nous de nous positionner dans les pratiques de consultation des médias audiovisuels actuelles.

Stievie n’est pas banale, notamment en raison des différents acteurs qui coopèrent en son sein ; pouvez-vous nous la présenter ?

Stievie a démarré en tant qu’une collaboration entre Medialaan, la VRT et SBS, nos compétiteurs dont j’ai parlé précédemment. Ce projet a été lancé en 2013, le 6 décembre, après une année de tests avant son lancement commercial. Il s’agit d’une application mobile qui constitue une initiative stratégique des trois éditeurs flamands pour répondre aux nouvelles façons de regarder la télévision. Avant, nous n’avions que les fonctions audiovisuelles classiques : regarder le flux linéaire et permettre l’enregistrement des épisodes. Avec Stievie, nous apportons un nouveau modèle de consultation audiovisuelle sur le marché : la catch-up TV, dont nous pouvons désormais exploiter la fenêtre. Pour le moment, Stievie est donc une plateforme sur laquelle vous pouvez regarder la télévision linéaire et revoir les contenus en catch-up TV pendant les six jours qui suivent leur diffusion à la télévision.

Vous parlez de trois éditeurs collaborant sur cette application, c’est-à-dire combien de chaînes en définitive ?

Au total, nous proposons actuellement dix chaînes : Medialaan propose l’accès à VTM, VTMKZOOM, Vitaya, JIM et 2BE ; SBS possède Vier et Vijf ; et la VRT propose Eén, Canvas et Ketnet.

Proposez-vous également d’autres services comme des offres VOD ou SVOD liées à ces éditeurs ?

Nous n’avons pas incorporé de service de VOD ou SVOD sur notre plateforme. C’est un agrégateur qui ne propose d’ailleurs pas de contenus propres. Il ne propose pas l’accès à des séries originales et se concentre donc uniquement sur l’agrégation des flux et contenus des trois éditeurs.

Cette application propose-t-elle un dispositif de Social TV ?

Si vous vous connectez à Facebook, vous pouvez voir si vos amis sont aussi membres de Stievie, mais Stievie est une plateforme payante dont l’abonnement coûte 9,99€ par mois. C’est basé sur un modèle d’abonnement et Stievie n’a pas pour premier objectif la Social TV. Cependant, vous pouvez avoir une connexion avec Facebook et voir ce que vos amis regardent, où ils sont localisés en Belgique et vous pouvez aussi chatter avec eux. Vous pouvez également partager sur Twitter au sujet du programme que vous regardez. Il y a un lien vers Twitter et, lorsque vous regardez un programme en direct, il est possible de Twitter ainsi que de consulter les tweets relatifs à celui-ci.

Pour revenir sur la collaboration entre les trois éditeurs concurrents, qui finance et gère cette plateforme de ce fait ?

L’application est développée par Vinson. Cependant, c’est Medialaan qui possède les droits d’exploitation de Stievie à 100%. En gros, c’est une initiative lancée par les trois éditeurs, qui ont eu tous les trois la possibilité d’y participer, mais c’est Medialaan qui la possède à 100%, à présent.

A quel niveau intervient le gouvernement en ce qui concerne Stievie alors?

Quand le projet a été lancé, nous avons reçu un soutien politique. La ministre de l’audiovisuel de l’époque, Ingrid Lieten, nous a soutenu en faisant la promotion.

Justement, en termes de neutralité entre les différents éditeurs qui collaborent, quelles sont les conditions pour qu’ils puissent proposer leurs flux sur Stievie ?

Actuellement, nous sommes ouverts à toute proposition, mais, en fin de compte, la décision dépendra de l’accord commercial qui établira la collaboration entre Stievie et l’éditeur.

Un peu plus d’un an et demi après le lancement de l’application, que pouvez-vous nous dire sur les résultats obtenus ?

Actuellement, nous sommes très satisfaits des résultats obtenus par cette initiative stratégique car, après que nous l’ayons lancée, les deux distributeurs principaux en Région Flamande, c’est-à-dire Proximus [anciennement, Belgacom, l’opérateur national] et Telenet, les équivalents de Bouygues Telecom, Orange et SFR en France, ont également lancé leurs propres plateformes sur ce créneau. Et cela génère des revenus complémentaires pour les éditeurs flamands.

Plus concrètement alors, un an après son lancement, c’est un succès ?

Nous ne calculons pas actuellement le succès de Stievie au nombre d’abonnés. Nous le regardons davantage comme celui d’avoir réussi à lancer une application adaptée aux nouvelles façons de consommer l’audiovisuel (catch-up TV), d’autant plus qu’elle a été capable de convaincre les deux principaux distributeurs, Telenet et Proximus, de son intérêt.

Ne souhaitant pas divulguer de chiffres officiels, ni répondre aux questions relatives aux futurs projets et objectifs de Stievie, Calogero Macaluso nous promet de nouvelles surprises en ce qui concerne cette application d’ici la fin de l’année. Quelques jours après notre entretien, Stievie annonce d’ailleurs le lancement de sa version gratuite qui offre l’accès aux chaînes VTM, 2BE, Vitaya, JIM et VTMKZOOM et qui repose sur le modèle publicitaire. D’autres nouveautés sont-elles encore à prévoir d’ici la fin de l’année ? De nouveaux éditeurs s’associant au projet ? Des  services tels qu’un catalogue VOD ou SVOD ? Affaire à suivre…

Reste à signaler la pertinence de cette application qui répond aux différents défis que rencontre l’audiovisuel à l’heure de la télévision connectée : proposer une offre adaptée à la consultation ATAWAD, générer des revenus à partir des nouvelles plateformes mobiles, promouvoir les émissions et programmes sur les réseaux sociaux via un politique de « snacking »…  

Remerciements : un grand merci à Calogero Macaluso, qui a accepté de répondre à nos questions.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Marclindner 831 partages Voir son profil
Voir son blog