Magazine Cinéma

Le labyrinthe - 8/10

Par Aelezig

z07

Un film de Wes Ball (2014 - USA) avec Dylan O'Brien, Will Poulter, Thomas Brodie-Sangster, Aml Ameen, Ki Hong Lee, Kaya Scodelario, Patricia Clarkson

Un chouette film pour ados et grands ados !!!

L'histoire : Thomas, enfermé dans une cage, est projeté dans un monde étrange et ne se souvient plus du tout de ce qui s'est passé avant. Il se retrouve au milieu d'une bande d'adolescents, comme lui, qui se sont organisés une petite vie : cabanes, agriculture... Tous les mois, un "nouveau" vient les rejoindre et dans la cage, et avec lui, "on" leur dépose quelques vivres ou outils pour améliorer l'ordinaire. L'îlot de verdure est entouré de hauts murs infranchissables qui s'entrouvrent le jour et qui donnent immédiatement envie de sortir de cet enfermement. Mais derrière, c'est un immense labyrinthe, absolument inextricable, que des "coureurs" (les plus vaillants et les plus sportifs) parcourent pour chercher la sortie... en vain ; car les murs du labyrinthe changent constamment de place ! Le soir, les murailles se referment et il faut rentrer à temps car si on reste "enfermés dehors", c'est la mort certaine : d'horribles bestioles viennent vous dévorer ou vous piquent, déclenchant une maladie mortelle. Mais qui est derrière tout ça ? Thomas est curieux et téméraire, il veut faire partie des coureurs...

z09

Mon avis : Et ben voilà ! Un bon petit film sympa, avec une histoire suffisamment étrange pour vous tenir en haleine jusqu'au bout, un rythme excellent, et qui se termine par un beau cliffhanger annonçant les suites ! 

J'avais un petit peu peur, vu le casting. Tous ces petits mômes, j'avais peur de ne pas adhérer à leur univers, et puis je me suis souvenue que j'adorais les Goonies, les Hunger Games et les Twilight, donc ça devrait le faire ! Les critiques étaient bonnes et mon neveu nous a prêté son DVD. Merci Gab !!! 

Ben franchement, ça m'a énormément plu. Dès le début, j'ai eu les frissons... parce que cette boîte qui monte, qui monte, ça correspond à un cauchemar récurrent que je fais très souvent ! Un ascenseur qui devient incontrôlable. Bonjour l'angoisse. Ouf, le truc s'arrête et le gamin arrive dans un univers où plusieurs thèmes importants vont se mêler pendant tout le film : le survival, bien sûr ; l'organisation de la société humaine (plus de filles, ça aurait été mieux quand même...) ; mais aussi la notion du commandement, du choix entre le "confort" que l'on connaît, limité, ou la prise risque qui peut conduire à un avenir meilleur ou bien vous faire tout perdre ; la résolution "mathématique" du problème. Plus les grosses bébêtes mi-organiques mi robots, qui ressemblent à des araignées... quelle horreur !

z10

Et ce labyrinthe, qui fait tellement contraste avec le petit eden verdoyant où vivent les jeunes : ces murs de béton, comme une vieille usine désaffectée, ces murs qui bougent sans cesse, oppressants, angoissants... brr, j'ai adoré l'idée ! Le suspense est tenu jusqu'au bout, on veut savoir où mène ce fichu truc. Même si le dénouement, qu'on voyait un peu venir quand même, est un tout petit peu prévisible, on n'en reste pas moins tangible, cohérent, réservant encore des rebondissements... et laisse entrevoir un millier de pistes pour la suite de l'histoire. Les petits acteurs sont impec !

J'ai marché à fond, jusqu'au bout et maintenant j'attends le deuxième épisode (il sort en salles en octobre, normalement) ! C'est le premier film de Wes Ball (chapeau) et il assure la réalisation des 2 et 3. La saga, vous l'aurez deviné, est adaptée d'une série de livres pour la jeunesse.

Le film, et l'affrontement entre ceux qui ne veulent rien changer et ceux qui veulent tout oser, m'a fait penser à une phrase que j'ai lue récemment (mais hélas je ne sais plus où !) et qui m'a frappée. En gros, la société humaine est composée de "battants" qui défrichent, qui osent, pour le bien commun, au risque de perdre leur vie ; et de "suiveurs" qui assurent la pérennité de l'espèce. J'ai trouvé ça formidable parce que les deux rôles sont aussi utiles l'un que l'autre, et rien ne marcherait sans ce binôme ! C'est un précepte qui m'aidera maintenant à défendre encore mieux ceux qu'on appelle "les losers" parce qu'ils ne prennent pas de risques et sont méprisés. Un truc que j'ai toujours trouvé profondément injuste ! 

z08

3.100.000 entrées en France, gros succès. Mérité. Ah ça m'emballe autrement plus que le blondinet au marteau !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Aelezig 127315 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines