Magazine Médias

Rares propos du nouveau ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve, sur la laïcité

Publié le 07 avril 2014 par Francoisjost

Bernard Cazeneuve, le nouveau ministre de l’intérieur, en charge des relations avec les cultes, n’est pas un spécialiste des religions et de la laïcité. Il n’a consacré nul ouvrage à ces sujets, contrairement à deux de ses prédécesseurs à ce poste, Manuel Valls et Nicolas Sarkozy et s’est peu exprimé sur ces questions.

Un héritage laïque « bradé »

L’une de ses rares déclarations sur le sujet remonte à 2012 : alors qu’il était porte-parole de François Hollande, lors de la campagne présidentielle, il avait publié une tribune fustigeant les prises de position du président de la République sortant, M.Sarkozy, sur la République et la laïcité, estimant que ce dernier avait « passé au laminoir » les valeurs fondatrices de la République. « À force de synthèses politiques douteuses et de relectures historiques frelatées, [les dirigeants] ont rendu la France peu à peu nauséeuse », écrivait-il dans une allusion au débat sur l’identité nationale et à la promotion d’une « laïcité positive », défendus par le gouvernement de M.Sarkozy.

En opposition frontale avec une telle approche, il s’érigeait, classiquement, en défenseur d’une laïcité conçue comme «  le creuset de valeurs partagées garantissant l’indivisibilité de la République ».  M.Cazeneuve la définissait également comme  « l‘aboutissement d’un combat sans merci qui portait comme une synthèse l’aspiration de la République à voir se réaliser les trois ambitions de sa devise : la liberté, l’égalité et la fraternité ». « La laïcité désirait que chaque citoyen pût trouver, dans l’indifférence du pouvoir politique à l’égard des croyances et des religions, un chemin pour le libre exercice de sa conscience ».

« La France n’a pas peur des musulmans »

Dénonçant avec virulence le discours de M.Sarkozy prononcé devant Benoît XVI à la basilique de Latran en 2007, et dans lequel le président de la République avait notamment mis en avant la supériorité du clerc sur l’instituteur « dans la transmission des valeurs », il reprochait aussi à l’ancien chef de l’Etat d’avoir « bradé l’héritage laïque de la France » et d’avoir « réintroduit la religion au coeur du discours politique ».

Accusant la politique de M.Sarkozy d’avoir poussé « la République dans les bras du communautarisme », M.Cazeneuve assurait enfin : « la France que nous désirons ardemment n’a pas peur des musulmans de France, car elle pense la République laïque assez forte pour les intégrer dans le respect de ses valeurs ». Une approche, là encore plutôt classique. Depuis son élection, François Hollande a assuré à plusieurs reprises que l’islam était « compatible avec les valeurs de la République ».

Stéphanie Le Bars


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Francoisjost 3 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines