Magazine Bd

Nobody de Christian de Metter

Par Hectorvadair @hectorvadair
Nobody de Christian de MetterNobody 1/4Christian de MetterNoctambule/Soleil Octobre 2016
Christian de Metter est un auteur plutôt porté sur le polar et les ambiances angoissantes.Dire qu’il a été repéré dés 2000 avec son premier titre Emma, paru en trois tomes chez Triskel me semble juste, tant l’univers peint était déjà particulier et personnel. D’abord le dessin de l’auteur, à la forme peinte aquarellée, très proche de ce que pouvait alors montrer de grands auteurs anglo saxons comme Bill Sienkiewicz, ou Scott Hampton. Assez rare par chez nous pour provoquer l’intérêt. Il enchaîne des 2002 avec Dusk, sur scénario de Marazano puis publie régulièrement, toujours avec cette patte si particulière et oppressante. L’adaptation en 2008 chez Casterman de Shutter island, roman de Dennis Lehane paru en 2003, le propulse sous les projecteurs. Mais c’est aussi « Rouge comme le ciel », un western crépusculaire paru chez le même éditeur en 2014 qui le sacre comme un auteur et dessinateur incontournable.Ce nouvel album réalisé seul, est en fait une nouvelle série, qui comptera quatre volumes. 

L’auteur, qui se base sur des dossiers déclassé américains réels, conte l’histoire d’un homme barbu de 57 ans, plutôt costaud, partiellement tatoué, qui en 2007, est arrêté dans le Montana pour un crime de sang particulièrement violent, qu’il s’accuse d’avoir commis.Nobody de Christian de Metter

Un an plus tard, Mllle Brenman, une jeune psychologue diligentée par le juge afin de réaliser une expertise psychologique va s’accorder la confiance du prisonnier et rentrer dans le récit de sa vie.Il remonte à 1967, alors qu’il est dispensé du Vietnam car il a entamé un premier cycle d’études universitaires. Il fait de la boxe régulièrement, mais un jour, son frère est tué à bord d’un hélicoptère au Vietnam. Ce drame le fait tomber dans la petite délinquance et il est accusé de la mort accidentelle d’un vieil homme qu’il était en train de cambrioler. Arrêté, le FBI lui propose alors de renseigner les agissements d’une bande de jeunes activistes anti Vietnam.Les secrets que l’homme va alors révéler à la psychologue s’avèrent lourds et plutôt dangereux…

On rentre avec envie dans ce premier tome, d’autant plus que le plaisir du dessin si particulier de l'auteur est toujours là, bien que peut-être un peu plus recentré, moins en effet de peinture peut-être... Le scénario, qui nous transporte dans la fin des années soixante américaines permet d’aborder avec intelligence les mouvements politiques d’alors et la complexité des réseaux, à la fois anarchistes et gouvernementaux. Le jeune homme, utilisé par le FBI, va être amener à trahir ses amis, et on se doute que celui-ci ne va pas en sortir gagnant.Le côté dramatique du récit est très bien mené, le tome s’achevant sur la fin de ce premier entretien en prison, qui nous aura déjà beaucoup appris.

Un bon album, présageant d'une série efficace et intéressante.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Hectorvadair 1355 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines