Magazine Culture

Sept raisons de regarder Riverdale, la nouvelle série de Netflix

Publié le 10 mars 2017 par Efflorescenceculturelle
Sept raisons de regarder Riverdale, la nouvelle série de Netflix

Alors que Riverdale la nouvelle série de Netflix débarquée en février vient d'être reconduite pour une deuxième saison, elle nous emporte déjà dans ses intrigues. Au cas où vous doutiez, voilà sept raisons de s'y mettre à son tour.

Raison n°1 : l'énigme d'un meurtre qui tient en haleine

L'univers de la série et l'intrigue nous ont tout simplement hypnotisés. Un univers mystique et une intrigue qui s'avère de plus en plus intéressante au fil des épisodes. Des énigmes, des mystères, et un meurtre qui nous mettent l'eau à la bouche, nous font trépigner d'impatience à l'idée d'un prochain épisode. Les personnages, leur personnalité complexe et leurs secrets nous attirent. Bref, une bonne série pop-corn.

Raison n°2 : de la bande-dessinée à la série télévisée

En fait, Riverdale c'est l'époque de tes grands-parents. Les personnages de l'histoire existent depuis 1941, date à laquelle Bob Montana et John L. Goldwater, deux dessinateurs américains inventent Archie Andrews, le personnage principal des centaines de tomes de bandes-dessinées qui lui seront dédiées. Elles s'appelleront " Archie Comics ". En janvier 2017, la chaîne CW diffusait aux États-Unis les premiers épisodes de la série qui commence à cartonner surtout depuis que Netflix a racheté les droits de diffusion en France. Mais de la page de la bande-dessinée à l'écran, une très grande partie de l'histoire originale n'a pas été gardée dans l'adaptation télévisée. Geraldine Grundy, la prof de musique d'Archie est en réalité une vieille dame aux cheveux grisonnants coiffés de nattes comme Fifi Brindacier (ou presque). Jughead, lui, porte depuis toujours son indécollable bonnet, addict aux hamburgers, il parle avec un accent de Brooklyn. Dans la BD, il est allergique à toute sorte de romance, et sa bande de potes (la même que dans la série) le trouve paresseux. Il naît dans une classe sociale défavorisée : très vite, il travaille pour subvenir aux besoins de sa famille (comme ce fut le cas de son dessinateur particulier Sam Whipple).

Raison n°3 : des influences piochées minutieusement

On le sait désormais : la série créée pour la télévision par Roberto Aguirre-Sacasa est diffusée sur CW, la maison du Berlantiverse ( Arrow, The Flash, Supergirl...) et des dramédies telles que Jane the Virgin et Crazy Ex-Girlfriend. Mais Riverdale c'est quand même une série adulescente destinée aux vieux ados que nous sommes. Et forcément après avoir passé autant de temps à regarder des brassées de séries, les références de la série nous viennent instantanément. Même intrigue que celle de Pretty Little Liars (le meurtre), mêmes batifolages amoureux que ceux de Gossip Girl, enfin : même triangle amoureux que les frères Scott (Archie/Veronica/Valerie). Bref, un mix d'inspirations toutefois pas très glorieuses mais la patte du réalisateur de la série rend le truc addictif. Et puis Riverdale est une minisérie. La première saison comportera 13 épisodes. Et on sait que c'est un format qui marche depuis le succès de Stranger Things, une autre série diffusée sur Netflix.

Raison n°4 : la bande-son est (vraiment) dingue

La bande originale est une véritable douceur pour nos oreilles. Certains des titres ont été écrits juste pour la série. C'est le cas d'ailleurs du titre Sa Riera de TRO (voir la vidéo), pour qui on a eu un coup de cœur instantané. Chaque note, chaque parole nous plonge au cœur de la vie pas si tranquille de Riverdale. On invite la musique des Cage The Elephant pour un morceau rock, RY X pour une scène tranquillement folk, Tegan & Sara pour la séquence euphorique, M83 pour l'instant chill. Les paroles semblent même nous donner des indices sur les différents secrets à percer. Comme une voix off ou un aparté au théâtre. Le choix de la musique d'une série est pour nous un critère ultra-important pour décider (ou pas) de la poursuite du visionnage. Riverdale relève haut la main ce défi.

Raison n°5 : le casting est délicieux

Ah, ce casting... Quelle beauté (honnêtement, même les figurants sont canons) ! Mais si les critères physiques suffisaient pour être tenu en haleine pendant le déroulé des épisodes, ça se saurait. Ajoutons que ce casting amène plusieurs inconnus du petit écran : Camila Mendes (alias Veronica Lodge) pour son premier rôle, Madelaine Petsch (Cheryl Blossom) et KJ Apa (Archie Andrews) ont joué dans moins de deux réalisations. Lili Reinhart (Betty Cooper) a seulement 20 ans et a joué dans 7 films. Et si Cole Sprouse vous est toujours inconnu : 18 ans de carrière et 14 films à son actif. Toujours pas ? La série d'aventures des deux jumeaux Zack et Cody, c'est lui. Il jouait avec son frère Dylan Sprouse. Du nouveau et de l'expérience : avec ça, la série promet de belles évolutions de carrière.

Raison n°6 : Bughead, bordel !

Bon alors, voilà. Jughead, le jeune adulte torturé de la série, futur journaliste tombe amoureux de Betty, la jeune blonde du lycée qui avait déjà un crush pour son ami d'enfance Archie, et accessoirement le meilleur ami de Jug. On ne sait pas comment, on ne sait pas pourquoi mais apparemment elle aussi le kifferait bien. Bref, on y comprend rien à leur relation inattendue mais nous, tout ce qu'on pense c'est " allez, foncez " ! Parce qu'ils sont très chou à regarder. Pour les fans de la série pas convaincus par le couple Bughead (Betty et Jughead), certains s'imaginent même une éventuelle romance entre Betty et Veronica, les meilleures amies de la bande-dessinée, sur l'écran et hors-écran. On follow leurs interprètes, Lili Reinhart et Camila Mendes, très drôles quand elles tweetent.

Raison n°7 : on veut un Archie camé dans la saison 2

Riverdale est vraiment trop addictive. Comme le café du matin. Ou la drogue. D'ailleurs on s'attend à ce que d'autres thématiques soient traitées dans la série... car si ce n'est le (rapide) passage sur le slut-shaming, les personnages principaux restent bien lisses. Pas de fumette en cachette, des pom pom girls polyvalentes à la fois reporter pour la gazette du lycée et chanteuse dans un groupe de musique symbolisé par le serre-tête chaton. Dans la deuxième saison, on espère que la série montera encore plus en grade et que le créateur de la série, Roberto Aguirre-Sacasa, transformera Archie en mec passionné par la came. Ça le rendrait peut-être intéressant pour une fois.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Efflorescenceculturelle 4198 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines