Magazine Culture

Iris le Kdrama d’espionnage

Publié le 10 mars 2017 par Tanja @HaKo_niwA

IRIS

Sur Netflix j’ai débuté un nouveau drama : Iris.  Ça commence comme ceci : Hyeonjun et Sau, deux agents de la Sécurité Nationale (NSS) sont de véritables frères de sang. Leur rencontre avec l’agent Seunghui conduit Sau à dissimuler ses sentiments pour elle après que Seunghui et Hyeonjun se soient rapprochés. Suite à une mission en Hongrie, Hyeonjun se voit confier une opération secrète en solo. Il mène à bien sa mission mais est néanmoins blessé par les gardes du corps de sa cible.

Je ne vous en dis pas plus car il faut garder un peu de suspense. Cette série comporte 20 épisodes d’une heure. Si cela commence de façon assez légère avec une amourette et deux potes qui se font la nique, la suite prend vite une tournure inattendu. Entre thriller et série d’espionnage l’histoire s’avère vite palpitante. Que c’est-il passé dans le passé de Hyeonjun pour en arriver au complot qui le fait plonger dans la clandestinité ?

Le budget de la série est conséquent, la réalisation n’est pas parfaite mais elle n’a pas trop vieillie en 8 ans. Oui, la série n’est pas toute jeune et pourtant elle se regarde avec intérêt. A l’époque ce fut le drama le plus onéreux et on sent qu’ils ont voulu mettre le paquet en faisant voyager notre héros (Chine, Japon, US, Hongrie etc.). En bonne japonisante, j’étais contente qu’une partie se déroule au Japon, car je comprenais à nouveau les dialogues (ouais bon ok pas tout mais quand même).

Le suspense est bien dosé, même si parfois j’ai trouvé les épisodes un peu long pour au final te prendre un cliffhanger dans la face, et enchaîner les épisodes malgré l’heure tardive… Tout ça pour dire que ça fonctionne plutôt pas mal pour un thriller. Le soucis vient de sa longueur. Car si les premiers épisodes sont vraiment palpitant on sent qu’il manque d’inspiration vers la fin. L’histoire tire en longueur, on se perd dans des flashs back. Le scénario est dilué pour arriver à 20 épisodes. C’est vraiment dommage, la série aurait gagnée à être un peu condensée. J’ai lutté pour regarder la fin car je n’en voyais plus le bout alors que le début m’avait passionnée.

La musique on la trouve sympa au début et puis elle commence sérieusement à taper sur le système car elle revient en boucle, encore et encore. Sur la fin c’est vraiment pénible.

Au final Iris est un bon feuilleton coréen, il change des histoires d’amour fleur bleue, cependant il aurait vraiment gagné à être plus concis. Malgré ces quelques défauts je recommande tout de même son visionnage.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Tanja 251 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine