Magazine Culture

« Nymphéas noirs » – Michel Bussi

Publié le 10 mars 2017 par The Cosmic Sam @thecosmicsam

Michel Bussi est un auteur très apprécié, voire souvent encensé pour ses romans noirs à la française. J’avais précédemment lu « Ne lâche pas ma main » que j’avais bien aimé, malgré une chute légèrement forcée. Cette fois destination Giverny pour une toute nouvelle histoire.

Le livre : « Nymphéas noirs »

« Nymphéas noirs » – Michel Bussi

Crédit photo : Samsha Tavernier

L’auteur : Michel Bussi est un écrivain et politologue français, également professeur de géographie. En janvier 2017, il est selon le classement Le Figaro, deuxième écrivain français en nombre de livres vendus, derrière Guillaume Musso. La majorité de ses romans se déroule en Normandie. Pour le suivre : ici.

Le résumé : « Le jour paraît sur Giverny. Du haut de son moulin, une vieille dame veille, surveille. Le quotidien du village, les cars de touristes… Des silhouettes et des vies. Deux femmes, en particulier, se détachent : l’une, les yeux couleur nymphéa, rêve d’amour et d’évasion ; l’autre, onze ans, ne vit déjà que pour la peinture. Deux femmes qui vont se trouver au cœur d’un tourbillon orageux. Car dans le village de Monet, où chacun est une énigme, où chaque âme a son secret, des drames vont venir diluer les illusions et raviver les blessures du passé…  »

Mon avis : Le thème est original et j’ai apprécié le cadre de ce polar : une série de meurtres à Giverny, cela appelle non seulement une avalanche de descriptions poétiques et impressionnistes, mais également des fragments biographiques sur Monnet, ses amis et leurs incroyables travaux

🎨
.

Un polar artistique dans lequel on croise une galerie de personnages hauts en couleurs que l’on apprécie plus ou moins, mais qu’on accompagne dans leurs histoires d’amour, leurs chagrins et leurs secrets inavouables.

Tout au long du livre, une question incessante nous trotte en tête : « Qui est le coupable? »

Tour à tour, tous sont soupçonnés, même ceux auxquels on n’aurait osé penser. Ce n’est qu’à la toute toute fin du roman qu’on comprend le fin mot de l’histoire.

Le moins que l’on puisse dire c’est que Bussi nous mène en bateau, car jamais je n’aurai anticipé un tel final! Oui mais voilà, c’est gros! J’ai vraiment trouvé la chute tirée par les cheveux et du coup j’ai eu du mal à suivre l’auteur dans son délire narratif. Heureusement, la dernière page m’a laissée le sourire aux lèvres et m’a un peu réconciliée avec ce final.

En bref : un cadre original, une plume agréable (malgré quelques petites longueurs), mais une fin mitigée. Je le recommande tout de même pour un moment distrayant et surtout pour se donner des envies de (re)découvrir la belle Giverny et l’oeuvre du grand Monnet!

Connaissez-vous cet auteur? L’appréciez-vous? 



Retour à La Une de Logo Paperblog

Magazine