Magazine Sport

Arnaque, soies et plasticité

Publié le 13 mars 2017 par Ziril

Se faire arnaquer est une sensation toujours étrange, un mélange de hargne et de résignation.

Ce sentiment désagréable m'est arrivé il y a quelques années en achetant une soie : la soie Rio Pike/Musky (première mouture je précise). Heureux j'étais alors ; jusqu'à la rupture de la gaine de protection de ma superbe ligne dont j'étais si fier.

Arnaque, soies et plasticité

Craquelée sur quelques bonnes longueurs, je finis par pêcher sans la gaine sur une partie de la ligne. Là tu dis " et merde, me suis fait niquer ". Un défaut de fabrication peut-être ? Aventurier, je rachetais. Banco ! Et pourtant la somme fait mal... mais soit, la ligne m'avait fait une saison. Nous entamions la suivante avec les copains au cours d'un voyage où nous allions y admirer deux soies identiques se peler, se désagréger, et terminer à poil, pour finalement venir à viander bien proprement nos doigts sages et ce, à chaque lancé. " Cette soie est nulle parce qu'elle ne dure pas 6 mois et coûte 80 balles " on entendit sur le canot. On chercha alors le pourquoi du comment et on en revint plonger dans de vagues souvenirs de nos cours de résistance des matériaux. Et oui ! La ligne est élastique et lors des (faux) lancés, certains points précis vont connaître un effort important. Avec la répétition de cet effort vient la fatigue du matériaux enrobant : là, la ligne craquèle. Ensuite, toujours avec les efforts, l'enrobant passe à un moment d 'élastique à plastique : la gaine pète complète, bref c'est baisé et t'as perdu 80 balles alors que tu pensais que ce haut de gamme allait t'offrir au moins trois saisons à lancer des streamers dignes des plus grands boas du Crazy-Horse, le tout, comme une brute.

Arnaque, soies et plasticité
Rio n'en est pas à sa première ligne. Le tir a été corrigé récemment avec la gamme Intouch. Ces soies là n'ont pas d'élasticité. Et outre le fait quelle n'ont plus de raisons de se dépiauter vulgairement, elles apportent le confort indéniable de transmettre les touches. Rappelons-nous lorsque les tresses sont apparus sur le marché, nos pêches au mort-manié étaient devenues nettement meilleures : on sentait les touches, finit les poissons qui gouttaient du bout du bec et toi, pauvre con, à 40m de là tu n'avais rien senti bouger (et pour cause : tout le " mouvement " s'était dissipé dans l'élasticité du nylon ! ).

Cette nouvelle soie Rio est actuellement sur un de mes moulinets et je me régale avec, ça bazarde loin, vite et fort, bref nickel. Le prix est toujours le même en revanche : y a donc intérêt à ce quelle dure. Ou bien alors sont alter ego aura mes faveurs : les Forty plus de Airflo, une gamme dont on reparlera ici même prochainement.

" Tant qu'il y aura de l'amour dans les boucles nos soies ..." Dr J.S.
Arnaque, soies et plasticité

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Ziril 14476 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte