Magazine Musique

Your Old Droog « PACKS » @@@@½

Publié le 10 mars 2017 par Sagittariushh @SagittariusHH
Your Old Droog « PACKS » @@@@½ - Hip-Hop/Rap

Your Old Droog « PACKS » @@@@½

Laisser un commentaire

Vous vous rappelez de ce gars qui avait le buzz avec mixtape éponyme en 2014 parce que tout le monde a cru que c’était Nas sous un autre nom? He ben le voilà qu’il récidive avec un premier album hip-hop underground purement Eastcoast comme on n’en fait plus. Your Old Droog, pour vous servir.

Vissez bien votre casque sur la tête car vous allez en prendre plein les oreilles. Ce n’est pas un conseil, mais plutôt un avertissement car vous n’êtes pas prêt pour encaisser la puissance de feu que PACKS va faire abattre sur vous. Imaginez MC/beatmaker de Brooklyn d’origine ukrainienne comme s’il était un adepte de Nas (dans la voix comme dans les écrits) qui pose sur des beats possédant l’ADN des prods de Metal Fingerz Doom qu’il avoue aduler sur « I Only« . Mais d’abord Your Old Droog fait plier les rigolos avec « GKAC » et montre à quel point il est dangereux avec cette fiction parlant de griller un poulet (ou un porc comme ils disent aux US). Le titre signifie en réalité « gotta kill a cop », à ne pas prendre trop au sérieux (ce n’est pas un psychopathe). Sur l’autre fiction « My Girl is a Boy » il est aussi question d’un flic en couverture avec cette chute finale qui s’accompagne du refrain de « Sound of da Police » de KRS-One.

« I Only » dévoile les fortes influences des 90s sur le rappeur qu’il est aujourd’hui et que PACKS n’a rien d’un coup d’essai : Your Old Droog ne fait aucun cadeau à quiconque. Même s’il prend exemple sur lui sur « You Can Do It! » pour donner la force de perservérer pour ceux qui veulent percer dans le rap, il enfile juste après son costume de « Rapman » (produit par 88-Keys), balançant « They ain’t good MC, they good actors » pour la plaisir simple de fumer les faux rappeurs et cramer les yeux des mythos avec des mégots de cigaretteUne track dans la pure tradition des égotrips d’antan. En excellent MC qui se respecte, « White Rappers (a Good Guest) » rappelle ce principe selon lequel la couleur de peau s’efface dès qu’il s’agit de faire ses preuves au micro.

Les beats sont à la mesure du bonhomme, construits autour de gros samples ‘doomesques’, dans l’inspiration que suscite l’icône au masque d’argent comme dans leur aspect (voir la traduction du mot ‘doom’). Il n’y a qu’à écouter le monstrueux « HELP » feat Edan & Wiki (avec son sample de Rob Base) ou le sample de flûte de « Bangladesh » puisque ça revient à la mode (vous noterez le message vocal posthume de Sean Price à la fin de la piste). Danny Brown offre un court passage dingo sur le jazzy « Grandma Hips » et Alchemist dépose le beat de « Winston Red » tandis qu’il passait dans le coin. Ce PACKS d’explosifs mériterait un logo « attention danger ».


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Sagittariushh 3319 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines