Magazine Médias

CRITIQUE : Beauty and the Beast (La Belle et la Bête) de Bill Condon

Publié le 30 mars 2017 par Misteremma @misteremma

Disney a très bien fait de reprendre son classique d'animation Beauty and the Beast ( La Belle et la Bête) (1992) en film " live-action " (avec beaucoup d'animation 3D quand même !).

Fin du XVIIIè siècle, dans un petit village français. Belle, jeune fille rêveuse et passionnée de littérature, vit avec son père, un vieil inventeur farfelu. S'étant perdu une nuit dans la fôret, ce dernier se réfugie au château de la Bête, qui le jette au cachot. Ne pouvant supporter de voir son père emprisonné, Belle accepte alors de prendre sa place, ignorant que sous le masque du monstre se cache un Prince Charmant tremblant d'amour pour elle, mais victime d'une terrible malédiction.

Côté interprétation, vous retrouverez Emma Watson ( Harry Potter). Cette dernière avait refusé de jouer dans La La Land pour se concentrer sur son rôle de Belle. Et elle a eu le nez fin ! Par contre, la production avait sollicité Ryan Gosling pour interpréter la Bête mais le comédien a décliné la proposition pour se consacrer au film de Damien Chazelle.

Si vous avez lu ma critique sur La La Land, vous savez que je ne suis pas fan de cette comédie musicale et n'en ai jamais compris l'engouement de mes amis. A côté du niais La La Land, La Belle et la Bête a du caractère et de la force. J'aurai envie de vous dire " Envie du comédie musicale avec de bons sentiments ? Regardez La Belle et la Bête, ... au moins ici les acteurs.trices chantent juste ! ".

Notons que, pour la première fois, Disney introduit de manière visible un moment gay. Le personnage secondaire LeFou, joué par Josh Gad, éprouve des sentiments pour Gaston, incarné à l'écran par Luke Evans. J'ai lu sur certains médias qu'il s'agissait d'une phrase, d'un tout petit moment. Je dirais plus que dès le début, on sait qu'il est homosexuel et qu'il est amoureux de Gaston. Je dirais même qu'il y a deux gay dans le film car, au terme de l'histoire, LeFou rencontre l'amour !
Ce " moment gay " a conduit la Russie à interdire le film au moins de 16 ans. Un député ultra-conservateur a déclaré qu'il ne s'agissait ni plus ni moins d'une " propagande flagrante et éhontée du péché et des relations sexuelles perverses". Pour lui, ce film souhaite imposer " les nouveaux standards de la tolérance européenne aux enfants russes pour qu'ils croient que c'est la norme ". Le Koweit s'est quant à lui rendu compte de cette scène 4 jours après la sortie du film et l'a immédiatement retiré de toutes les salles. Je sens qu'ils regarderont à 2x le prochain Disney avant de le sortir ! Pour la Malaisie, le film sèmerait la destruction et pousserait à des comportements négatifs dans la société.

Rien de tout cela au pays de l'oncle Trump où le film a été amorti en deux jours malgré un budget de 160 millions de dollars. Avec ses 170 millions de dollars de recettes au box office US du 17 au 19 mars 2017, Beauty and the Beast ( La Belle et la Bête) a réalisé le meilleur premier week-end pour une adaptation d'un classique Disney en live action.

Parmi les anecdotes, je pourrais signaler que plus de 8 700 bougies ont été utilisées pour illuminer les décors du film, décors qui ont été construit dans les studios de Shepperton (Londres). La chef décoratrice Sarah Greenwood s'est inspirée d'une célèbre bibliothèque portugaise pour créer la bibliothèque du château qui compte plusieurs milliers d'ouvrages qui ont été créés spécialement pour les besoins du film. La robe jaune de Belle est ornée de 2 160 cristaux Swarovski. Près de 55 mètres de satin organza ultraléger ont été nécessaires à la fabrication de la robe.

Voilà, je pourrais encore vous dire beaucoup de choses sur ce film mais je terminerais simplement par vous dire que si vous avez envie de voir un peu de claquette, entendre de belles chansons, vous amouracher pour un monstre et voir une vraie bonne comédie musicale, rendez-vous dans votre salle de cinéma !

Non, encore une dernière chose. Je ne sais pourquoi mais en regardant le film, j'ai pensé à Marine Le Pen ! Je l'imaginais en Belle. La Bête était pour moi le migrant que tout le monde semble détester à l'approche des élections. Au fur et à mesure du développement de l'histoire, je me suis dit que Marine était plutôt le personnage de Gaston. Et je me suis dit qu'avec un peu d'ouverture d'esprit, un peu d'amour et d'acceptation de l'autre, le monde serait quand même beaucoup plus joyeux et le vilain migrant deviendrait un joli et aimable prince... ce qu'il est certainement déjà aujourd'hui mais que le monde ne voit plus !
Le prénom de Marine peut-être remplacé par celui de Théo, de Donald... ou le vôtre peut-être !


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Misteremma 41190 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine