Magazine Politique

Drôle de campagne ?

Publié le 02 avril 2017 par Falconhill
"Nous sommes en train de vivre une campagne électorale étrange où les médias évitent soigneusement d’aborder les questions de fond. L’autorité de l’État ? Les déficits ? Le chômage? L’éducation nationale? La santé ? Les flux migratoires ? La menace islamiste ? L’avenir de l’Union européenne ? C’est comme si la France n’avait pas de défis à relever et, depuis deux mois, les médias préfèrent passer la vie de François Fillon au peigne fin, à la recherche de la faute qui le fera définitivement tomber. Une sorte de feuilleton judiciaire s’est donc opportunément substitué à la campagne. Pour enfoncer le clou, Christine Angot est invitée sur les plateaux de télévision pour hurler sur le candidat. C’est comme si nous étions en train de vivre la fin de la politique. Où sont les grands débats d’idées qui opposaient la gauche et la droite ?..."

Cette introduction est celle d'un très bon billet de Noix Vomique, qu'il intitule "drôle de campagne", sans point d'interrogation à la fin. Si j'en rajoute un, de point d'interrogation, c'est que je ne la trouve pas drôle du tout, cette campagne... Son billet met en conclusion le caractère spécial de la très possible victoire de l'héritier de François Hollande. Dans cette situation d'une campagne qui n'a pas lieu. Ubuesque. J'avais parlé de scénario à la Houellebecq, mais on est au delà.
Il a raison de se poser ces questions. Qui se souvient que hier, des églises étaient attaquées en France, et des curés assassinés ? Des caricaturistes et des jeunes étaient massacrés par des islamistes fous, qui s'en souvient ? Et au delà de ça, qui se rappelle que des voitures de polices étaient incendiées avec des policiers dedans ? Qui se souvient que des référendums ont été balayés par des délinquants et des casseurs ? 
Et le reste ? Une pression fiscale délirante, dont la partie active et productive de la France a été la victime. Une industrie qui se meurt, chez moi c'est terrifiant et inquiétant. 
Drôle de campagne ? Non, inquiétante. Nous avons l'impression que rien ne s'est passé. Que rien ne se passe. Et qu'au final, rien ne se passera. Nous avons perdu 5 ans, nous sommes en train de perdre ce qui va suivre. En tous cas, nous n'avons pas eu de campagnes. Nous aurons une élection qui n'en sera pas une. Comment avoir de l'espoir en demain ?

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Falconhill 1363 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines