Magazine Culture

Cinéma : Corporate, la critique

Publié le 12 avril 2017 par Framboise32

Cinéma : Corporate, la critique

film de Nicolas Silhol avec Céline Sallette, Lambert Wilson, Stéphane De Groodt, Violaine Fumeau, Alice de Lencquesaing, Nathalie Sportiello, Hyam Zaytoun, Edith Saulnier, Antoine Levannier

Synopsis :  Emilie Tesson-Hansen est une jeune et brillante responsable des Ressources Humaines, une « killeuse ». Suite à un drame dans son entreprise, une enquête est ouverte. Elle se retrouve en première ligne. Elle doit faire face à la pression de l’inspectrice du travail, mais aussi à sa hiérarchie qui menace de se retourner contre elle. Emilie est bien décidée à sauver sa peau. Jusqu’où restera-t-elle corporate ?

Le film est sorti le 5 avril 2017. Il est distribué par Diaphana Distribution. Les infos et la BA sont ici

Ce n’est pas la première fois que ce sujet est abordé au cinéma. Le réalisateur Nicolas Silhol s’intéressait déjà au propos dans un court métrage, (son père est professeur de management en école de commerce et consultant en Ressources Humaines).

Corporate est le premier long métrage de Nicolas Silhol. Il situe son histoire au sein d’une entreprise, filme  quasiment en huit clos, même si quelques scénes se passent à l’extérieur. Un peu d’air pour décompresser face au sentiment d’étouffement et de tension que l’on ressent.

Il centre son discours sur la politique de management par la peur et la pression. Il arrive presque à en faire un thriller. Malgré ce sentiment d’antipathie voire de dégoût, on « comprend » leurs raisons même si on ne les cautionne pas. C’est en cela que le réalisateur réussit son film. A l’image de la gestionnaire des Ressources Humaines, Emilie Tesson-Hanse, malgré son travail et ses missions, que l’on arrive pas à détester.   Les personnages sont hyper travaillés. Le réalisateur a centré son histoire sur l’Humain. Le personnage principal adhère complètement à son entreprise et à sa stratégie jusqu’au jour ou elle devient la personne à abattre. On voit alors apparaitre les félures jusqu’ici dissimulées sous une épaisse carapace. Tout est sous contrôle chez Emilie, on s’apercoit vite qu’elle s’est laissée enfermer dans un personnage dur, intraitable. A ses côtés, le personnage de Marie, l’inspectrice du travail est plus souriante, moins dans la pression. Son personnage aussi amène une bouffée d’air à l’intérieur de cette entreprise ou tout est bordeline.  Le face à face des deux personnages est très interessant.  A noter quand même que le réalisateur prend le parti des salariés réduisant les patrons à des personnages cyniques, sans morale, et prêts à tout pour du fric ! il ne leur laisse aucune qualité…

L’excellente Céline Salette est Emilie, dure et à la fois fragile. Elle est parfaite.  Violaine Fumeau, moins connue mais gagnerait à l’être, est Marie. Elle est hyper crédible tant elle joue naturellement. Lambert Wilson est le patron, doté d’une superbe autorité, il est toujours aussi impeccable.

L’atmosphère étouffante, la pression du management dans les grandes entreprises… Glacant et parfaitement joué !


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Framboise32 23767 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine