Magazine Culture

[Critique] L’affranchie : témoin d’une liberté retrouvée

Publié le 13 avril 2017 par Linfotoutcourt

La sobriété, le porte à porte, les collants en laine. L'affranchie présente une ambiance simple et cloisonnée avant de raconter la vie des témoins de Jéhovah dans les moindres détails. Un sujet sensible, abordé avec honnêteté et intelligence par l'italien, Marco Danieli.

Un film de culte. Dès le début, on pénètre ce cercle fermé avec précautions. Le réalisateur, lui même, garde du recul sur cette idéologie. Il la met en image avec le plus d'objectivité possible, sans jamais se laisser emporter par la facilité d'opinion. On découvre alors au travers de sa caméra un tout autre monde, fait de devoirs et d'interdits, où les libertés fondamentales sont bridées et les obligations nombreuses. Éducation, métier, vêtements, amis, amants, tout semble tracé d'avance sans possibilité d'évoluer.

Une actrice épatante. Sous ses faux airs de Natalie Portman, la charmante Sara Serraiocco livre une interprétation d'une puissante fragilité. Elle incarne à la perfection cette jeune fille enfermée dans sa bulle religieuse, puis confrontée soudainement à une liberté effrayante. L'affranchie nous embarque alors pleinement dans cet univers de soumission et de foi, avec une belle démarche empreinte de pudeur et d'humanité.

L'affranchie sort le 19 avril 2017 dans les salles.

(Visited 22 times, 22 visits today)


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Linfotoutcourt 59035 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine