Magazine Culture

Jalousie, haine et riposte, les piliers de la société ?

Publié le 14 avril 2017 par Teamvivia56

Flash-back à la fin des années 60. Philippe est encore lycéen. Alors qu'il veut aider Noémie, une amie, il est victime d'une agression sauvage.

Noémie souffrait d'une intoxication alimentaire après avoir mangé une brandade de morue - une préparation facilement toxique - plus tout à fait comestible vendue par l'amère Mullet, une épicière vorace d'oseille. La petite commerçante cupide nageait en eau trouble et écoulait sans scrupule des plats préparés à base d'ingrédients avariés.

Après un bref passage à l'hôpital, Noémie, dernière victime en date de la sorcière, se voyait contrainte de passer quelques jours de convalescence chez elle avant de reprendre les cours. Repos, bouillons de légumes et plats faciles à digérer au menu. Philippe et son cousin Laurent se relayaient pour lui rendre visite. Noémie souhaitait que sa famille déménage car elle ne sentait pas à l'aise dans le pavillon de la rue des Perdrix dans lequel elle habitait à Paramé. La plupart des voisins étaient plutôt gentils, mais aux dires de la jeune fille, " d'autres n'étaient vraiment pas de la crème. Pas le haut du panier, des vrais fruits pourris . "

Philippe constata un mercredi après-midi que ces nouveaux Paraméens-là n'avaient pas les qualités des succulents gâteaux sortis de la meilleure pâtisserie du quartier. Sortant de chez son amie, il enfourchait sa mobylette Peugeot aux allures de moto lorsqu'un bras dodu le saisit par derrière. Le gars à qui appartenait le jambon plein de gras profita de son déséquilibre pour le faire tomber par terre. Malgré son apparence policée et bien élevée, Philippe était à peu près aussi doux et inoffensif qu'un régiment de chars blindés. Il pratiquait assidument le judo ainsi que l'escrime et s'entraînait quasi quotidiennement à la lutte en chahutant avec son cousin. L'agresseur n'eut pas le temps de le plaquer au sol comme il le prévoyait. Au moment où il se sentit déséquilibré, Philippe se jeta en arrière. L'autre recula, déséquilibré à son tour et surpris par la manœuvre. Philippe poursuivit un mouvement de retournement arrière. Son pied droit frappa l'arête du nez et l'œil de son agresseur. Philippe se félicita d'avoir choisi le matin de porter des chaussures de ville aux semelles protégées par des fers plutôt que des tennis aux semelles souples. Le gros lard saignait comme un porc. Sous sa pommette en marmelade, une étrange mixture ressemblait à la chair à saucisse qui garnit une paupiette. Philippe n'avait pas eu le temps de profiter de sa victoire éclair. Un gibier de potence ressemblant au premier voyou avec juste quelques centimètres de moins l'avait cueilli par surprise en lui balançant une tarte dans la poire. Une grosse châtaigne. Le nouvel attaquant crut que Philippe était cuit. Il paraissait sonné et se laissa tomber en avant sur lui. Il le repoussa et ne comprit pas ce qui lui arrivait. Philippe se projeta un arrière en exécutant un Sumi gaeshi qui fit voler l'autre dans les airs avant un écrasement sur le macadam qui lui pela les mains, le menton et les genoux avec la sauvagerie d'une râpe à gruyer. Eh oui, rue des perdrix, le perdreau de six semaines s'était fait rouler dans la farine. Encore un peu tendre pour un plat de résistance. Au moment des coups de pieds dans le ventre, le foie de veau du type se recroquevilla comme dans le beurre brûlant d'une poêle à frire.

Philippe avait observé dans le rétroviseur de sa mob que son visage rougissait à l'endroit où il avait pris un marron. Sa peau le brûlait et sa paupière le gênait. De retour dans la maison familiale à Saint-Servan, son cousin Laurent l'avait soigné avec le contenu du frigo en appliquant un vieux remède. D'abord l'application de glaçons placés dans un torchon. Puis une tranche de viande de la taille d'une escalope découpée dans un rôti de veau. Le soir, la marque de coup était atténuée. Le vendredi matin, jour de retour au collège, elle n'était pas décelable, à moins d'avoir eu connaissance de ce qui était arrivé à Philippe. Le bon usage des glaçons et de l'escalope avaient évité au patient de se faire mettre sur le grill par les questions saignantes de petits carnivores comme Brice, toujours prêt à appuyer là où ça faisait mal.

Ou encore des vannes épicées de Gabriel, qui contrairement ce que son prénom aurait pu laisser penser, n'avait rien d'un ange. Un jaloux pathologique et sadique, malheureusement très costaud malgré son apparence filiforme. Un type qui valait à lui seul deux paires de crapules paraméennes. Il s'amusait à tordre ses condisciples et faisait durer les matchs de catch qu'il provoquait sous prétexte de rigoler. Malgré sa capacité à se défendre, Philippe s'était fait piéger par Gabriel, comme à peu près tous les copains de leur classe d'âge. Il avait vraiment dégusté. L'autre, qui voulait faire mal, gardait toujours une fraction de seconde d'avance et bloquait toutes ses prises. Il l'avait empêché de respirer jusqu'à ce que plaqué au sol, vexé, au bord de l'asphyxie, il s'avoue vaincu. Des minutes très pénibles qui, alors que Philippe était bien moins en danger qu'au moment de l'agression subie rue des perdrix, lui laissait un souvenir très sombre. Un cauchemar qu'il n'arrivait pas à effacer de sa mémoire. En vérité, Gabriel se vengeait cruellement de ceux qu'il jalousait, les plus aisés, les premiers de classe, les plus doués dans un autre sport que la lutte... Ceux qui, comme Philippe, appartenaient aux trois catégories, auraient fini pendus au bout d'une corde sans la peur du gendarme qui garantit la sagesse des plus mauvais et la sécurité de leurs proies potentielles. Gabriel extériorisait sa haine de tous ceux à qui il supposait quelque chose qu'il n'avait pas, argent, intelligence, élégance, don pour un sport, pouvoir de séduction... Il n'aurait pas intérêt à se présenter aux élections de chef de classe à la prochaine rentrée. Quoique... Les gens votent-ils pour celui qui défendra leurs intérêts ? Pas sûr... Beaucoup préfèrent désigner quelqu'un dont ils savent qu'il leur nuira mais qu'ils espèrent voir léser davantage encore le voisin qu'ils détestent, jalousent, vouent aux flammes de l'enfer parce qu'ils l'imaginent plus heureux qu'eux...

Ce texte est extrait d'un feuilleton dont je suis l'auteur. Son titre, UN PLAT SAIGNANT ET UNE ADDITION SALÉE , un feuilleton gastronomique qui décrypte le menu de lecture d'une cuisine automobile, fiscale et sociétale amère :


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Teamvivia56 383 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines