Magazine Cinéma

Power Rangers (2017)

Par Mrvladdy @mrvladdycrane
Power Rangers (2017)Power Rangers. 2 heures 04. États-Unis. Fantastique - Action. Sortie en France le 5 avril 2017 (le 24 mars 2017 aux États-Unis). Réalisé par Dean Israelite avec Dacre Montgomery, Naomi Scott, RJ Cyler, Becky G, Ludi Lin, Bryan Cranston, Elizabeth Banks, Bill Hader, David Denman, Anjali Jay, Sarah Grey, Patrick Sabongui... " C'est l'heure de la transformation. " Avis écrit le 16 avril 2017.

Dans la petite ville d'Angel Grove, cinq adolescents découvrent qu'ils ont des pouvoirs extraordinaires. Ils vont devoir apprendre à surmonter leurs peurs et à faire équipe pour devenir les Power Rangers : le destin les a choisis pour sauver le monde de la destruction orchestrée par une force extraterrestre surpuissante...

Une adaptation cinématographique de nos jours de " Power Rangers ". Pour toute personne de ma génération connaissant un minimum cette série télévisée qui a bercé une bonne partie de ma jeunesse, ça sentait quand même bon le projet bien pourri. Pourtant, presque 25 ans plus tard, ses héros assez risible avec nos regards d'adultes reviennent sur grand écran. Avec quelques retours positifs, j'étais vraiment curieux de découvrir le résultat, moi qui étais plutôt du genre Bioman.

Et je dois bien avouer que ce fut dans l'ensemble une agréable surprise. On ne va pas se mentir, le scénario écrit par John Gatins ne vole pas très haut. Tous les habituels clichés du genre sont présents. La bande d'adolescents paumés aux caractères bien différents qui vont se découvrir de supers pouvoirs, une quête, une ligne de conduite et s'unir pour affronter le Mal.

Mais là où cette adaptation a été un peu plus intelligente, c'est d'avoir opté pour une approche plus contemporaine. A une époque où les films Marvel et DC Comics se font légion, nos Rangers ont décidé de surfer avec le même cahier des charges en se prenant un peu plus au sérieux. Alors oui, dans la construction, la très grosse légèreté générale fait que l'on est un grand ton en dessous mais globalement, si on se laisse prendre au jeu, il y a de quoi trouver le résultat fun.

Je ne sais pas si c'est la super vilaine toute verte avec son trident ou le côté extra-terrestre qui plane sur cette histoire mais j'ai même assez souvent pensé à " Thor " en voyant ce long métrage. Tout ceci fait bien sûr sourire et l'on aurait tort de prendre cela au sérieux mais cette réactualisation du mythe des Power Rangers passe ainsi un peu plus facilement le cap de notre époque. Que l'on y adhère ou pas après c'est une autre histoire.

D'ailleurs, on voit bien que dans son final, lorsque l'on redevient un peu plus proche de la série d'origine, le film devient beaucoup moins efficace. Si pendant une longue partie, on se croit dans un film de super héros lambda des années 2010, ce final avec ses monstres et ses machines clownesque (bien qu'actualisé malgré tout) fait que la série d'origine reprends le dessus et nous fait même esquisser plusieurs sourires. Personnellement en tout cas, ça m'a fait marrer et la reprise du fameux thème phare m'a bien aidé également à ne pas prendre ce film trop au sérieux.

De bout en bout, ce scénario est donc extrêmement classique et facile mais c'est aussi cela qui le rend un peu plus fun. On perd un temps fou à nous présenter les personnages et à mettre en place l'intrigue mais j'ai retrouvé une partie de mon âme de gosse qui aimait se coller devant le Club Dorothée.

Au-delà de ce constat, j'ai fortement aussi apprécié le fait que pour cette équipe, on retrouve le mélange ethnique ainsi qu'une certaine parité associé à quelques nouveautés comme l'orientation sexuelle LGBT d'un personnage (finement évoqué) ou le côté différent dans la façon de penser d'un autre. C'est bête je sais mais je trouve ça vraiment pas mal ce mélange des genres qui colle à l'esprit que la série d'origine pouvait avoir malgré son côté risible dans son scénario.

Concernant le casting, cette nouvelle équipe est composée pour moi de parfaits inconnus. Dacre Montgomery (Jason Lee Scott / Ranger Rouge) m'a par exemple surtout fait penser à un Zac Efron très léger. Je le sais leader de ce groupe surtout parce que le film nous l'impose car on ne peut pas dire qu'il soit très imposant dans ce costume mais cela reste cohérent avec l'ensemble.

Ludi Lin (Zackary " Zack " Taylor / Ranger Noir) malgré son côté agaçant m'a fait tirer plusieurs sourires que j'ai aimé avoir. Un tantinet plus " imposant " que le leader imposé, il compense par une folie dans son rôle qui fait que son personnage reste ainsi à sa place durant tout le long métrage. Parmi les Rangers masculins, malgré la touche comique qu'il apporte, c'est aussi celui qui est le plus en retrait bizarrement à mes yeux.

Comme je le dis un peu plus haut, j'ai aimé le fait que l'on retrouve le même quota de personnages féminins dans cette équipe. Entre Naomi Scott (Kimberly " Kim " Hart / Ranger rose) et Becky G (Trini Kwan / Ranger jaune), la première est sans doute celle qui tire le plus la couverture à elle. Sans jamais être détestable, l'actrice faisant comme le reste de la bande simplement ce qu'on lui demande sans avoir à trop forcer, j'ai néanmoins eu plus de tendresse pour la seconde que l'on voit un peu moins et que j'aurais aimé davantage exploité.

Mais des cinq Rangers, celui qui tire son épingle du jeu et vole même la vedette au chef du groupe, c'est pour moi RJ Cyler (William " Billy " Cranston / Ranger bleu). C'est en tout cas celui que j'ai le plus apprécié. L'humour et la naïveté de son personnage me plait tandis que dans l'interprétation, c'est sans doute l'acteur qui joue le mieux avec la caricature de son personnage sans être trop risible. Ca cabotine comme tout le monde mais ça fonctionne davantage je trouve.

Pour le reste de la distribution, on retiendra surtout Bryan Cranston (Zordon) qui même sur un simple mur numérique parvient à s'imposer et à être charismatique vocalement ainsi qu'Elizabeth Banks (Rita Repulsa). Le personnage de cette dernière est pourtant ridicule (comme la plupart des méchants de cette franchise de toute façon) mais, je ne sais pas si c'est parce que j'ai vu ce film avec mon âme de gamin, elle m'a amusé.

Ne pas rendre ce type d'histoire trop ridicule alors que les jeunes qui ont découvert la série télévisée à l'époque ont bien grandi, telle était la tâche de Dean Israelite. Le réalisateur assure plutôt bien dans l'ensemble. Comme pour le scénario, c'est assez léger mais il nous emballe ça comme un bon divertissement fantastique sans prise de tête qui passe comme une lettre à la Poste.

Il ne peut pas masquer le côté clownesque du projet mais il limite fortement la casse. Pendant une longue partie du long métrage, il nous offre surtout un sous-film de super héros assez agréable à suivre. Il parvient un peu moins à convaincre dans le final car l'affrontement ridicule qui clôturait déjà les anciens épisodes devait bien finir par arriver mais même là encore, je trouve qu'il réussit à atténuer la chose.

Cela est simple mais, même si je peux me tromper, je pense que le très jeune public en aura pour son argent tandis que les nouveaux adultes réussissent à se replonger dans leurs enfances avec une certaine nostalgie. D'ailleurs petite aparté, j'ai trouvé ça amusant de voir que ma salle était majoritairement composé de trentenaire et de quelques enfants, tout ce public semblant bien profiter du spectacle.

Visuellement, ça passe bien aussi. La mise à jour est correcte est là aussi, on sauve un peu les meubles. Rien d'exceptionnel mais on n'a pas les décors en cartons et les costumes en papiers mâchés, ce qui avouons-le, est une bonne chose. Pour le coup, ce film se laisse vraiment regarder sur grand écran alors que la série des années 90 sur ce support doit un peu plus piquer les yeux.

Quant à la musique de Brian Tyler, elle accompagne bien cette sucrerie le compositeur n'hésitant pas à utiliser un style musical assez habituel chez lui. La veille, j'ai vu en salle " Fast and Furious 8 ", autre long métrage avec une musique de Brian Tyler, et même si les deux films ne vise pas la même chose, musicalement, j'ai trouvé que c'était assez proche dans les tonalités mais ça vient peut-être de moi...

Power Rangers (2017)

Pour résumer, j'avais tort de me faire du souci pour cette renaissance de " Power Rangers ". Ce divertissement n'a rien d'exceptionnel mais il a au moins le mérite de ne pas se prendre pour ce qu'il n'est pas. Simple film de supers héros qui remet au goût du jour des personnages de mon enfance, le résultat demeure assez jouissif et plaisant. Il n'y a rien de mémorable, on retrouve les codes habituels mais ça marche bien et on limite la casse même si le final démontre les faiblesses de la série d'origine. Premier film qui en annonce d'autres, je suis curieux de voir la suite (sans non plus sauter de joie) en espérant qu'on puisse toujours s'éloigner un peu du support de base tout en gardant son âme. Je verrais ce que fait sur moi ce long métrage après d'autres visionnages en tout cas car je ne vois pas d'inconvénients à me replonger dedans de nouveau plus tard.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Mrvladdy 194 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines