Magazine Cinéma

58 minutes pour vivre (1990) ★★★★☆

Par Olivier Demangeon @critiks_moviz
58 MINUTES POUR VIVRE (1990) ★★★★☆

Synopsis : 58 minutes pour vivre, ce sont celles qui restent à une poignée d'avions bourrés de passagers pour se poser avant d'être à court de carburant : au sol un groupe de terroristes fait chanter les autorités avec un plan d'attaque rapide, brutal et brillant... Mais c'est compter sans la présence accidentelle de l'inspecteur de police John McClane, obligé de mener seul, poussé par son intuition, une enquête sauvage...

Origine du film : États-Unis
Réalisateur : Renny Harlin
Scénaristes : Steven E. de Souza, Doug Richardson
Acteurs : Bruce Willis, Bonnie Bedelia, William Atherton, Reginald VelJohnson, Franco Nero, William Sadler, John Amos, Fred Thompson
Musique : Michael Kamen
Genre : Action, Policier, Thriller
Durée : 2 heures et 04 minutes
Date de sortie : 3 octobre 1990 (France)
Année de production : 1990
Sociétés de production : Silver Pictures, Gordon Company
Distribué par : 20th Century Fox
Titre original : Die Hard 2
Notre note : ★★★★☆

" Die Hard 2 " ou " 58 minutes pour vivre " est un film d'action américain datant de 1990, réalisé par Renny Harlin, à qui l'on doit également " Les acteurs principaux sont Bruce Willis, qui reprend son rôle de John McClane, Bonnie Bedelia, qui reprend son rôle de Holly McClane, William Sadler, qu'on a pu voir dans " Ce métrage est le second volet de la franchise Die Hard, et suit " Notre commentaire : La Filature " (2016). The Duel " (2016), William Atherton, qui reprend son rôle de Richard " Dick " Thornburg, Franco Nero, qu'on a pu voir dans " Piège de Cristal " (1988). Django Unchained " (2012), Fred Thompson, qu'on a pu voir dans " " (2012), et Reginald VelJohnson, qui reprend brièvement son rôle du Sergent Al Powell.

Le scénario a été écrit par Steven E. de Souza et Doug Richardson, adapté du roman " 58 Minutes " de Walter Wager. Le roman a la même prémisse, mais diffère légèrement : un flic doit arrêter les terroristes qui prennent un aérodrome en otage alors que les avions sont en attente, décrivant des cercles dans le ciel. Ils ont 58 minutes avant de tomber en panne. Roderick Thorp, qui a écrit le roman " Nothing Lasts Forever" , sur lequel " Piège de Cristal " (1988) a été basé, est crédité sur le film pour l'apport de certains personnages originaux, bien que son nom soit mal orthographié à l'écran, apparaissant sous Roderick Thorpe.

Comme pour le premier film, l'action de " 58 minutes pour vivre " a lieu la veille de Noël. John McClane attend sa femme à l'aéroport international de Washington lorsque les terroristes prennent le contrôle du système de supervision de la circulation aérienne. Il doit arrêter les terroristes avant que l'avion de sa femme, et plusieurs autres vols en attente, ne manque de carburant et se crashe. Pendant toute la nuit, John McClane doit également lutter avec la police de l'aéroport, ainsi qu'avec le commandant d'un groupe d'assaut militaire qui ne veut pas son aide.

" 58 minutes pour vivre " a dépassé toutes les attentes en battant largement le succès au box office de " Piège de Cristal " (1988). Ce deuxième volet avait un budget de 70 millions de dollars et bénéficia d'une large diffusion en salle, faisant 217, millions de dollars de recette lors du week-end d'ouverture. " 58 minutes pour vivre " a rapporté 117,5 millions de dollars aux États-Unis et 239,5 millions de dollars dans le monde entier.

L'idée avec " 58 minutes pour vivre " , c'est un petit peu " on reprend les mêmes et on recommence ". Fort du succès de " Piège de Cristal " (1988), une suite s'imposait, surtout du côté des producteurs qui aiment l'odeur des dollars. On retrouve donc Bruce Willis dans le personnage de John McClane, mais également Bonnie Bedelia dans le rôle d'Holly Gennero-McClane. Issu du premier opus on rajoute encore Reginald VelJohnson, dans le rôle du Sergent de Police Al Powell, et William Atherton, dans le rôle du journaliste Richard " Dick " Thornburg.

On a beau avoir déplacé le lieu de l'action, d'une tour à Los Angeles à l'aéroport de Washington, mais globalement l'histoire est similaire. John McClane doit se défaire d'un groupe de terroristes en faisant face à l'incompétence de ses collègues policiers. Ce nouveau groupe de mercenaires venu prendre le contrôle de l'aéroport pour faciliter l'évasion du Général Ramon Esperanza (Franco Nero), un seigneur de la drogue doublé d'un dictateur d'un pays fictif nommé Val Verde. Pays imaginaire dont on avait déjà entendu parler dans " Commando " (1985) avec Arnold Schwarzenegger.

Les scènes d'action s'enchaînent, et il n'y a que peu de temps de répit pour le principal protagoniste de l'histoire, qui se dépatouille comme il peut, face à une escouade de mercenaires bien entraînés, qui lui donne du fil à retordre. L'intrigue est tendue et la mise en place du complot entre mercenaires et groupe d'intervention est bien amenée. Aujourd'hui certaines scènes peuvent apparaître comme fades en raison de l'évolution des effets spéciaux en l'espace de trois décennies, notamment le crash de l'avion. On retrouve la petite pointe d'humour dans les monologues de John McClane, ce qui permet de faire de lui un personnage engageant, aimable. On peut regretter que les cinéastes n'aient pas plus développé le fait que John McClane soit retissant à la technologie de pointe, comme on peut l'esquisser dans la scène avec le fax.

" 58 minutes pour vivre " a fait l'objet de plusieurs éditions en DVD ainsi qu'en Blu-ray, dont celle paru le 15 janvier 2003 chez Fox Pathé Europa. Pour de plus amples renseignements, n'hésitez pas à consulter la fiche du film sur le site DVD.Fr.

En conclusion, " 58 minutes pour vivre " est un bon thriller d'action, doublé d'une très bonne suite à " Piège de Cristal " , même si ces deux films peuvent être abordés séparément. L'histoire est plaisante et l'intrigue est au rendez-vous. Le rythme est très dynamique, et on n'a pas le temps de s'ennuyer. La petite pointe d'humour est toujours présente et les fusillades sont nombreuses. Certaines cascades étaient innovantes à l'époque de la sortie du film, il y a presque trente ans. La distribution offre de bonnes prestations, et Bruce Willis assume bien son personnage d'anti-héros. Un métrage qui, malgré le poids des années, reste une valeur sure.

Bande-annonce :

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Demangeon 96 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines