Magazine Bourse

Investir dans la croissance ou dans la valeur, un éternel débat

Publié le 18 avril 2017 par Martin Raymond @investiralabour
Investir dans la croissance ou dans la valeur, un éternel débat

Simplicité - Transparence - Performance

Investir dans la croissance ou dans la valeur, un éternel débat Tout le monde peut s'enrichir en bourse, faites passer votre portefeuille à la vitesse supérieure en faisant l'essai de MIA maintenant

S'il est facile de trouver des entreprises en croissance, il est très difficile d'estimer si l'entreprise continuera à croître à un régime suffisamment élevé pour justifier les valorisations actuelles.

Il existe des entreprises avec une croissance élevée pendant de longue périodes comme Apple ou Microsoft , mais qui aurait pu prévoir à l'avance que cela allait être le cas.

Pour d'autres sociétés de croissance cela a mal tourné Kodak aujourd'hui à disparu, Nokia ou BlackBerry ne sont plus que l'ombre de ce qu'elles ont été. Mais qui aurait pu le prévoir?

Investir dans la croissance nécessite de grandes compétences pour évaluer les perspectives futures.

Un investisseur dans la valeur va chercher des entreprises bon marché, dont la valeur boursière est inférieure à la valeur tangible et qui finiront par retrouver leur vraie valeur.

Warren Buffett a dit, " Les chiffres doivent être suffisamment clairs, comme si vous receviez un coup de batte de base-ball sur la tête . "

Ces 2 façons de penser sont souvent considérées comme opposées, mais Buffett considère ces deux types d'investissement comme des frères siamois.

Selon Buffett un facteur de croissance est un élément nécessaire pour déterminer la valeur.

Avec les années la pensée de Buffett a évolué, il est devenu plus expérimenté, mais aussi en raison de la croissance rapide de son portefeuille, il est devenu difficile pour lui d'investir dans de petites entreprises de valeur profonde (deep value) très rentable comme au début de sa carrière.

Une différence entre les deux méthodes est le temps de détention, Buffett nous dit sa période de détention préférée est " pour toujours ".

Un investissement comme Coca-Cola va lui payer en dividende son investissement initial, ce qui illustre la puissance des intérêts composés quand on garde une entreprise sur le long terme.

Pour Buffett Coca-Cola a été un 10-bagger. L'action était clairement sous-évaluée dans les années 80-90, mais depuis le début des années 2000 le cours n'a plus guère évolué, fin des années 90 le PER était de 40 et maintenant il est 25% plus bas.

Acheter de grandes entreprises de qualité pour les garder longtemps et en réinvestissant les dividendes, libère la magie des intérêts composés et ne demande que peu de travail. Évidemment c'est plus facile à dire qu'à faire.

Walter Schloss un autre investisseur dans la valeur très connu n'a pas la même philosophie que Buffett. Il agit comme un épicier, qui achète des biens avec l'intention de les revendre avec profit. Il achète des valeurs bon marché uniquement sur base de la comptabilité et revends ses actions une fois que leur valorisation n'est plus bon marché , il ne s'occupe pas de macro-économie, il ne s'entretient pas avec les dirigeants des valeurs qu'il possède, seuls les chiffres de la comptabilité compte pour lui. Et cette stratégie a fonctionné incroyablement bien pour lui.

Benjamin Graham a dit: " Presque toutes les actions ont un prix si bas qu'elles doivent être achetées, et aussi un prix si cher qu'elles doivent être vendues "

Il a trouvé une voie bien plus facile que celle utilisée par Buffet, il ne doit pas essayer de faire des prévisions, son processus est purement mathématique et permet de de garder sous contrôle ses émotions, acheter quand il y a des problèmes et vendre quand il y a euphorie.

Schloss tout comme Graham a acheté des actions bon marché et les a revendus quand elles étaient comptabilisées à leurs justes valeurs. Et ils ont répété ce processus encore et encore.

Buffett n'a pas vendu ses actions Coca-Cola quand les valorisations étaient hors de prix et les perspectives de revenu futur médiocre. Buffett continue à percevoir un revenu passif de son investissement dans Coca-Cola et au fur et à mesure des années les dividendes continueront à augmenter. Les bonnes entreprises continuent à récompenser l'investisseur patient.

" Le temps est l'ami de la merveilleuse entreprise, l'ennemi de la médiocrité " nous dit Buffett.

Il n'y a pas de bonne ou mauvaise façon d'investir. Cela dépend de plusieurs facteurs, les plus importants sont votre personnalité et vos connaissances.

Buffett et d'autres recherchent les grands gagnants qu'ils peuvent garder pendant une longue période. Schloss et Graham préfèrent des gains plus petits, plus sûr et répéter. Dans les deux cas, la magie des intérêts composés permet d'arriver progressivement à d'excellents résultats.

Investir avec une marge de sécurité prémunit contre les erreurs de raisonnement, mais si la croissance reste prometteuse, il serait dommage de ne pas en profiter.

Par Patrick VB

Laissez moi votre commentaire sur l'article. Je vous invite également à partager cet article sur les réseaux sociaux et à aimer notre page Facebook. Un like sur notre page Facebook, c'est une chance de gagner un abonnement d'un an à la section privilège MIA.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Martin Raymond 280 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines