Magazine Musique

Freddie Gibbs « You Only Live 2wice » @@@@

Publié le 31 mars 2017 par Sagittariushh @SagittariusHH
Freddie Gibbs « You Only Live 2wice » @@@@ - Hip-Hop/Rap

Freddie Gibbs « You Only Live 2wice » @@@@

Laisser un commentaire

Personne n’aurait aimé être dans les baskets de Freddie Gibbs quand la police française l’a extradé dans une geôle autrichienne l’été 2016. Trois mois derrière les barreaux, à des milliers de kilomètres de chez lui, sa famille et ses amis, à attendre d’être jugé par abus sexuels pour finalement – et heureusement – être acquitté en Septembre. Ouf. Son retour était imminent. La pochette illustrant You Only Live 2wice, qui portraye le rappeur dans une réinterprétation moderne du tableau de résurrection du Christ (une parmi tant d’autres), c’est justement comme ça qu’on l’attendait, comme le messie. Le comble, cette chronique est écrite un lundi de Pâques.

Cet album 8-titres (visiblement ce n’est pas considéré comme un EP) démarre logiquement par « 20 Karat Jesus« , illustration sonore cette fois de cette résurrection au sens métaphorique. Le titre se décompose en deux parties, une première assez glaciale (où il lâche « I be kickin’ shit like Solange in the elevator ») et une seconde très chaleureuse avec une crème soulful riche, un choeur de voix pitché, pour mettre en exergue la force de la foi. Dans un genre plus pieux, il y a « Amnesia » si vous voulez. Toujours très sérieux, ce beat de « Alexys » composé par le Canadien Kaytranada et les BADBADNOTGOOD devait forcément être excellent sur papier et c’est le cas. Pour varier les plaisirs, « Dear Maria » et « Phone Lit » (à jouer de préférence le soir ou une nuit d’insomnie) intègrent des vibes r&b contemporain bien plaisantes où le flow de Freddie Corleone reste implacable. Notez aussi comment le rappeur aime bien user de symétrie entre les couplets sur certains titres.

Mais revenons-en au vif du sujet, les morceaux qui découlent de son emprisonnement. Sur un magnifique sample de « Fear » de Sade (déjà utilisé par les Mobb Deep en 99 sur « Where Ya Heart At« ), le single « Crushed Glasses » évoque dans le second couplet son épisode carcéral qui a transformé sa tournée européenne en cauchemar. Troisième couplet, c’est le retour du gangsta, mais plus tout à fait le même homme. Freddie revient une nouvelle fois sur cette très mauvaise mésaventure avec « Homesick« , sur sa maturation en tant qu’homme et sa vision de choses, depuis qu’il est devenu père. Pincement au coeur, mais c’est pas ce genre de rappeur sensible. Fuck Drake, YOL2. Vivement Bandana avec Madlib.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Sagittariushh 3319 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines