Magazine Emarketing

Le leader optimiste : 6 qualités à développer en philanthropie?

Publié le 10 août 2017 par Philanthropie

10 août 2017 par martin goyette

Le leader optimiste : 6 qualités à développer en philanthropie?
Je dînais avec une amie il y a quelques jours qui me parlait du concept de leader optimiste et de son importance dans son travail. Selon elle, les leaders optimistes sont assez rares. En l'écoutant, je ne pouvais faire autrement que transposer ses paroles dans le secteur philanthropique où l'optimisme se retrouve toujours dans la balance face à la gestion du risque. À la limite, on dirait qu'optimisme rime avec irresponsabilité. Je me demande si cette fameuse gestion du risque fondée sur la crainte de nuire aux finances de l'organisme a comme impact possible l'inertie et la sous-performance.

Carolina Castro a écrit un bel article sur le leader optimiste. Celui-ci est publié par l'ordre des CHRA (" Quelle place accorder à l'optimisme "), mais il faut être membre de l'ordre pour y accéder. Voici toutefois le résumé des 6 qualités énoncées par madame Castro pour définir un leader optimiste :

  1. Savoir écouter : Être attentif à l'environnement, se montrer curieux, valoriser les échanges de points de vue, comprendre les besoins et enjeux avec ouverture d'esprit. Tout ce qui peut créer un climat de confiance pour la proposition d'idées nouvelles est bénéfique.
  2. Être orienté vers les relations : S'intéresser réellement aux autres, aimer découvrir leurs forces, avoir assez confiance pour déléguer, favoriser la contribution individuelle et le travail d'équipe, reconnaître les bons coups.
  3. Stimuler : Inciter au développement et au dépassement de soi et de groupe, encourager les apprentissages et combattre le surplace en invitant à sortir de sa zone de confort, toujours viser l'évolution. Ça ressemble à une culture d'apprentissage.
  4. Faire confiance : Oser se montrer vulnérable et transparent avec l'équipe, clarifier les attentes et ne pas cacher ses émotions.
  5. Savoir dédramatiser : Conserver son calme dans la turbulence, utiliser l'humour pour détendre l'atmosphère, faire preuve d'intelligence émotionnelle.
  6. Voir un avenir favorable : Envisager le futur avec créativité, identifier les opportunités plus que les obstacles, avoir une vision d'ensemble, croire en la puissance du collectif (de l'équipe), briser les silos pour faciliter l'action.

Étant donné l'importance sociale du rôle des organismes caritatifs, ses qualités sont selon moi encore plus cruciales en philanthropie qu'ailleurs. Sans trop généraliser, j'aurais tendance à croire qu'il manque de leaders optimistes en philanthropie. Probablement à cause de la peur de prendre des chances, on valorise davantage le conservatisme que l'innovation. Est-ce que de potentiels leaders optimistes se retiennent? Difficile de ne pas imaginer l'impact négatif sur les employés en philanthropie qui déplorent souvent l'immobilisme de leur organisme. Est-ce aux conseils d'administration que revient la responsabilité d'encourager l'optimisme?


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Philanthropie 245 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine