Magazine Culture

L’exposition Game mérite le coup d’oeil

Publié le 10 août 2017 par Efflorescenceculturelle
L’exposition Game mérite le coup d’oeil

L’exposition Game mérite le coup d’oeilQuoi de mieux qu'un merveilleux mois d'août pluvieux pour se précipiter dans les salles vides d'une galerie parisienne ? La Fondation EDF n'en est clairement pas à son premier coup d'essai en terme d'exposition enrichissante puisqu'elle avait officiée l'an passé avec une approche très rigoureuse de la musique électro depuis ses premières notes. Depuis mars dernier, c'est au tour des jeux vidéo de se mettre en avant sous un angle historique avec Game, le jeu vidéo à travers le temps.

Dès les premiers pas dans cette ancienne sous-station d'électricité, les diverses technologies se font face sans pour autant paraître trop envahissantes les unes pour les autres. Chaque étage se veut comme une ouverture vers un genre, un regard vers une évolution ou justement une volonté de démocratiser cette culture. Ainsi, plusieurs époques de jeux et de joueurs cohabitent dans une simplicité effarante. On a donc naturellement posé quelques questions à son commissaire, Jean Zeid, journaliste sur les ondes de France Info.

" Le but est de faire jouer et dialoguer toutes les générations, et pas seulement les plus âgés. C'est pour cela que l'exposition démarre par le temps présent : le jeu Uncharted 4 sur grand écran, une histoire des youtubeurs, etc. Lorsque invite des gens chez soi, ils ne rentrent pas par la cave ou le grenier. Il était ainsi important de commencer par faire un état des lieux du jeu vidéo aujourd'hui, pour que les plus jeunes puissent se reconnaître et que l'exposition ne soit pas qu'une salle de jeux pour nostalgiques. Je voulais que toutes les générations puissent dialoguer. Et la mélancolie n'est donc pas oubliée. "

On passe donc facilement d'un éblouissant Uncharted 4 (2016) de Naughty Dog à plusieurs versions du jeu d', , parfait exemple du renouvellement constant du 10 ème Art. Mais au premier étage, un tout nouveau monde se manifeste pour ceux qui sont trop jeunes pour avoir reçu une PSone à Noël. Pas de Mario, de Metroid ou de Tetris mais des Halo Combat Evolved (2001), des Alex Kidd in Miracle Universe (1986) ou encore des (1962) pour éblouir les yeux d'un public sûrement déjà conquis. Mais est-ce que la jeune génération arrive-t-elle à s'intéresser aux jeux vidéo des premiers temps ?

" Oui, c'est d'ailleurs vers ces jeux là qu'ils vont quasiment en premier. Juste après Fifa alors... C'est normal d'ailleurs, cette exposition est l'occasion de joueur à des jeux sans âge, dont la qualité ludique n'a pas pris une ride. Et donc de à , les plus jeunes s'amusent et découvrent ce passé en jouant. Mais j'avoue que c'est une bonne surprise, je ne pensais que les enfants se passionneraient autant pour Pac-Man ou Donkey Kong. Les grands jeux le restent toujours. "

Les organisateurs ont privilégiés la quantité en choisissant de ne pas abrutir les spectateurs avec d'innombrables cartons. Les quelques panneaux d'informations sont certes peu nombreux mais toujours pertinents et précis. Ce n'est non pas le jeu et son contexte qui sont mis en avant davantage l'expérience que le joueur en tire de sa session. Car aujourd'hui, l'expérience du joueur est au cœur de l'économie du secteur avec la multiplication des jeux en VR (réalité virtuelle en anglais) et une salle du sous-sol lui est même dédiée. Alors futur du jeu vidéo ou simple technologie de passage ?

" On parle beaucoup de la réalité virtuelle en ce moment, il faut dire que ces casques permettent de vous transporter dans un autre univers, réaliste ou fictionnel. Et ces dispositifs sont vraiment bluffant, mais ils sont encore trop lourds et encombrant. Cette réalité virtuelle pourrait par contre refaire surgir les salles d'arcade d'antan. Par contre, le jeu vidéo n'est pas allé au bout de la téléphonie mobile. Des milliards de smartphones, ce sont des milliards de gens à faire jouer. Aprèsl'an dernier, il y aura d'autres phénomènes planétaires avec cette console de jeux que nous avons tous dans la poche. "

Aujourd'hui, le média s'est largement imposé et la moyenne d'âge des joueurs atteint facilement la bonne trentaine. Désormais c'est plus d'une personne sur deux qui y joue régulièrement. Et quand on pose la question des souvenirs d'enfance à quelques curieux venus se promener dans les salles de la Fondation EDF, beaucoup évoquent des journées entières devant leur écran cathodique, coincés devant un boss ou à jouer contre un frère ou une sœur.

" Je me souviens d'une balade incroyable après une bataille acharnée sur un fleuve dans le jeu Red Dead Redemption, un western ludique très bien écrit. Cette course vers le Mexique accompagnée d'un brin de folk était vraiment mémorable. En tant que journaliste, j'ai eu la chance de croiser , le créateur de Zelda et Mario, quelqu'un de jovial et qui respirait une joie et une drôlerie rare. Enfin, mon dernier coup de cœur s'appelle What Remains Edith Finch , un jeu qui évoque la vie et la mort de manière si singulière, si attachante, qu'il fait sortir les mouchoirs. Pour moi, le jeu vidéo est plus proche de la littérature que du cinéma, et ce jeu en est un des exemples. "

Mais une question nous traverse tous l'esprit : le jeu vidéo, c'était vraiment mieux avant ?

" Non. Mais qu'est-ce que c'était bien. "

Pour info, l'exposition se tient à la Fondation EDF au 6 rue Récamier à Paris. Elle s'y tient encore jusqu'au 27 août et c'est gratuit !


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Efflorescenceculturelle 4198 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines