Magazine Bourse

Comment diversifier son portefeuille pour se prévenir des risques de marché ? (4/20)

Publié le 14 août 2017 par Chroom

Le Permanent Portfolio est intéressant pour l'investisseur qui fuit la volatilité (les années négatives avec cette approche sont très rares), mais au détriment d'une perte de rentabilité par rapport aux actions pures. C'est une des raisons qui explique pourquoi il n'y a pas plus de monde qui s’y met.

En effet, comme les actions réalisent de fortes performances souvent durant de nombreuses années, il est très difficile pour la plupart des personnes de rester de marbre face aux potentiels de gains énormes que cela représente. Posséder les 3/4 de son portefeuille investi ailleurs que dans les actions pendant ses périodes providentielles est difficile à supporter.

Si la rentabilité du Permanent Portfolio reste bien entendu positive durant les phases de forte croissance, elle est néanmoins bien inférieure à celle du marché des actions. Il faut être sacrément solide pour garder les yeux fermés quand la bourse grimpe de nombreuses années d'affilée de plusieurs dizaines de points de pourcentage.

L’autre explication c’est que ces 4 actifs correspondent à 4 types d’investisseur bien particulier : l’entrepreneur (actions), le parano (or), le matérialiste (cash) et le bon père de famille (obligations). On possède tous une de ces casquettes, voire deux, mais beaucoup plus rarement 3 ou 4.

Certains de ces actifs seront totalement contre notre nature propre, au point qu’il nous sera tout simplement impossible d’y investir. Pour la majorité des gens, les actions et l’or sont des instruments beaucoup trop risqués et spéculatifs. Pourtant quand on y regarde de plus près, même si c’est plus insidieux, les obligations et le cash possèdent également des risques. Typiquement, le cash et les obligations ne protègent pas contre l’inflation.

En ce qui me concerne c’est l’or qui me pose le plus de problèmes. J’ai énormément de peine avec cette matière inerte qui ne crée pas de richesses et qui relève assez souvent de la spéculation pure. Investir ¼ de ma fortune dans le métal jaune me paraît donc insensé. Néanmoins je dois bien reconnaître que si j’avais été investi, même partiellement, dans l’or durant la période 2000-2010, plutôt qu’à presque 100% en actions, je me serais mieux porté.

A l’inverse je n’ai aucun problème à acheter des actions, même si par les temps qui courent je suis plus prudent. En ce qui concerne le cash, même si j’aime en posséder dans l’attente d’une future correction des marchés boursiers, pour profiter de nouvelles aubaines, j’ai également un peu de peine à m’imaginer conserver ¼ de ma fortune en argent liquide.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Chroom 345 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte