Magazine Culture

Critiques Séries : The Orville. Saison 1. Pilot.

Publié le 12 septembre 2017 par Delromainzika @cabreakingnews

The Orville // Saison 1. Episode 1. Pilot.


Seth McFarlane a eu ses années de gloire, notamment en créant des séries d’animation impertinentes et drôles mais FOX continue de nous faire confiance dans ses délires. The Orville en fait partie et c’est bien loin d’être brillant… Pourtant, cela partait d’une idée louable : une série de science fiction, avec une ambition et un brin d’humour dont lui seul a le secret. Comme avec une telle série il faut s’attendre à des blagues phalliques aliens, disons que l’humour n’est peut-être le point fort de The Orville. Seth MacFarlane est connu pour son humour facile tirant en dessous de la ceinture. Sauf que The Orville n’est pas vraiment une sorte de pastiche de SF, mais plutôt une sorte de Star Trek : The Next Generation avec la vision de Seth MacFarlane et de ce que je vois ici, cela ne fonctionne pas si bien que j’aurais pu l’espérer. Tout ce qui se passe dans ce premier épisode est inspiré des années 80 et 90 en termes de SF, ce qui pourrait aider la série mais le côté old-school de la chose, bien qu’intéressant, est souvent tué dans l’oeuf par un humour douteux et un manque cruel d’intérêt pour l’intrigue qui nous est contée. L’intrigue de la saison est basée sur un classique de la SF avec l’espèce ennemie et tout ce qui va avec, notamment la romance à bord d’un vaisseau spatial mais le résultat n’est pas celui que j’attendais non plus.

Au 25ème siècle, la Terre fait partie de l’Union Planétaire : une civilisation étendue, avancée et surtout pacifique, possédant une flotte de 3000 navires. Parmi eux, Orville, un vaisseau spatial plus de toute fraîcheur, dirigé par l’officier Ed Mercer, déterminé à prouver sa valeur et à écrire un nouveau chapitre dans sa vie, épaulé par son équipage excentrique. Tous ensemble, ils vont vivre des aventures fascinantes et parfois dangereuses, rythmées par des relations personnelles tumultueuses.

Quand FOX a commandé The Orville un peu à l’aveugle (car FOX fait confiance à Seth MacFarlane depuis des années maintenant en fermant les yeux), je savais que cette série ne pourrait pas être bonne. Pourtant, il y a un potentiel que la série pourrait réellement développer avec un peu de chance sur la longueur. Car pour le moment, le pire c’est qu’il n’y a pas grand chose à raconter sur cette série. Elle ne raconte pas grand chose et repose sur des éléments narratifs un peu trop simplistes pour réellement créer un intérêt chez le téléspectateur. Dans la présentation de l’univers et des personnages, je dirais que l’on a déjà vu beaucoup mieux. Après, il y a de quoi apprécier The Orville aussi… Ce n’est pas totalement raté non plus car en empruntant énormément à Star Trek, la série pourrait en devenir une sorte de parodie mais elle se prend encore trop au sérieux. Peut-être car Seth MacFarlane avait un délire mais il ne va pouvoir rester comme ça. La série a besoin de devenir un grand truc amusant plutôt qu’une série de SF trop sérieuse car il n’y a pas de potentiel pour aller bien plus loin. The Orville ne sera jamais Futurama ou Rick & Morty, donc je ne sais pas trop si je vais poursuivre cette aventure qui me donne déjà mal à la tête.

Note : 4/10. En bref, encore un raté pour Seth MacFarlane. A force, FOX devrait regarder un peu plus le projet avant de lui dire amen.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Delromainzika 15868 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte