Magazine Santé

OBÉSITÉ et CANCER : Pourquoi la graisse accélère le développement de la tumeur

Publié le 13 septembre 2017 par Santelog @santelog
OBÉSITÉ et CANCER : Pourquoi la graisse accélère le développement de la tumeur

Il est démontré que 16 types différents de cancer sont aujourd'hui liés à l'obésité. Le tissu adipeux, ou la graisse, peut influencer le développement du cancer de multiples manières et cela dépend du type de graisse et de sa distribution dans le corps. Si la relation entre l'obésité et le cancer commence à être bien documentée, cette étude de l'Université de l'Utah (Salt Lake City) décrypte les nombreux mécanismes spécifiques qui relient l'obésité au cancer et fait valoir tout l'intérêt de métabolomique, ici l'étude des métabolites échangées entre cellules adipeuses et cellules cancéreuses.

La question est essentielle dans le contexte d'épidémie spectaculaire d'obésité, dans le monde entier. De précédentes recherches ont identifié plusieurs voies par lesquelles la graisse contribue à la carcinogenèse.

  • l'obésité augmente le risque d'inflammation, associée au cancer ;
  • l'obésité affecte le métabolisme des cellules cancéreuses ;
  • l'obésité affecte la clairance immunitaire, ce qui peut également contribuer à la croissance et à la propagation des tumeurs.
  • La " diaphonie " ou la façon dont les cellules réagissent lorsque le même signal est partagé par plus d'une voie de signalisation dans deux types de cellules différentes est elle-aussi en cause. L'identification de moyens permettant d'interrompre la diaphonie pourrait aider les chercheurs à identifier de nouvelles stratégies de prévention du cancer.

Les cellules stromales adipeuses stimulent la croissance tumorale, sans doute via la production de facteurs pro-angiogéniques : Ici, les chercheurs mènent une revue et un examen de la littérature publiée sur le sujet de 1946 à 2017, et sélectionnent 20 études ayant précisément exploré la diaphonie entre les tissus ou cellules adipeuses et les cancers. Cet examen apporte une meilleure compréhension des mécanismes de la carcinogenèse. Plusieurs études suggèrent ainsi que les cellules stromales adipeuses ont le pouvoir d'infiltrer les lésions cancéreuses et de favoriser la croissance des tumeurs. Ces cellules sont trouvées en en particulier chez des patients obèses atteints de cancer de la prostate et de cancer du sein.

La graisse blanche plus " métaboliquement active " : l'examen montre comment et pourquoi certains types de graisse sécrètent plus de composés induisant la croissance du cancer. Chaque type de tissus adipeux, blanc, marron et beige agit différemment et est présent en quantités différentes selon sa localisation. Ainsi, la graisse blanche localisée à proximité de la tumeur et associée à l'inflammation chez les patientes atteintes de cancer du sein est associée à un pire pronostic. Ainsi, ls chercheurs précisent les effets de la graisse sur le cancer du sein, du cancer colorectal, de l'œsophage, de l'endomètre, de la prostate et orl, en tenant compte de la proximité du tissu adipeux par rapport aux organes touchés. Dans le cancer colorectal par exemple, le tissu adipeux est habituellement adjacent aux tumeurs, alors que dans le cancer du sein, le tissu adipeux fait partie du micro-environnement tumoral direct.

La métabolomique pour aller plus loin : un axe de recherche supplémentaire apparaît donc comme essentiel, l'évaluation du rôle de la distance des tissus adipeux dans la relation entre obésité et cancer et l'identification de cibles permettant d'intercepter les processus qui alimentent la croissance tumorale.

" Plus nous comprenons ce processus, mieux nous pouvons identifier les cibles et les stratégies pour réduire le fardeau du cancer lié à l'obésité ", expliquent les auteurs dans un communiqué.

Evidemment, l'étude souligne l'importance de maintenir un poids corporel sain, parce que la graisse existe à la fois sous la peau (e.g. : abdominale) et plus profondément à l'intérieur du corps (e.g. viscérale).


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Santelog 62405 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine