Magazine Journal intime

L’amour existe-t-il encore ?

Par Tazounette


L’amour existe-t-il encore ?
L’amour existe-t-il encore ?

Ca fait un petit moment déjà que cette question pour le moins existentielle et fondamentale me trotte dans l’esprit…

Lorsque j’étais plus jeune jusque il n’y a pas si longtemps en fait, pour être honnête, j’ai cru que le « vrai » amour existait… Celui qui fait qu’on est prêt à tout, celui qui met en avant les plus belles qualités, les plus belles valeurs. Celui qui ne les met pas en péril pour des broutilles. Une confiance sans faille, un couple indestructible et éternel. Qui se remet vaille que vaille de toutes les entraves, de toutes les embûches…
Est-ce que ça existe encore ? Est-ce seulement du fantasme ? Du domaine du conte de fées, des idéaux trop grands pour nous ?

Se peut-il que les couples rêvés durant mon jeune âge, heureux jusqu’à la fin des temps, pour schématiser, n’existent que dans les histoires du XVIIème siècle encore lues à nos enfants pour les endormir ?


On grandit tous avec cette image au cœur, ces idéaux sinon de perfection, tout au moins d’amour partagé, de respect, de confiance et de valeurs inattaquables.

Qu’est ce qui fait que cela devient si impossible sur le long terme ?

Que les promesses faites librement finissent foulées au pied au fond d’un caniveau où coulent toutes les amertumes partagées ?

Autour de moi, il n’y a encore que mes parents qui durent, certes au prix de remises en question perpétuelles, de cris, de disputes sans cesse répétées, mais ils sont là, infaillibles, toujours ensemble.

Mes oncles, tantes, tous changent de vie, se rendent compte après 30 ans que la vie qu’ils menaient n’était qu’une pauvre façade, ils tombent « amoureux », retrouvent des gens de leur passé, découvrent une vie jusque là oubliée, qui n’est pas sans leur rappeler certainement les idéaux de leur adolescence, et renoncent à tout ce qui a forgé leur passé.
Je ne dis pas que c’est un mal, d’ailleurs, selon les cas c’est même un bien, car leurs enfants ont baigné dans ce faux amour durant la majorité de leur vie et les voilà incapable de reconnaître l’amour, d’y croire et de s’engager.

Quel est ce mal de notre époque, où tout est sans cesse remis en question sous prétexte de souffrance, de recherche de bonheur ? Pourquoi en faisons-nous un dû de la vie de ce bonheur tant recherché ? Est-ce un dû ? Est-ce un but ? Existe-t-il seulement ?

L’homme est-il seulement fait de mensonges, de duperies, de tromperies, de désirs inavouables, de moralité tronquée, qu’il essaie vainement de cacher aux gens qu’il aime ?

J’ai des amis autour de moi. Casés, heureux (semble-t-il) en ménage… Et ils draguent, flirtent, jouent dangereusement au chat et à la souris, toujours avec une souris bien facile à attraper. Et une fois attrapée, le jeu se trouvant dénué d’intérêt, recherchent une autre souris et continuent leur danse de façon incessante. Parfois ils concrétisent un temps, puis renoncent et recommencent… Comme une recherche effrénée de quelque chose qu’ils ne veulent pas au bout du compte. Une question d’égo… essentiellement.

Mais égo et couple est-ce alors compatible ?

Je suis perdue dans ce monde « d’adulte ». Tous mes rêves sont déchus et aplatis, tout ce qui me mettait la tête dans les étoiles quelques années plus tôt est tombé… Je ne reconnais plus ce monde. Fait du contraste, des contradictions entre « moi » et « nous ». Entre la réalité et la supposition. Entre « l’amour » et « les couples »…

Se peut-il finalement que l’amour ne soit pas si enviable, pas si merveilleux ? Qu’il soit juste un absolu tangible dans les débuts et qui se dilue de façon incontrôlable au fur et à mesure que les années passent, subissant toutes les entorses au règlement qu’on voulait si rigide au départ ?

Puis les années passant, les promesses se font moins évidentes, le moi reprend le dessus, et on se met à feindre, à jouer, à mentir, trahir, tromper, tout en essayant de maintenir envers l’autre une image toujours stable, en faisant croire qu’on est toujours le même ou la même alors que la révolution intérieure est réelle mais ténue, étouffée ?

Je ne comprends plus.

Mon cœur a été bousillé alors qu’il croyait au firmament, à l’éternité de l’amour unique, qu’il croyait naïvement pouvoir se remettre de tout par « amour »…

Bousillé, écorché, transpercé, éparpillé… Et je sais pourtant que j’aurais pu rester, encore. Sans les filles… Mais le constat aurait été bien pire… Je suis obligée de penser, de me convaincre pour asseoir mon nouveau choix de vie, qui n’est en aucun cas ma réalité intime, ce que mon cœur voulait. C’est ma raison qui m’a guidée…


Qu’en reste-t-il aujourd’hui ? Ce cœur n’est qu’un morceau de chair qui bat maladroitement… Qui croit encore à son rêve devenu cauchemar. Mais les cauchemars ne durent pas… Un rêve voilé, un maigre espoir finalement que tout existe encore, que quelque chose « dans le genre » est encore possible…

Qui regarde les autres, tous les autres qui croisent son chemin et qui évoluent dans la même désillusion…

Qu’en est-il de ce grand rêve ?

Peut-être qu’au fond il ne demande qu’à renaître, peut-être que je suis prête à redevenir aussi naïve qu’avant devant l’amour et que je me repais des mauvais exemples alentour comme une mise en garde néfaste…

« N’y retombe pas, mon amie, ou vois ce qui t’attend ! »…

Je suis perdue entre ce que je rêvais, ce que j’ai cru sincèrement vivre pendant 10 ans, entre ce qu’il a résulté de nous à la fin, le cauchemar que j’ai vécu éveillée, en suppliant de me réveiller enfin… Je suis perdue entre mes aspirations et la réalité, ma réalité, celle que j’ai vécu les dernières années…

Je sais qu’amour et souffrance sont liés, je sais que l’un n’est pas sans l’autre, qu’il y a des crises à traverser tout au long de la vie… Mais quel doit être le partage entre les deux ? Quand reconnaît-on que ça va trop loin ? Jusqu’à quelle limite est-ce supportable ?
Toutes mes références volent en éclat. Aujourd’hui, je suis perdue, je suis désillusionnée, mais quelque part, tout au fond, à peine palpable existe le fait que je veux y croire encore… Un jour… Peut-être… Ce grand rêve renaîtra…


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

LES COMMENTAIRES (2)

Par snoopy
posté le 06 décembre à 22:26
Signaler un abus

voila je suis adolescente je précise bientôt 18 ans et en se moment je souffre beaucoup je pensais comme beaucoup que l'amour est quelque chose de merveilleux bien sur avec des dispute ici je pense traverser une crise avec mon copain " je ne sais plus quoi penser " il me dit qu'il est perdu, qu'il est pas bien a cause de tout ses problèmes on habite chacun de son coté (chez nos parents quoi) et cela fait deux fois qu'il ne veut plus me voire car il est mal il a eu un accident de voiture ressemant et depuis se jour plus rien n'est pareil.donc un premier w-k nous ne nous sommes pas vu j'ai eu très très mal j'en ai bcp souffert ensuite le w-k après nous nous sommes vu il était très bien câlin, gentil, il me faisait des bisous me disait qu'il m'aimait et qu'on avait pas passer bcp de temps ensemble a cause qu'il devait faire sa voiture il me pausait la question de si je l'aimait si j'étais son amoureuse comme il dit moi qui suis folle de lui je répondais oui le w-k suivant il ne veut renouveau plus me voire pour les mêmes raisons que avant c'est a dire se w-k il me dit que il a besoin de voire ses amis que je pique toujour des crises pour rien (car je suis très jalouse et c'est la vérité) que il ne sait plus ou il en est qu'il est perdu qu'il en a marre de tout qu'il m'aime mais plus trop comme avant :( je ne sais plus quoi penser est ce qu'il veut me quitter? est ce qu'il ne m'aime plus ? est ce qu'il m'aime ? je ne sais plus et j'en souffre bcp cela fait 1an et demi que je suis avec jamais eu de problème de se genre je me rend malade tellement il me manque et tellement j'ai peur qu'il s'en aille pouvez vous m'aider un peu m'éclaire me dire se que vous en penser car lui ne me dit que sa et ne répond pas vraiment a mes question car il est très renfermer

Par azer
posté le 20 août à 23:08
Signaler un abus

tu défini bien le sentiment d'amour du couple en général nous nous y reconnaissons tous mais courrons nous après une chimère. L'amour n'est t-il pas comme une embarcation que l'on doit constamment réparer ^pour ne pas qu'elle coule pas?Le constat est la; voulons nous rester constamment dans l'adolescence avec cette volupté de tomber amoureux perpétuellement c'est malheureusement un leurre les constats sont la .Alors que faire ? Il doit exister des étapes dans la vie de couple non la résignation d'un amour passion mais d'un apprentissage du sentiment de l'amour.Nous somme a la recherche de l'absolu qui existe comme une force d'un levier puissant qu'il nous faut canaliser.Comme toi je me suis souvent posé ses questions j'ai pu me forger une opignon en lisant l'excellent livre de Denis de Rougemont "l'amour et l'occident" on comprend mieux la mécanique de certaines choses a bientôt va en paix azer