Magazine

L’autre versant

Publié le 23 juillet 2008 par Hugo Jolly

http://www.aporrea.org/imagenes/2008/05/marcha-por-la-vida-de-g.jpg

Alors qu’Uribe et ses alliés se partagent les honneurs de la libération de Bétancourt, l’État colombien se retrouve une fois de plus mêlé à des histoires d’assassinats politiques.

Guillermo Rivera, un travailleur du secteur public (syndicaliste renommé) et chevronné militant du parti communiste colombien, a été détenu illégalement par la police il y a 4 mois, puis enterré il y a tout juste un mois. Mais son cadavre ne fut découvert que mardi dernier (15 juillet) et suite aux pressions faites par les organisations des Droits de l’Homme. Guillermo Rivera a été enterré comme « non-identifié » à Ibaque sans même avoir été signalé comme « arrêté » d’abord.

Selon le Directeur du comité Permanent des Droits humains Jairo Ramirez, la récente campagne médiatique quant à la libération d’Ingrid Bétancourt floue le prolétaire moyen et l’ensemble de la communauté internationale. Cette campagne ne vise qu’à camoufler la réalité de la Colombie d’Alvaro Uribe le narco-traficant-terroriste. Cette demande faite la fin de semaine dernière, durant la fête nationale de la Colombie, quant à la libération des otages (la majorité est constituée de soldats colombiens ayant été faits prisonniers) des F.A.R.C., camoufle les massacres nombreux contre les communautés paysannes et les assassinats politiques de tout acabit envers le mouvement populaire qu’est celui de la gauche en Amérique du sud et centrale.

Jaime Caycedo, Secrétaire Général du Parti Communiste de Colombie, accuse l’État colombien d’avoir fermé les yeux sur un crime qui dès le début, pointait en direction de la caserne de police où était détenu illégalement Guillermo Rivera.

Ses proches, les organisations des Droits de l’Homme, le Parti Communiste Colombien et le Pole Démocratique Alternatif s’unissent pour dénoncer son assassinat comme un nouveau crime d’état parmi tant d’autres. J’en profite pour joindre ma voix à la contestation.

En Colombie, plus de 15 000 cas de disparitions sont répertoriés. Ce terrorisme d’État permet aux bourgeois de consolider leur emprise sur le peuple et à freiner le mouvement populaire du même coup. Le genre de paradis qui plaît à notre droite québécoise militariste.

Signez la pétition : http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=51798#sp51798


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Hugo Jolly 383 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte