Magazine

Homélie 17T.O.A: Départ pour les vacances sur l'autoroute du bonheur !

Publié le 27 juillet 2008 par Walterman
Suite à une panne de serveur chez Overblog, cette homélie n'a pas été publiée en temps voulu. Je vous l'envoie une seconde fois, en espérant que, cette fois, elle vous parviendra sans encombre.

Homélie 17T.O.A: Départ pour les vacances sur l'autoroute du bonheur !

   C'est encore un
extrait très bref mais dense du chaptre 8 de la lettre de saint Paul aux Romains que nous venons d'entendre. Dimanche dernier nous nous sommes rappelés que l'Esprit Saint vient au secours de notre faiblesse, notamment dans la prière, car "nous ne savons pas prier comme il faut". Aujourd'hui, saint Paul nous assure que Dieu fait tout contribuer au bien des hommes, s'ils aiment Dieu.
   Si nous nous contentons d'une lecture superficielle, cela pourrait nous faire penser à tort que la vie chrétienne est une vie sans problèmes, comme une autoroute tracée d'avance à travers un paysage merveilleux vers un pays de rêve. Bonnes vacances ... Oui, mais ... Il suffit de relire ce qui précède au chapitre 8 pour se rendre compte que ce n'est pas vrai. Quand saint Paul dit que Dieu fait "tout" contribuer au bien de ceux qui l'aiment, ce "tout", c'est, dans l'immédiat (le temps présent), surtout des évènements ou des situations qui sont l'occasion de beaucoup de souffrances et d'angoisses :
"J'estime qu'il n'y a pas de commune mesure entre les souffrances du temps présent et la gloire que Dieu va bientôt révéler en nous" (v. 18).
"Nous le savons bien, la création tout entière crie sa souffrance ... Et elle n'est pas la seule. Nous aussi, nous crions en nous-mêmes notre souffrance" (v. 22.23).
   Plus loin, il cite le psaume 44, 23, qui dit :
"C'est pour toi qu'on nous massacre sans arrêt, on nous prend pour des moutons d'abattoir" (v. 36).
   Nous vivons à une époque où tout une légion de marchands de bonheur nous promet le succès dans la facilité, par des méthodes "sans peine", et pas seulement pour l'apprentissage des langues étrangères. Ce sont des menteurs. Saint Paul n'est pas de ceux-là ! Il n'est pas non plus celui qui broie du noir. Il nous parle d'espérance :
"Car nous avons été sauvés, mais c'est en espérance ; voir ce qu'on espère, ce n'est plus espérer : ce que l'on voit, comment peut-on l'espérer encore ? Mais nous, qui espérons ce que nous ne voyons pas, nous l'attendons avec persévérance" (v. 24-25).
   Il y a 150 ans, la Vierge Marie promettait à la petite Bernadette de la rendre heureuse, "non pas en ce monde, mais dans l'autre". Toutes les épreuves qu'elle a connues sur terre, sa maladie, les persécutions, les incompréhensions, les moqueries, mais surtout la souffrance de ne plus voir celle qu'elle avait vue ..., tout cela, le Seigneur l'a fait contribuer à son bien, et ce bien, Bernadette l'a attendu avec persévérance.



   Puisque, dans
l'évangile, nous sommes dans les paraboles, voici une parabole de saison, une parabole des temps modernes :

http://medias.lepost.fr/ill/2007/10/30/h-3-1044457.jpg <DIV><!--[if IE]><style type="text/css">#bl-title { background: #000 !important; }</style><![endif]--><div id="bm-bg"><div id="bl-title" onclick="window.open('http://www.adaptiveblue.com','_newTab');"></div><div id="bl-closebutton" class="bluepane-closebutton-off"><input id="bl-closebutton-button" type="button" style="visibility:hidden;"></input></div><div id="powered-by-link" onclick="window.open('http://www.adaptiveblue.com','_newTab');"></div><iframe name="content" id="bl-iframe" class="bluepane-iframe" width="482" height="371" scrolling="no" frameborder="0"></iframe></div> <DIV><iframe name="content" style="margin:0px;padding:0px;background-color:transparent;" id="bl-hover-iframe" height="62" width="260" scrolling="no" frameborder="0"></iframe><div style="text-align:left;"><div id="bl-caret"></div></div>
   Le Royaume de Dieu est semblable à une famille du nord de la France qui part en vacances à la Côte d'Azur. Les jours précédant le départ ont été très stressants. Il fallait que tout soit près, et il y avait encore tant à faire. Voilà enfin arrivé le grand jour tant attendu ! Tous les bagages sont chargés, les enfants installés. Au début tout va bien. Quelle chance de pouvoir partir. Quel soulagement ! Seulement, voilà, on l'avait oublié : ce jour-là, Bison futé voyait rouge. Avec des centaines de kilomètres de bouchons, la route n'en finit pas. Les nerfs, déjà fatigués, sont mis à rude épreuve. Un moment d'inattention ... On a failli louper une bretelle d'autoroute. On a même frôlé l'accident ! Une pause s'impose. Il faut faire le plein de carburant. Le chauffeur doit se reposer, les enfants se dégourdir les jambes. Madame en profite pour lancer un petit coup de fil à ses parents :
- Allo maman ?
- Vous êtes déjà arrivés ?
- Oh non ... nous sommes encore très loin ... Il y a plein d'embouteillages ! On n'avance pas ... Mais, tant pis, on est content. C'est les vacances !

http://terresacree.org/images/embouteillages3.jpg <DIV><!--[if IE]><style type="text/css">#bl-title { background: #000 !important; }</style><![endif]--><div id="bm-bg"><div id="bl-title" onclick="window.open('http://www.adaptiveblue.com','_newTab');"></div><div id="bl-closebutton" class="bluepane-closebutton-off"><input id="bl-closebutton-button" type="button" style="visibility:hidden;"></input></div><div id="powered-by-link" onclick="window.open('http://www.adaptiveblue.com','_newTab');"></div><iframe name="content" id="bl-iframe" class="bluepane-iframe" width="482" height="371" scrolling="no" frameborder="0"></iframe></div> <DIV><iframe name="content" style="margin:0px;padding:0px;background-color:transparent;" id="bl-hover-iframe" height="62" width="260" scrolling="no" frameborder="0"></iframe><div style="text-align:left;"><div id="bl-caret"></div></div>
"Frères, nous le savons, quand les hommes aiment Dieu, lui-même fait tout contribuer à leur bien, puisqu’ils sont appelés selon le dessein de son amour.
Ceux qu'il connaissait par avance, il les a aussi destinés à être l'image de son Fils, pour faire de ce Fils l'aîné d'une multitude de frères.
Ceux qu'il destinait à cette ressemblance, il les a aussi appelés ; ceux qu'il a appelés, il en a fait des justes ; et ceux qu'il a justifiés, il leur a donné sa gloire."
   Nous connaissons la (pré)destination. Mais la route de la transformation à l'image du Fils crucifié et ressuscité est encore longue. En attendant, être dans les bras de la Providence, c'est déjà les vacances, même si on n'est pas encore arrivé ! Bonne route avec la sagesse de Salomon et la joie de l'homme qui a trouvé un trésor caché !

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Walterman 1547 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte