Magazine Voyages

Droit de réponse

Publié le 25 juillet 2008 par Madelgado

Sur un commentaire de Tonio :

“Buenaventura … un coin du pays où je n’ai jamais mis les pieds et, en général, on le déconseille. Pourtant, selon tes dires, rien de tout ça, même si c’est un coin surmilitarisé. Une fois de plus on apprend que l’information depuis l’extérieur est faussée … Bogotá étant l’extérieur pour une immense majorité du pays!”

Je rebondis! :

Je ne déconseillerai pas Buenaventura.
Buenaventura est une enclave noire mâtinée
d’une civilisation interlope perdue dans la mangrove
au pied de la sierra.
Buenaventura est une ambiance à elle seule.
Je conseillerai, par contre, et plus que fortement,
de ne pas mépriser les conseils des colombien(ne)s
qui ne manqueront pas vous dissuader.
Il suffit d’affirmer son intention et de laisser se déclencher
une des caractéristiques qui m’ait le plus frappé
dans ce pays si accueillant : une constructive fierté nationale.
Ils se mettront alors en quatre, ameuteront leurs réseaux,
temporiseront, partiront à la pêche aux informations, …
jusqu’à ce qu’ils soient sûrs que le trajet est sans risque.

A aucun moment, vraiment à aucun moment,
je me suis senti en danger.
Mais il y a eu des échauffourées dans la semaine
qui a précédé mon passage
et je n’étais pas parti depuis 3 jours
que des grenades explosaient dans la ville.
Maintenant il est vrai que la route est bordée
de postes militaires surprotégés et surarmés.
Que, sur quelques dizaines de kilomètres, et épisodiquement,
j’ai croisé des colonnes de militaires
patrouillant “pas pour de semblant”.
Que l’histoire raconte que, sur les toits des taudis alentours,
les antennes ostensiblement flambantes neuves
signalent les informateurs de tout type de groupes
potentiellement malintentionnés et non gouvernementaux.
Il y a ensuite quelques précautions de base à appliquer :
• garer son véhicule dans le sens inverse de sa route,
• brouiller les pistes en mentant effrontément sur sa destination,
• dramatiser ses motifs de venue;
• …

Mais, je le répète : Buenaventura restera un grand souvenir
et la proximité du danger n’est pas chose à m’exciter!!

Une anecdote?

Je me promenais dans la ville à la recherche d’un point culminant
quand j’ai vu ce château d’eau. Le rêve!!
Je trouve le chemin vers ledit château d’eau.
Au passage, je croise une armoire à glace qui jouait avec un pistolet,
assis sous le auvent de sa terrasse.
Pas grand spécialiste des armes à feux, …
autant dire que je fais mine de ne pas le voir,
comme je fais mine de ne pas l’entendre quand il me siffle.
Une fois, deux fois, trois fois, je ne peux décemment plus l’ignorer!
La gueule enfarinée je me dirige vers lui avec un grand sourire.
Il ne sourit pas du tout.
“Tu vas où?”
“C’est quoi cette caméra?”
“T’es fou? tu n’as pas remarqué qu’il y a plus de militaires
que de chiens dans le quartier?”
“Pourquoi tu veux monter là-haut?”
“Si tu veux avoir une vue sur la ville, vas au bout de cette terrasse!”
“Tu viens d’où?”
“Tu travailles pour quel journal?”
Interrogatoire en règle.
Et puis … je me rends compte que le pistolet est le jouet de son gosse,
qu’il est en train de le remplir de petites boules rouges.
Mouais!! Euh!! Bien imité, le jouet!!
“Tu ne préfères pas plutôt qu’il joue avec une trottinette”
“Pourquoi pas une Kalachnikov?”
5 à 1O minutes de conversation bonne enfant et il siffle son neveu
qui rentrait du port, son casque sous le bras.
“Accompagne-le là-haut!”

D’une part, c’est fou ce qu’un point culminant peut être instructif.
Où que ce soit!
D’autre part, je n’aurai pas pu faire les images attendues sans lui.

En attendant, vue d’en haut,
il y avait effectivement plus d’uniformes que de chiens.
Et dans la région il y a rarement de fumée sans feu!!


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Madelgado 5 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine