Magazine Environnement

Visite d’Obama en France : faire oublier Bush rapidement !

Publié le 25 juillet 2008 par Greenpeacefrance

Visite d’Obama en France : faire oublier Bush rapidement !
Paris, le 25 juillet - Alors que Barack Obama effectue une visite en France dans le cadre de sa tournée européenne, Greenpeace demande au candidat de réviser à la hausse ses ambitions en matière de lutte contre les changements climatiques. Lui qui déclare vouloir restaurer le leadership des Etats-Unis dans la lutte contre les changements climatiques, doit désormais afficher des objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre à la hauteur des responsabilités du principal pollueur de la planète.

Avec seulement 5 % de la population mondiale, les États-Unis ont contribué pour plus d’un quart aux émissions de gaz à effet de serre (GES) actuellement dans l’atmosphère et demeurent les premiers émetteurs de la planète avec 24,3 % des rejets mondiaux de CO2. Pourtant le président américain George W Bush a toujours refusé de s’engager dans le cadre du protocole de Kyoto, a tout fait pour nuire aux négociations internationales, et n’a jamais engagé les Etats-Unis sur des objectifs chiffrés et contraignants de réduction à court terme de leurs émissions de gaz à effet de serre.

Les ambitions affichées par le candidat démocrate sont sans commune mesure avec les positions du président actuel : objectif de 80% de réduction des émissions de gaz à effet d’ici 2050 (par rapport au niveau de 1990), engagement de développer 25% d’énergie d’origine renouvelable d’ici à 2025, subventions pour le développement de la filière de 150 milliards de dollars sur 10 ans, ré-engagement dans la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques…
Mais l’engagement de court terme, qui consiste à revenir au niveau des émissions américaines de GES de 1990 à l’horizon 2020 demeure trop faible.

« Pour faire oublier le rôle destructeur de George W. Bush dans les négociations internationales sur le climat, Barack Obama doit assumer les responsabilités qui incombent aux Etats-Unis dans la crise du climat et s’engager à réduire d’au moins 25% d’ici à 2020 les émissions domestiques par rapport aux niveaux de 1990. C’est l’unique voie pour rattraper le temps perdu à négocier avec la pire administration sur le climat et montrer enfin l’exemple à suivre aux pays émergents », constate Karine Gavand, chargée de campagne climat à Greenpeace.

Tout l’enjeu des négociations internationales sur la deuxième période d’engagement du Protocole de Kyoto à l’horizon 2020 réside dans la capacité de la communauté internationale à définir une responsabilité partagée mais différenciée des engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre à l’échelle mondiale. « La négociation internationale échouera sans aucun doute si les Etats-Unis et l’Europe, principaux émetteurs de gaz à effet de serre, ne montrent pas l’exemple. Il est difficile d’exiger d’un pays comme la Chine, qui émet 4 tonnes de CO2 par habitant chaque année, de s’engager à réduire ses propres émissions quand les Etats-Unis, qui émettent 20 tonnes de CO2 par habitant et par an, n’assument pas leur part de responsabilité ».

A l’occasion de la visite du candidat Obama en Europe, Greenpeace demande donc que le candidat démocrate à la présidence s’engage sur des objectifs plus ambitieux : « Nous avons 100 mois pour agir, 100 mois pour inverser la courbe des émissions mondiales de gaz à effet de serre. C’est l’objectif à 2020 qui déterminera la réelle volonté politique du candidat américain à affronter le défi du dérèglement du climat. C’est cet objectif précis qui donnera le ton des négociations internationales, à l’heure où il ne reste plus qu’une année pour négocier la suite du Protocole de Kyoto », conclut Karine Gavand.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Greenpeacefrance 109791 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine