Magazine Europe

Obama, ou "l'inverse" incarne...

Publié le 25 juillet 2008 par Danielriot - Www.relatio-Europe.com
Vendredi, 25 Juillet 2008 11:49

Obama, ou Par Francis ROSENSTIEL

Une interpellation me taraude quant au candidat-Obama. Suffit-il aux Etats-Unis, voire ailleurs, d'être, d'abord, le "négatif" ou simplement l'inverse d'un autre, pour convaincre et l'emporter?

Existerait-il en politique (électorale notamment) des "instant exorcistes"(effet nescafé)?

Une sorte de régénérescence instantanée peut-elle miraculeusement sortir des urnes en métabolisant, le temps d'un vote,  le flot des contraires?

Les lieux ne manquent pas en Europe pour favoriser les 'apparences de toutes ces mystérieuses chimies. Berlin, la Porte de Brandebourg, la Colonne de la Paix, la France des grandes révolutions de l'Esprit, il n'y manquait que l'Agora d'Athènes ou la Grand'place de Prague, voire les pavés de Budapest.

Dès lors, pour le candidat-Obama, le socle magnifiant des contrastes suffit-il à valoriser les matériaux de la Démocratie? L'avenir le dira dès Novembre prochain.

Il y a là, encore et toujours, tous partis et tous pays (ou presque) confondus un incontrôlable appétit de l'électorat pour un savant mélange de magie et de miracles.

Circonstance aggravante, une impatience dévorante sert de condiment à ces plats qu'il faudra bien servir le moment venu.

Par ailleurs le candidat républicain adverse, Mc. Cain, n'échappe pas aux simplifications parallèles, voire symétriques.

 Même parti  que George W. Bush, même handicap génétique! Un déterminisme quasi- scientifique le prive de toute personnalité propre, moins encore convaincante, état-civil compris!

La pathologie électorale crée de singulières contagions, on en viendrait presque à douter des vertus de "la démocratie en Amérique», si chère au Français Tocqueville.

Pourtant l'on serait bien mal avisé de penser que l'élection présidentielle américaine,voire autre, ne sera qu'un rite symbolique, une petite promenade démocratique du côté des urnes.

Il y a dans le corps démocratique non pas une part de magie, mais une part de mystère et, à l'évidence, bien des non-dits aussi qui, par définition ne sont pas visibles.

Le fameux "melting-pot" américain, n'a pas fini de  surprendre, en étant avant tout lui-même.

Cette grande Nation échappe à toute définition singulière ou linéaire. Le Sénateur Obama, ratisse large, de Yad Vashem à la porte de Brandebourg, de Bagdad à Kaboul, toutes générations et origines confondues. Parviendra-t-il à les fédérer pour autant, au delà de l'imaginaire singulier sinon collectif?

Mais où est le Dr Freud pour dire aujourd'hui ce qu'est devenu le rêve américain?

Francis Rosenstiel

Ambassadeur de bonne volonté du Conseil de l'Europe et président fondateur du forum pour l'Europe démocratique

Commentaires (0)
Add Comment

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :