Magazine

The crimson petal and the white

Publié le 29 juillet 2008 par Iti1801

thecrimsonpetalandthewhite.jpgOn sait que j'ai attendu longtemps avant de me plonger dans cette œuvre... et le moins qu'on puisse dire c'est que je n'ai pas été déçu (même si je ne suis pas certain d'avoir tout compris...)

Tout d'abord, la structure narrative pour le moins originale m'a séduit d'emblée. En effet, ici, on regarde le monde d'en haut. Dès les premières pages, on est entrainés dans l'aventure par un narrateur omniscient, qui ne prend aucunement part à l'histoire. Il observe et partage avec nous ce qu'il voit.
Ainsi, on prend une personne « au hasard » dans la rue et on la suit. Ce qui permet de se familiariser avec l'environnement de l'époque (l'Angleterre de la fin du XIXème siècle). Et qui nous entraîne vers une autre (Sugar, prostituée qui réalise tous ses phantasmes (par voie littéraire notamment) et qui plus est a de la conversation...) et encore une autre (un jeune homme qui passe par là et qui, vraissemblabement, est promis à un brillant avenir)... Bien entendu, celui-ci est marié et va tomber amoureux de Sugar, même si cette dernière ne brille pas par sa beauté...
Bref, c'est comme si (un) Dieu nous racontait une histoire, nous permettait d'assister à un petit miracle (à savoir l'ascension d'une prostituée). Et avec ça une écriture vivante, dynamique qui est bien loin de ce qu'on écrivait alors au XIXème siècle (du moins en France, pour le peu d'expérience que j'en ai). J'insiste sur l'écriture car on a tant de détails et de descriptions minutieuses, qu'on a l'impression de littéralement voyagé dans le temps, que le livre a été rédigé par quelqu'un qui y a véritablement vécu.

Et si vous ne deviez lire ce livre, ce ne serait que pour la fin qui est tout simplement géniale !!! Attention spoilers, comme on dit en bon français (je sais, je me répète...). Bien souvent, la fin d'un film est décevante et c'est pour ça que je préfère les livres. Soit elle est trop mièvre, soit elle arrive trop tard. Ici, rien de tel. La fin s'abat sur le lecteur d'un coup, sans crier gare. Que sont les protagonistes devenus ? On ne le sait pas. On a suivi une tranche de vie, c'est tout. On n'a pas assisté à leur naissance, on n'assistera pas à leur mort. Ont-ils connus une meilleure vie ? Sombrent-ils dans la déchéance la plus abjecte ? On ne peut que l'imaginer...

Bref, voilà le premier livre de l'année qui m'a absolument ravi et que je ne peux que conseiller si on a un peu de temps cet été...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Iti1801 5 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte