Magazine Entreprise

Knol : Google juge et partie...

Publié le 29 juillet 2008 par Jean-Marie Le Ray

Knol est généralement présenté comme une encyclopédie alternative à Wikipédia, avec trois différences essentielles : un auteur unique et non anonyme pour chaque article, plus la possibilité d'être rétribué via les AdSense.
En revanche, comme sur Wikipédia, les liens sortants sont en nofollow. Autres spécificités ici et .
Donc, Knol : Google juge et partie, pourquoi ?
Nous avons vu récemment plusieurs exemples des chiffres astronomiques de Google, qui affiche 4,3 milliards de pages vues par jour sur l'ensemble de "son" réseau de contenu, comprenant « aussi bien les milliards de pages de résultats générées par le moteur de recherche que les centaines de milliers de "partenaires" - sites et pages Web, blogs, forums, réseaux sociaux, etc. -, sur lesquels s'affichent les pubs AdSense/AdWords » :

Il n'existe pas plus grand réseau de publicité contextuelle au monde.

Or le point commun de ce réseau, jusqu'à présent, c'était que tout le contenu servant d'inventaire était créé par des tiers, hors de Google.
Une donnée fondamentale qui change avec Knol !
Avec Knol, Google crée son "propre contenu" - quand bien même rédigé par des nègres comme le soussigné -, destiné à être indexé par ... Google !
Ce que Wired qualifie de conflit d'intérêt. Tout simplement parce qu'il est facile, voire "naturel" pour Google, de favoriser le contenu maison, en le boostant dans les premières pages de recherche.
Le service est encore trop jeune pour en juger, mais des premières mesures semblent indiquer qu'environ un tiers de l'échantillon se retrouve dans la première page de résultats de Google, une performance impossible à réaliser pour tout autre site qui ne serait pas ... Google, justement !
Donc, la question est : Google devient-il un fournisseur de contenus ? Pour Jason Calacanis, la réponse est évidente : OUI !
Et au-delà de son intérêt dans Mahalo, dont le modèle économique est touché de plein fouet par Knol, son article soulève de nombreux points intéressants, sur lesquels il vaut la peine de s'interroger.
1. Il compare l'écosystème de recherches de Google au système d'exploitation du Web, de facto, dont tous les webmasters doivent tenir compte et dans le cadre duquel tous les sites sont considérés comme des applications !
2. Il rappelle une interview donnée l'année dernière par David Eun, responsable Google pour les partenariats, dans laquelle il déclarait :

La plus grosse erreur d'appréciation que peuvent faire les producteurs de contenus, c'est de craindre et de croire que Google aspire à devenir un opérateur média qui produirait lui-même ses contenus en compétition avec les leurs. C'est une erreur d'appréciation majeure. Nous ne produisons pas notre propre contenu, nous nous considérons plutôt comme une plateforme sur laquelle nos partenaires placent eux-mêmes les contenus qu'ils produisent.
The biggest misconception is that they (content companies) fear Google has aspirations to become a media company, meaning that we would produce and own content that would compete against theirs. That's a major misconception. We don't produce our own content. In fact, we see ourselves as a platform for our partners that do.

3. Entre les lignes, il dit que le problème n'est plus celui de la "propriété" du contenu mais de sa diffusion et de la capitalisation de l'inventaire ainsi créé, raison pour laquelle même si Google imagine qu'il n'est pas fournisseur de contenus puisque ceux-ci ne lui appartiennent pas, c'est totalement faux, car "ça ne marche pas comme ça" (Google believes because they don't own the content that they are not in the content business. Nice try, but no, that's not how it works).
4. Google étant une la source de trafic majeure de nombreux sites (50% du trafic de Digg, 85% pour About.com, 70% pour Wikipédia, etc.), et donc le passage quasi-obligé entre vous et ces sites, il ne gagne de l'argent qu'au deuxième clic, une fois que l'internaute arrive sur ces sites et clique sur les pubs. Des sites qui dépendent du trafic de Google et vont donc se retrouver en concurrence avec Google dès lors que celui-ci mêlera ses propres résultats aux autres dès la première page.
5. Calacanis observe en outre que la création de contenus ne s'arrête pas aux textes mais implique également la vidéo, puisque Google a récemment signé un accord avec un réalisateur connu pour produire des clips vidéo destinés à être diffusés en exclusivité sur YouTube. Une donnée à mettre en rapport avec la loi de Pareto appliquée à la vidéo sur Internet, où 96 % des revenus sont générés par les 58% de vidéos streamées "professionnelles", contre seulement 4% des recettes pour les autres.
En conclusion, comme il le constate justement, tout ça n'est pas un problème jusqu'à ce que ça devienne "votre" problème (You get the idea, it's not an issue until it's your issue).
Alors, Knol : Google juge et partie, à vous la réponse...

Jean-Marie Le Ray

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Google France !

    Google France - Le Maître Vue de l’Intérieur ! Je vous recommande également la lecture des sujets suivantsLe Cloud Book d’Everex…Asus eee 900 en Images…PC... Lire la suite

    Par  Hugues-André Serres
    INFORMATIQUE, INSOLITE, INTERNET, MOTEUR DE RECHERCHE, VIDÉOS INSOLITES, WEB2.0
  • Google abandonne Google Browser Sync

    À mon avis, l’un des modules indispensables sous Firefox se nomme Google Browser Sync. Il vous permet de synchroniser vos signets, l’historique de navigation,... Lire la suite

    Par  Benoit Descary
    INTERNET, WEB2.0
  • Logos Google

    Peut-être avez vous remarqué que certains jour Google a un logo différent. Aujourd’hui il rend hommage à Marc Chagall, peintre d’origine biélorusse, né un 7... Lire la suite

    Par  Claudine Verdier
    INTERNET, MOTEUR DE RECHERCHE
  • Knol est désormais public!

    Souvenez-vous mon article de fonds sur les encyclopédies en ligne. Cette fois, une vraie page se tourne aujourd'hui avec l'ouverture publique de Knol. Pour... Lire la suite

    Par  Andry Rakotomavo
    EMARKETING, FOCUS EMPLOI, INTERNET, MARKETING & PUBLICITÉ
  • Knol, le Wikipedia de Google, est en ligne

    Le projet avait été annoncé en décembre 2007 puis n'avait plus trop fait parler de lui jusqu'à aujourd'hui. Knol, l'encyclopédie collaborative - sur le modèle d... Lire la suite

    Par  Fredericbouffier
    EMARKETING, FOCUS EMPLOI, INTERNET, MARKETING & PUBLICITÉ
  • Knol, encyclopédie by Google

    Non, ce n’est pas le nom d’un meuble Ikéa! En fait, Knol est l’encyclopédie collaborative qui vient d’être mise en ligne par Google. En essai privé depuis... Lire la suite

    Par  Laurentfalorni
    HIGH TECH, INTERNET
  • Knol le nouveau produit de Google

    Google a lancé le 23 juillet 2008 son nouveau produit Knol, une nouvelle encyclopédie de Google concurrente a Wikipédia et loin d'être wikipédia. Lire la suite

    Par  Maroctoday
    EMARKETING, INTERNET, MOTEUR DE RECHERCHE

A propos de l’auteur


Jean-Marie Le Ray 628 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog