Magazine Culture

"Je, François Villon" de Jean Teulé

Par Fanyoun




"Il est peut-être né le jour de la mort de Jeanne d'Arc. On a pendu son père et supplicié sa mère. Il a étudié à Paris. Il a joui, menti, volé dès son plus âge. Il a fréquenté les miséreux et les nantis, les curés, les assassins, les poètes et les rois. Aucun sentiment humain ne lui était étranger, il a commis tous les cates qu'un homme peut commettre. Il a traversé comme un météore trente années de l'histoire de son temps. Il a ouvert cette voie somptueuse qu'emprunteront à sa suite tous les autres poètes : l'absolue liberté.
Après Rimbaud et Verlaine, Jean Teulé ,e pouvait mieux clore son voyage en Poésie qu'en endossant avec orgueil et humilité les haillons magnifiques de François Villon".
Mon avis :
Il y a quelques jours, j'ai confié  à un ami que je n'arrivais pas à avancer dans ce roman. Son conseil a été d'abandonner ma lecture. Oui mais... Comment aurais-je pu mettre un avis sur ce blog si ma lecture n'est pas achevée ? J'ai donc terminé, non sans peine je l'avoue, ce roman.
Mon impression reste la même : je n'ai pas aimé. Le voyeurisme de
Teulé m'a dérangé.  J'ai ressenti un certain malaise. Dommage que l'auteur a préféré mettre l'accent sur la vie de débauche de Villon que sur son talent de poète.
J'avais aimé
"Ô Verlaine ! ", beaucoup moins "Le magasin des suicides". Villon aurait mérité un roman d'une autre qualité littéraire.





Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Fanyoun 63 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines