Anthologie permanente : Paul Claudel

Par Florence Trocmé

Le point

Je m’arrête : il y a un point à ma promenade comme à une phrase que l’on a finie. C’est le titre d’une tombe à mes pieds, à ce détour où le chemin descend. De là je prends ma dernière vue de la terre, j’envisage le pays des morts. Avec ses bouquets de pins et d’oliviers, il se disperse et s’épand au milieu des profondes moissons qui l’entourent. Tout est consommé dans la plénitude. Cérès a embrassé Proserpine. Tout étouffe l’issue, tout trace la limite. Je retrouve, droit au pied, des monts immuables, la grande raie du fleuve ; je constate notre frontière ; j’endure ceci. Mon absence est configurée par cette île bondée de morts et dévorée de moissons. Seul debout parmi le peuple enterré et mes pieds entre les noms proférés par l’herbe, je guette cette ouverture de la Terre où le vent doux, comme un chien sans voix, continue depuis deux jours d’entrer l’énorme nuage qu’il a détaché derrière moi des Eaux. C’est fini ; le jour est bien fini ; il n’y a plus qu’à se retourner et à remesurer le chemin qui me rattache à la maison. À cette halte où s’arrêtent les porteurs de bières et de baquets, je regarde longuement derrière moi la route jaune qui va des vivants chez les morts et que termine, comme un feu qui brûle mal, un point rouge dans le ciel bouché.

[1903]

La pluie

Par les deux fenêtres qui sont en face de moi, les deux fenêtres qui sont à ma gauche et les deux fenêtres qui sont à ma droite, je vois, j’entends d’une oreille et de l’autre tomber immensément la pluie. Je pense qu’il est un quart d’heure après midi : autour de moi, tout est lumière et eau. Je porte ma plume à l’encrier, et, jouissant de la sécurité de mon emprisonnement, intérieur, aquatique, tel qu’un insecte dans le milieu d’une bulle d’eau, j’écris ce poème.
Ce n’est point de la bruine qui tombe, ce n’est point une pluie languissante et douteuse. La nue attrape de près la terre et descend sur elle serré et bourru, d’une attaque puissante et profonde. Qu’il fait frais, grenouilles, à oublier, dans l’épaisseur de l’herbe mouillé, la mare ! il n’est point à craindre que la pluie cesse ; cela est copieux, cela est satisfaisant. Altéré, mes frères, à qui cette très merveilleuse rasade ne suffirait pas. La terre a disparu, la maison baigne, les arbres submergés ruissellent, le fleuve lui-même qui termine mon horizon comme une mer paraît noyé. Le temps ne me dure pas, et, tendant l’ouïe, non pas au déclenchement d’aucune heure, je médite le son innombrable et neutre du psaume.
Cependant la pluie vers la fin du jour s’interrompt, et tandis que la nue accumulée prépare un plus sombre assaut, tel qu’Iris du sommet du ciel fondait tout droit au cœur des batailles, une noire araignée s’arrête, la tête en bas et suspendue par le derrière au milieu de la fenêtre que j’ai ouverte sur les feuillages et le Nord couleur de brou. Il ne fait plus clair, voici qu’il faut allumer. Je fais aux tempêtes la libation de cette goutte d’encre.

[1897]

Paul Claudel, Connaissance de l’Est [Mercure de France, 1900, 1907 et 1960], suivi de L’Oiseau noir dans le soleil levant [Gallimard, 1929], Poésie/Gallimard, 1974, p. 152 et p. 80-81.

Contribution Tristan Hordé

Bio-bibiographie de Paul Claudel


Vous pourriez être intéressé par :

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Anthologie permanente : Charles Pennequin

    Il est particulièrement difficile d’extraire des textes des livres de Charles Pennequin. Je tente ici de donner un aperçu de son travail en puisant à trois... Lire la suite

    Le 07 mai 2008 par   Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Paul Gadenne

    Avoir des mots pour ne pas dire Des mains pour les reposer Avoir la force de chanter Quand tout nous porte à maudire Avoir la force de chanter N'avoir pas de... Lire la suite

    Le 08 mai 2008 par   Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Lucien Suel

    À titre exceptionnel, pour bien rendre justice au travail de Lucien Suel et en particulier à son vers justifié (le principe : un nombre fixe de caractères par... Lire la suite

    Le 12 mai 2008 par   Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Jérôme Game

    surface de la peau à l’appareil, de la p de l’image en soir de dedans , hors la mort , désossée = une image. S’adressant au still alive, still life. C orps ce... Lire la suite

    Le 28 mai 2008 par   Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Paul Celan (11)

    marée basse. Nous avons vu les balanes, vu les bernicles, vu les ongles sur nos mains. Personne n’a découpé le mot dans la paroi de notre cœur. Lire la suite

    Le 30 mai 2008 par   Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Martin Rueff

    Martin Rueff vient de recevoir le prix Yvan Goll (qui lui sera remis au Marché de la poésie) pour Icare crie dans un ciel de craie J’attends. Lire la suite

    Le 05 juin 2008 par   Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Seamus Heaney

    Menthe Bouquet de petites orties poussiéreuses, Herbes folles au flanc de la maison, Elle poussait derrière les déchets et les bouteilles vides, Jamais... Lire la suite

    Le 16 juin 2008 par   Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE