Critiques Séries : 9JKL. Saison 1. Pilot.

Publié le 04 octobre 2017 par Delromainzika @cabreakingnews

9JKL // Saison 1. Episode 1. Pilot.


Avec un titre pareil, difficile de réellement apprécier une telle comédie. Créée par le couple à la ville Mark Feuerstein (Royal Pains, qui incarne également le héros de la comédie) et Dana Klein (Friends with Better Lives, Friends) cette comédie donne l’impression d’être engoncée dans un ensemble d’intrigues disparates qui rendent ce premier épisode légèrement imbuvable. C’est bien beau de vouloir raconter beaucoup de choses, sauf qu’il y a largement de la matière ici pour faire quatre épisodes. Et toutes les intrigues de ce pilote auraient même pu être de bonnes intrigues dans plusieurs épisodes différents. Malgré la présence d’un casting intéressant de David Walton (New Girl, About a Boy) à Linda Lavin (Sean Saves the World), cette comédie a bien du mal à donner envie d’aller au delà de ce qu’elle tente de nous présenter. On a l’impression à la fois que l’on est face à un truc moderne et face à un truc qui se serait trop largement inspiré de Tout le monde aime Raymond. Cela arrive assez souvent chez CBS de coincer un joli casting dans une comédie qui n’a pas été suffisamment cuisinée. On a alors l’impression de se retrouve face à un truc qui n’a pas d’attrait comique suffisant et qui veut souvent dire plein de choses mais n’a malheureusement pas le temps de les développer.

Un jeune homme vit dans l'appartement 9K situé dans l'immeuble dans lequel il a grandi, pris en sandwich par l'appartement de ses parents, 9J et celui de son frère, de sa belle-soeur et de leur bébé, le 9L. Il va devoir tenter de placer des limites à sa famille bien pensante mais intrusive.

9JKL est donc plus une sorte d’anecdote dont on pourrait discuter avec des amis dans un bar, pas vraiment un sujet qui peut tirer une comédie de 24 épisodes par an. Et si la série ne parvient pas à réellement développer les choses et à ralentir la cadence sur le nombre de trucs qu’elle raconte, alors cela risque bien de devenir rapidement lassant. Quoi qu’il en soit, 9JKL n’est clairement pas faite pour moi. J’ai beau apprécié le casting, je ne comprends pas ce que le scénario veut réellement faire. Il y a des sujets ici et là, une mixture pas toujours très digeste qui ne prend jamais le temps d’installer quoi que ce soit et tout cela est fait au plus grand désarroi du téléspectateur qui avait sûrement envie de voir un truc drôle sans prise de tête. Et puis bon, je ne sais pas pourquoi mais je crois que le titre de la série, 9JKL, avait déjà plus ou moins annoncé la couleur pour moi et le fait que je ne serais pas aussi passionné par le truc que je n’aurais probablement pu l’espérer. Car je n’attendais rien de cette comédie, juste une surprise et finalement elle finira au placard comme bien d’autres comédies de CBS auparavant…

Note : 3/10. En bref, je sais qu’une sitcom est difficile à introduire en un premier épisode, mais ici tout est mal fichu et étouffé derrière une tonne d’intrigues qui ne valent pas vraiment la peine d’être vues sans être développées.


Vous pourriez être intéressé par :

Ces articles peuvent vous intéresser :