Anthologie permanente : Philippe Jaccottet

Par Florence Trocmé

Lettre du Vingt-Six Juin

Que les oiseaux vous parlent désormais de notre vie.
Un homme en ferait trop d'histoires
et vous ne verriez plus à travers ses paroles
qu'une chambre de voyageur, une fenêtre
où la buée des larmes voile un bois brisé de pluie...

La nuit se fait. Vous entendez les voix sous les tilleuls :
la voix humaine brille comme au-dessus de la terre
Antarès qui est tantôt rouge et tantôt vert.

*

N'écoutez plus le bruit de nos soucis,
ne pensez plus à ce qui nous arrive,
oubliez même notre nom. Ecoutez-nous parler
avec la voix du jour, et laissez seulement
briller le jour. Quand nous serons défaits de toute crainte,
quand la mort ne sera pour nous que transparence,
quand elle sera claire comme l'air des nuits d'été
et quand nous volerons portés par la légèreté
à travers tous ces illusoires murs que le vent pousse,
vous n'entendrez plus que le bruit de la rivière
qui coule derrière la forêt; et vous ne verrez plus
qu'étinceler des yeux de nuit...

*

Lorsque nous parlerons avec la voix du rossignol….

Philippe Jaccottet, Poésies, 1946-1967, préface de Jean Starobinski, Poésie / Gallimard, n° 71, 1971, réimpression de 2001, p. 68

Philippe Jaccottet dans Poezibao :
Note bio-bibliographie
Fiche de lecture De la poésie,
extrait 1, extrait 2, extrait 3, extrait 4, extrait 5, extrait 6, extrait 7,

index de Poezibao
Revenir à la Une de Poezibao

Sur simple demande à f.trocme@poezibao.com, recevez chaque jour l'anthologie permanente dans votre boîte aux lettres électronique


Vous pourriez être intéressé par :

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Anthologie permanente : Claude Esteban

    Ne garderai-je du jour que cette longue lassitude et la poussière des chemins au fond des yeux ? Je m'assiérai n'importe où, je tenterai seulement de reprendre... Lire la suite

    Le 25 juin 2007 par   Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Nicole Brossard

    on appelle bruit de beauté la mer soudée au sel dans l’infiniment nuit au-delà de tous les récits on appelle aussi bruit de beauté le silence sa signature... Lire la suite

    Le 28 juin 2007 par   Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Alain Suied

    L’enfant qui appelle au fond de chacun reste tapi dans l’obscurité de l’abandon. Il faudrait le prendre dans les bras et lui murmurer la berceuse du retour. Lire la suite

    Le 02 juillet 2007 par   Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Jacques Dupin

    Grand vent Nous n’appartenons qu’au sentier de montagne Qui serpente au soleil entre la sauge et le lichen Et s’élance à la nuit, chemin de crête, À la... Lire la suite

    Le 04 juillet 2007 par   Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Guy Viarre

    Comme – Non pas comme Comme non pas – créature se halant se cherchant par halage Guy Viarre, Pire, Fissile, 2005, sans pagination *** cela qui cogne dans la têt... Lire la suite

    Le 05 juillet 2007 par   Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Maryse Hache

    il fait juillet à n’y pas croire elle tombe la petite pluie fine et tendre sur le noisetier le pin les lauriers-palme les rhododendrons les orangers du mexique... Lire la suite

    Le 12 juillet 2007 par   Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Ludovic Janvier

    Ramuz écrit que la pensée remonte les fleuves. Qui les descend, c’est la rêverie. Sans doute quelque part un gourmand de rivière et de langue aura-t-il déjà... Lire la suite

    Le 14 juillet 2007 par   Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE