Magazine Coaching

Sommes-nous motivés par tout et pour tout ?

Par Patricia Goyenetche

Une des règles importantes du recrutement est de mesurer la motivation d'un candidat pour un poste à pourvoir. La lettre de motivation a cet objectif. Elle doit mettre en avant tout ce qui est sensé vous motivé pour rejoindre cette société. Seulement, les attentes des recruteurs et les intentions du candidat ne sont pas toujours sur la même longueur d'onde. Qui fera l'effort de s'adapter ? le candidat bien sûr, car le recruteur, malgré sa grande générosité, pense qu'il détient les bonnes motivations pour le poste. Caricatures ? possible, en tout cas pour le bon sens de tous les décideurs certainement. Mais qu'en est-il vraiment ?

Lorsque j'ai construit mon outil ELITES, je me suis posée une question bien simple : comment relever dans les réponses la motivation du candidat pour le poste à pourvoir ? Si je m'appuie sur les pratiques actuelles, je vais droit dans le mur, car ce qui me sera énoncé correspondra à ce qui est dit de "dire" et de "mettre en avant".

Vous croyez vraiment au fait qu'un candidat admire votre société-decoration:none; } .zoomcloudswg { font-size:10px; color: #bbb; } .zoomcloudssp { font-size:10px; color: #444; } -->

 ? soyons sincère et honnête avec nous même, et vous allez vous rendre compte que la raison est non. Pourtant les méthodes actuelles de recrutement, en tout cas celles qui se développent consistent à "appâter" les candidats.

Le candidat est instrumentalisé, dans le sens où on attire chez lui un intérêt à rejoindre une société. Pour ce faire, on lui demande de réaliser une tâche difficile, d'atteindre un but spécifique qui lui permettra de se détacher des autres concurrents. Seuls les meilleurs seront retenus.

Ce type de processus est fort intéressant pour développer une expérience forte du candidat à monopoliser ces compétences pour une cause précise. Trois éléments entrent en jeu : la valence, l'instrumentalisation et l'expectation.

  • Par valence on entend la valeur des informations qui seront retenues par le candidat. Nous avons tous des valeurs différentes et ce qui va donner de l'énergie à certains ne seront pas perçus aussi fort pour d'autre. Conséquence, l'effort sera plus ou moins important.
  • Par instrumentalisation, il s'agit de placer le candidat dans une situation d'intérêt considéré comme fort. Par exemple, une mention sur le CV sensé ouvrir des portes d'entreprises importantes.
  • Par expectation, on parle de la faculté pour une personne d'évaluer ses propres compétences à atteindre les objectifs fixés.

La réussite à une épreuve de séduction pour attirer les jeunes vers une entreprise particulière va donc stimuler principalement les intérêts de ces derniers non pas pour le poste qui va leur être proposé, mais pour l'enjeu du concours. Si bien, qu'une fois en poste, le candidat ne présente plus la même motivation pour réussir dans son travail. Les facteurs qui lui ont permis d'être peut être le meilleur à ce concours, ne sont plus activés pour le travail hebdomadaire qui lui est demandé.

Une des plus grande difficulté du recrutement est de repérer la volonté du candidat à intégrer l'entreprise pour participer avec elle à sa performance. Les méthodes actuelles ne permettent pas une telle évaluation trop pauvre en information et surtout déformée par l'enjeu. Avec ELITES c'est possible, simplement parce qu'il est conçu en tenant compte de ce problème.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Patricia Goyenetche 391 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte