Magazine Europe

Paris-Europe : des recettes culturelles

Publié le 15 janvier 2009 par Memoiredeurope @echternach

dsc03686.1232060687.JPG

Je connaissais bien entendu la Maison d’Edition l’Harmattan. J’ai trop souvent arpenté la rue des Ecoles, en m’arrêtant devant la vitrine afin d’y découvrir les dernières éditions africaines, pour en garder un grand souvenir ému. Pourtant, l’ethnologie était un peu loin de moi jusqu’à ce que le textile m’y amène, que ce soit dans les faits et les dits textiles de la société traditionnelle sur lesquels nous avions publié plusieurs numéros spéciaux, que sur les grands mythes fondateurs liés au fil, des Incas aux Dogons. L’éditeur est revenu sur notre chemin pour publier les actes d’un colloque sur la soie dans les Cévennes. Qu’il en soit remercié ! 

Par deux fois ces dernières semaines, je m’y suis arrêté, cette fois pour explorer l’extraordinaire fonds de la librairie, dans tous les domaines des sciences humaines, un vrai labyrinthe digne du cimetière de livres de “L’Ombre du vent” de Carlos Ruiz Zafon. Mais aussi pour découvrir la partie consacrée aux DVD, avec beaucoup de documents introuvables ailleurs, soit en raison du fait qu’ils sont consacrés aux documentaires, soit par leur caractère militant, bref…une merveille.

Comme j’avais dans la tête d’enrichir la bibliothèque de l’Institut de livres de recherches sur la sociologie du tourisme et de m’intéresser de plus près aux pratiques alimentaires de l’Europe…pour commencer un travail sur les itinéraires culturels dans ce contexte gastronomique, alors j’ai trouvé des trésors, c’était inévitable.

Et comme Noël était là, ces livres sérieux, sont devenus aussi des livres de cuisine pratique ou plutôt à mettre en pratique. Je vous recommande l’ovis apalis, les œufs pochés accompagnés d’une sauce romaine aux pignons, recette trouvée dans l’extraordinaire ouvrage de Stewart Lee Allen dont le titre français se lit : « Jardins et cuisines du diable. Le plaisir des nourritures sacrilèges » Editions Autrement – Passions complices 2004. Et 2002 pour l’édition originale chez Ballantine Books New York

Et comme je n’ai pas eu beaucoup l’occasion de faire la cuisine en cette période de Fêtes dont une grande partie a été solitaire, j’en ai vraiment profité, le soir de Noël, pour expérimenter et je crois que ce plat maléfique a été apprécié.

La recette en question fait partie du chapitre « gourmandise », à côté d’autres péchés délicieux ou plus condamnables – surtout en cuisine – comme l’avarice. Les Romains l’accompagnaient d’un vin miellé bien frais, ce que nous n’avons pas fait. Un Vouvray à fait l’affaire. Ce livre est vraiment un plaisir d’érudition, d’enchaînements historiques stimulants et évidents, une fois expliqués avec clarté, de courts circuits historiques nécessaires, et d’un grand parcours mondial, puisque la cuisine européenne cesse très vite d’être purement européenne tant les plantes voyagent, en particulier depuis l’Orient, proche, moyen ou lointain; pour ne pas parler de la grande césure de la découverte de l’Amérique.

Ce livre, c’est très exactement une somme d’itinéraires dont les voies d’entrées, par grands péchés, prennent pour accroches des mots, des idées, des concepts et parfois des jeux de mots : luxure ; « entre pomum et malum », ou le meilleur moyen de savoir si le fruit d’Eve, celui de tous nos malheurs, est une pomme ou une figue, entre un monde celtique où les moines irlandais ne connaissent pas le raisin et le monde des prêtres catholiques romains, détestant la pomme issue du cercle des druides. « Un ketchup sans tomates », entre ancien et nouveau monde, “saintes et top modèles”, on devinera le rôle de la diète, du jeune et de l’anorexie, des couvent jusqu’aux podiums…et bien encore “sexualité et pâtisserie”, où on retrouvera les Minni di Virgini (Vergine ?) ou saints de la Vierge, dont la Sicile m’a fait découvrir les délices. “Chocolat et libido”, plusieurs de mes amis se reconnaîtront dans ce paragraphe là !

J’aurais aimé suivre le fil complet d’une démonstration voyageuse pour donner une idée du labyrinthe intellectuel de l’auteur, mais ce serait trop long. 

Alors juste un petit extrait qui recoupera également mon intérêt pour les jardins. Et que mes amis musulmans n’y voient aucune malignité. Il n’y en a pas. Nous sommes rendus dans le chapitre gourmandise et dans le paradis de l’Islam…

« D’après les premiers exégètes musulmans, d’énormes poulets rôtis, aussi gros que des chamelons, tombaient directement aux pieds des bienheureux. Le foie de poisson et le ragoût de chameau remportaient apparemment un franc succès. Les théologiens décrétèrent par la suite que chaque palais céleste « comptait dans chacun de ses appartements soixante-dix tables, couvertes chacune de soixante-dix mets différents ». Soit au total quatre mille neuf cents plats par repas, desserts inclus. Ces calculs furent publiés au Moyen Âge par le commentateur al-Haythami, qui négligea cependant de décrire le contenu exact des menus. Il nous faut pour cela nous reporter aux célèbres « jardins de paradis » conçus dans le but de recréer le « jardin des délices », séjour éternel des bons musulmans.

Le Coran représente le paradis sous l’aspect d’un enclos rempli d’arbres et de fontaines (le nom vient précisément d’un ancien mot perse qui signifie « enclos »)…Ces créations méticuleuses ne s’arrêtaient pas à l’aménagement paysager. « En vérité, le jour venu, les compagnons en ce jardin s’emploieront joyeusement », proclame le Coran. Au hasard des interprétations, ce verset en apparence si anodin en arriva à signifier que les fidèles « s’emploieraient joyeusement » à déflorer des jeunes filles vierges. Restait à savoir combien. Ce cher al-Haythami se chargea une fois encore d’en déterminer le nombre :Les palais du paradis sont bâtis en nacre ; ils contiennent chacun soixante-dix châteaux de rubis ; chacun de ces châteaux contient soixante-dix appartements d’émeraude, chacun de ces appartements contient soixante-dix chambres, qui contiennent chacune soixante-dix tapis ; sur chacun des tapis repose une femme.

On aboutit ainsi à un total d’environ vingt-trois millions de nymphettes lubriques pour chaque homme. Les califes les plus fervents s’entouraient d’un formidable harem, afin de bien préparer cette future épreuve. Certains allaient jusqu’à installer dans leurs jardins d’immenses structures qui portaient le nom de « galerie des glaces », gigantesques chambres en forme de dômes exclusivement dédiés à l’œuvre d’Allah.”

J’arrête ici. Le reste concerne de nouveau la préparation sur terre aux futurs banquets célestes.

Au fond, je crois que Daniel Grammatico, quand il fait visiter l’Alhambra, en soulignant la continuité des motifs et des écritures, depuis les murs où ils sont restés intacts, jusqu’aux tapis, qui ont disparu - et des tapis aux jardins, qu’on a reconstitué et interprété, n’ose pas parler des luxures de ces petits Califes de Grenade, petits potentats de province au raffinement absolu, comme il dit, qui devaient eux aussi, se préparer au paradis. 

Un chapitre manque à sa visite, que je vais lui suggérer.

Photo : Jardins du Generalife, Alhambra de Grenade.  


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Du vendredi 7 au dimanche 9 novembre 2008, Paris Salon du Patrimoine et souvenir...

    C’est la fin du voyage. Et ce n’est pas une fin désagréable que de terminer ces deux semaines de déplacement continu à Paris, même si le but est d’abord... Lire la suite

    Par  Memoiredeurope
    EUROPE, RÉGIONS DU MONDE, VOYAGES
  • Roma Paris - 3 minutes Chrono

    "Roma / Paris - L'Italie et la France : 2 pays, 1 même passion pour le cinéma. 10 réalisateurs, 5 italiens et 5 français, racontent leur capitale dans un film d... Lire la suite

    Par  Romeimages
    EUROPE, RÉGIONS DU MONDE, VOYAGES
  • Une semaine en Europe : 12 et 13 janvier 2009

    Lundi 12 janvier 2008 Fundacion Juan March. Le magazine annuel de la Fondation Juan March est arrivé. Au sommaire un portrait de Isaac Albéniz (1860-1909) par... Lire la suite

    Par  Memoiredeurope
    EUROPE, RÉGIONS DU MONDE, VOYAGES
  • Paris : un petit coup de XXe

    C’est bien le fait du hasard, mais j’ai passé la soirée de Noël dans le XXe arrondissement de Paris. Un retour aux sources en quelque sorte, puisque j’y ai... Lire la suite

    Par  Memoiredeurope
    EUROPE, RÉGIONS DU MONDE, VOYAGES
  • Une semaine en Europe : 14, 15 et 16 janvier 2009

    Mercredi 14 janvier 2008 Andreotti a 90 ans. A cette occasion il est certainement bon de rappeler que le sénateur à vie italien qui a reçu un nombre... Lire la suite

    Par  Memoiredeurope
    EUROPE, RÉGIONS DU MONDE, VOYAGES
  • Paris secret, Paris insolite, à la télévision?

    Des amis me signalent que “Paris secret, Paris insolite”, passe à la télévision et, du coup, me demandent s'ils vont me voir dans le poste. Que nenni! Lire la suite

    Par  Paristoujoursparis
    EN FRANCE , EUROPE, RÉGIONS DU MONDE, SORTIR, VOYAGES
  • Paris : Saint Médard

    Paris Saint Médard

    Séjourner dans la capitale française pendant les périodes de fêtes est une joie. Voilà une évidence. C’est aussi un moyen de prendre une certaine distance par... Lire la suite

    Par  Memoiredeurope
    EN FRANCE , EUROPE, RÉGIONS DU MONDE, VOYAGES

A propos de l’auteur


Memoiredeurope 194 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog