Magazine Culture

Anthologie permanente : Juan Rodolfo Wilcock

Par Florence Trocmé

Pour toujours, peut-être, la désespérance
vient-elle laisser ses échos exténués
au pied d’un arbre ; ils reviennent de muets
voyages qui te cherchent derrière le vent.

Ô pour toujours déjà ! Sur une complainte,
les oiseaux d’amour vont déchirés,
égarés, jusqu’au ciel. De tous côtés
la nuit m’accueille ainsi, presque aussi

assoiffé que la mort, dans le brouillard
de l’extrémité de l’âme que je retrouve
arrachée au corps et qui s’achève.

Rien d’autre que t’aimer, désintégrant
les nuages dans leurs jours, vers le centre
d’un cercle oublié, amour, et t’appelant.

Para siempre, tal vez ; el desaliento
quiere dejar sus ecos agotados
al pie de un árbol. Vuelven de callados
viajes buscándote, detrás del viento.

¡Oh, para sempre ya !Sobre un lamento
los pájaros de amor van desgarrados,
perdidos, hasta el cielo. En todos lados
la noche me recibe, así, sediento

casi como la muerte, en la neblína
del extremo del alma que me encuentro
atada sobre el cuerpo, que termina.

Nada más que quererte, disgregando
las nubes en sus días, hacia el centro
de un circulo olvidado, amor, llamando.

Juan Rodolfo Wilcock, Les Jours heureux, traduction de l’espagnol (Argentine) et présentation de Silvia Baron Supervielle, [édition bilingue] collection Orphée, éditions de la Différence/Unesco, 1994, p. 85 et 84.

Contribution de Tristan Hordé


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Anthologie permanente : Catherine Weinzaepflen

    alors, donc alors Hermès et le sol me lâche il raconte Hermès : le seul dieu qui fit rire Zeus lorsqu’il affirma qu’il ne mentait plus moi empoisonnée... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Varlam Chalamov

    Dans une taille oubliée Je jette des débris de charbon. Ici c’est un esprit de mort, Ici on respire la mort, La terre elle-même suffoque. Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Jasmine Viguier

    Je se souvient d’un fleuve au vert marin qui traversait sa ville pour s’en aller rejoindre un autre plus au sud. Je se souvient de ce fleuve si différent de... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente/Robert Creeley

    Encore en pyjama tard le matin le soleil dans le dos à nouveau par la fenêtre imaginant l’esprit tranquille, imaginant l’endroit où je suis, qui est moi,... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Claire Malroux

    Le poids du jour glisse comme un linge usé (ou même pas) des épaules simplement frotté à la peau les épaules un peu plus voûtées d’avoir porté un temps une ombr... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Mauro Fabi

    Les ombres des hommes quand ils sortent de chez eux et vont travailler, toutes ces ombres qui s'obstinent à nous suivre comme un ciel plein de pluie, les... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Eugène Savitzkaya

    Il n’est de roi qu’entre les serpents et de reine que parmi les grenouilles, d’infini qu’au fond d’une poche, que poids dans le cœur, qu’ordures dans la... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 13853 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines