Magazine Culture

Anthologie permanente : Paol Keineg

Par Florence Trocmé

   C’est chose singulière car, dans les rêves, on comprend tout tout de suite. De la bruyère, des chemins de cailloux. Trois ou quatre cents mouettes remontant des aplombs piqués de rouge et de jaune font route vers Ouessant. Mémoire promise au cimetière, pas d’autre couleur à suivre que le bleu le plus aisé.

   Moi j’ai toujours pensé que l’asphalte des marginalités rurales était trop glissant. Qu’on y trouve de la poésie, je veux bien. Comme si j’allais me rétracter. Depuis longtemps je suis fâché contre la métaphysique. La surface des champs pue tellement qu’on en a le souffle coupé

   La mer gris-bleu, gris-rose, bleu-jaune. Dès qu’on s’approche, quel bruit de veau qui a perdu sa mère. Mais le bilinguisme d’abord, la lourde, la douce idolâtrie des langues. Qu’est-ce qu’on entend là-bas, au ras des galets ? le temps énorme ? les injures du polythéisme ?

   De Keremma à Porz Meur. Si j’étais moi, je vivrais heureux dans l’horrible bleu, toute littérature absente. Le mensonge d’abord.

   Facile de dénoncer chez les goélands un vouloir-vivre de décharge municipale. Qui les suit des yeux après que le soleil s’est caché acquiert la certitude que ces oiseaux remués en altitude sont de notre destin. Ils portent le petit nom des morts serré dans les plumes. Garder les yeux sur les goélands dont la cohue s’allonge jusqu’aux îles.

Paol Keineg, Là, et pas là, Lettres sur Cour et Le Temps qu’il fait, 2005, pp.40, 44, 56, 107, 99
isbn : 2-86853-440-6, 17 €

Bio-bibliographie de Paol Keineg

index de Poezibao
Revenir à la Une de Poezibao

Sur simple demande à f.trocme@poezibao.com, recevez chaque jour l'anthologie permanente dans votre boîte aux lettres électronique


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Anthologie permanente : Henri Droguet

    Camera oscura Un soir j’étais au pied d’une colline jaune trempée d’ombres et glus cendre à tout prendre à merveilles clouée de cistes barbelée de lavandes... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Alain Suied

    L’enfant qui appelle au fond de chacun reste tapi dans l’obscurité de l’abandon. Il faudrait le prendre dans les bras et lui murmurer la berceuse du retour. Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Henry Bauchau

    Les promeneuses du soir Éloge Éloge des sommeils d’amies Éloge d’épouses de doges Et de stratèges villes grèges Ocrées de ceinturons de briques Éloge à pas de... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Jacques Dupin

    Grand vent Nous n’appartenons qu’au sentier de montagne Qui serpente au soleil entre la sauge et le lichen Et s’élance à la nuit, chemin de crête, À la... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Henri Droguet

    Pour une fois, une petite note personnelle ! J’ai choisi ce poème pour plusieurs raisons en plus bien sûr de sa qualité littéraire. Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Wislawa Szymborska

    Dans le fleuve d’Héraclite Dans le fleuve d’Héraclite poisson pêche poissons, poisson équarrit poisson avec poisson tranchant, poisson construit poisson, poisso... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Maryse Hache

    il fait juillet à n’y pas croire elle tombe la petite pluie fine et tendre sur le noisetier le pin les lauriers-palme les rhododendrons les orangers du mexique... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 13853 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines