Magazine Culture

Anthologie permanente : Etienne Faure

Par Florence Trocmé

Bonté des planches, c’est du théâtre,
je serai comme ça à son âge :
une vieille peau dans Paris avec un chapeau vert,
à ne plus reconnaître ses propres mains
pour faire un signe d’adieu, la caresse,
vieillie par des grimaces maintenant sincères,
la teinture et le fard des hommes qui réapparaissent
chaque soir derrière un manteau d’arlequin
non pas de verre, mais de velours rouge,
sur un plancher disjoint rapprochés des morts
— pauvres souffleurs — déclamant sous leur contrôle:
« Non, pauvre spectre, non, tant que la mémoire
habitera ce globe détraqué »
phrases de cire au matin disparues
quand l’acteur se suicide à même les planches
(c’est dans la pièce) ;
tous applaudissent, c’est la fin.
— Puis les morts se relèvent, bonté des planches,
ce soir encore saluent.
la durée du spectacle



Où les vieillards caducs assenaient déjà
il faut dormir, on attendait
un coin du jour avant de tirer le drap ;
tenant les morts pour confidents
avec qui parler.
Et dire qu’Apollinaire, ôtée la maudite espérance
de vie, Arthur l’aurait connu
— du moins eût-il fallu durer jusqu’à l’aube,
heure croisée des cris de coq et d’effraie.
La nuit n’a pas bougé, est-ce l’œil
qui discerne le trait, le même
par où le noir naguère rayé de craie
éclairait un peu
par progressive entrée de l’aube en matière
et substitue à l’éclair gris une clarté commune
de pâle clairvoyance, trop-plein
qui rien n’élucide. C’est le jour.
croisée des jours



Le temps travaille trop, on est déjà dimanche
ce matin en ouvrant la fenêtre,
il neige en silence, les rues sont d’antan ;
de la ville, la rumeur est absente,
c’est la neige, ou la nuit en son cœur qui l’interrompt
— ou la mort, insistante à sonner l’heure
qui ponctue plus sonore les rêves.
Tout remonte en mémoire, les petits vieux
revenus naguère estropiés, claudiquant,
plusieurs balles dans la peau, des idées
fixées désormais sur les hommes,
qui le dimanche à des poulbots sans église
tendaient des gâteaux, biscuits à la cuiller
trempés dans du vin, leur donnant
sans le savoir le goût du rouge.
Aidés d’un peu d’alcool ensuite ils mouraient
un après-midi dansant
entre les bras d’un fauteuil qui connut leurs étreintes
dimanche, entre deux guerres.
le goût du rouge
Étienne Faure, Vues prenables, éditions Champ Vallon, 2009, p. 17, 62 et 79.
Contribution de Tristan Hordé


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Anthologie permanente : André Frénaud

    Voici l’homme à Paul Éluard Dans ma fronde pour me lapider, dans ma glaise qui est froide, dans ma vie mal habituée, dans ma rumeur mal famée, dans les pôles... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Jean Ristat

    Pour saluer la publication de Le Théâtre du ciel de Jean Ristat, dont un compte-rendu sera proposé dans Poezibao.(voir la présentation de ce livre sur le site)... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanante : Shang Qin

    neige Je plie une lettre par derrière, elle est plus blanche au verso, c’est bien que l’on n’aime pas écrire des deux côtés. Je la plie et replie, puis... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanante : Hart Crane

    La Plante Aérienne (Grand Cayman) Cette touffe qui prospère sur le néant salin, Pieuvre retournée, les bras tendus vers le ciel Se desséchant sur un tronc de... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Edmond Jabès

    Nous sommes invisibles Quant tu es loin il y a plus d’ombre dans la nuit il y a plus de silence Les étoiles complotent dans leurs cellules cherchent à fuir... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Pierre Peuchmaurd

    Poezibao rappelle la triste nouvelle de la disparition de Pierre Peuchmaurd ce 12 avril 2009. L’arbre couché dans l’ombre ne brûle pas moindrement Ni le soleil... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Benjamin Péret

    Sur la Normandie qui pleure des larmes de cire une feuille de thuya s’est posée qui tremble à tous les vents des ports déserts Elle est pauvre elle est jaune... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 13853 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines